Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment une ONG libanaise vient en aide aux réfugiés syriens

Screenshot of the ongoing IndieGogo by 'Lebanese for Refugees'

Capture d'écran de la campagne actuelle IndieGogo menée par “Des Libanais en faveur des réfugiés”

Tout a débuté en décembre 2013, quand la municipalité d'Arsal, à la frontière du nord entre le Liban et la Syrie a contacté Carol Malouf pour lui demander de parler de la situation désespérée de 400 familles syriennes réfugiées. Ils se trouvaient sur une zone de no man's land, et une tempête de neige particulièrement violente, du nom d'Alexa, était annoncée sur la région. C'est ainsi qu'est née l'ONG ‘des Libanais en faveur des réfugiés‘.

‘Des Libanais en faveur des réfugiés’, comme beaucoup, font appel à des dons privés, avec l'aide de plusieurs ONG et organisations dont Le Comité Islamique de Soutien, l’Ambassade des Etats Unis à Beyrouth, l’Union Européenne, Foodblessed, et bien d'autres.

Malgré son jeune âge, l'organisation “des Libanais en faveur des réfugiés” compte à son actif de nombreuses réalisations. Selon le rapport annuel qu'a reçu Global Voices, ils ont réussi à collecter 100.000 US$ en trois mois, de décembre 2013 à mars 2014, et 20.000 US$ en janvier 2015 à l'occasion de la campagne “pour qu'ils aient chaud”. Lors de cette dernière campagne, plus de 3.000 personnes ont fait don de vêtements, de chaussures, de jouets, de couvertures, de nourriture et d'argent, qui ont permis à 22 camions d'aller distribuer le même jour tous les dons aux réfugiés de plusieurs camps.

The 'Keep them warm' campaign in Hamra on January 10 (Source: Hummus For Thought)

La campagne ‘pour qu'ils aient chaud’ le 10 janvier (Source: Hummus For Thought)

Par ailleurs,dès leurs premières semaines, ils ont pu distribuer du fuel à 50 familles (40 litres par famille par semaine) grâce à 5.000 US$ hebdomadaire dépensés en fuel et en gaz pour les semaines d'hiver en 2013-2014. Ils ont distribué plus de 1.000 colis de nourriture et recouvert de graviers 2.000 m² de terrain sur un camp. De plus ils ont dépensé 30.000 US$ en aide médicale pour les réfugiés et organisé des visites médicales avec le personnel de l'Université Américaine de Beyrouth (AUB). Plusieurs patients qui avaient besoin de soins approfondis ont été dirigés sur le Centre Médical de l'Université Américaine de Beyrouth (AUBMC). Ceci n'est qu'un aperçu de toutes leurs réalisations.

L'ONG concentre actuellement ses efforts sur la collecte de 20.000 US$ pour ses futurs projets. Le manque de moyens financiers est un réel problème quand on s'occupe de réfugiés. Comme évoqué précédemment, l'effort de la société civile libanaise est loin de couvrir les besoins. 60% seulement (757 millions de US$) du montant préconisé par le Haut Commissariat pour les Réfugiés aux Nations Unies (UNHCR) pour 2014 (1,2 milliard de US$) ont été donné en décembre 2014. Les Nations Unies ont aussi annoncé récemment une réduction de l'aide alimentaire accordée à 1,7 millions de réfugiés, en faisant référence à “des appels de fonds non garantis”.

Mais le plus difficile est de faire face à ce que l'on pourrait appeler une ‘lassitude des donneurs’. Actuellement, le Libanais moyen s'habitue à voir des réfugiés syriens vivre dans des conditions épouvantables. Et avec l'augmentation quotidienne du nombre de réfugiés et avec le recul d'une fin probable du conflit, on peut facilement se lasser de la situation des réfugiés. Dans un entretien sur France 24, Carol Maalouf parle du problème de la fatigue du donneur:

On ne compte pas les efforts déployés pour soulager la détresse vécue par les réfugiés Syriens au Liban. Citons ce qu'a fait “des Libanais en faveurs des réfugiés” avec “La petit marchande d'allumettes”, un court-métrage danois qui adapte le célèbre conte de fée de Hans Christian Andersen. Il a été tourné à Beqaa, au Liban, où vivent actuellement plus de 400.000 réfugiés. Selon les metteurs en scène Thomas Pa Papetros et Darin “Daro Daro” Hassan, ce conte de fées a été spécialement choisi pour montrer que peu de choses ont changé en 170 ans. “Ce film est un projet de Turning Tables fondé par Red Barnet/Save the Children Denmark et soutenu par Kong Gulerod Film.

Si vous souhaitez participer à la collecte en ligne actuelle, connectez-vous sur ce lien.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site