Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

A l'approche des élections en Guinée, l'opposition fait part de ses craintes

« Conakry palais du peuple ». Sous licence CC BY 2.5 via Wikimedia Commons -

« Conakry palais du peuple ». Sous licence CC BY 2.5 via Wikimedia Commons -

Les échéances électorales approchant à grand pas, l’opposition guinéenne appui fortement sur l’accélération pour l’organisation des élections communales et présidentielles. Les dernières élections présidentielles en 2010 ont vu la victoire d'Alpha Condé, opposant historique d'alors,  qui a remporté 52,5 % des voix au second tour de l'élection face à l'ancien premier ministre Cellou Dalein Diallo.

L'élection présidentielle de 2010  était historique à plusieurs égards car c'était la première fois que la Guinée, depuis son indépendance en 1958, pouvait élire démocratiquement son président. Le vote, sous le contrôle des observateurs internationaux, s'était déroulé dans le calme pour le premier tour (mais avec des incidents violents lors du deuxième tour) et vingt-quatre personnes étaient alors candidates à la magistrature suprême. 

L'impartialité de la commission électorale avait été remise en cause par les deux candidats au deuxième tour et la menace du vote communautaire planait. Certains observateurs redoutent les mêmes obstacles pour les élections à venir.  

« Cellou Dalein Diallo-Ancien Premier Ministre et Chef de file de l'opposition guinéenne » par Alpha Boubacar Bah — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons -

« Cellou Dalein Diallo- Ancien Premier Ministre et Chef de file de l'opposition guinéenne » par Alpha Boubacar Bah — Travail personnel. Sous licence CC BY-SA 4.0 via Wikimedia Commons -

L'opposition menace, au cas où ses préoccupations ne sont prises en charge  d’ici le 15 mars prochain, de manifester pour un report. Cette menace de battre le pavé est pris en compte, car depuis hier, les commissaires de la CENI à l’exception du rapporteur et du directeur des opérations (absents du pays pour des raisons de santé) sont à Kindia pour dire à l’opposition de mettre de l’eau dans son ‘’Djidjan’’ (vin dans le lexique local). 

Cet atelier de planification des opérations électorales devrait durer du 06 au 10 mars. Dans son discours, le président de la CENI a rappelé qu’il revient aux commissaires et personnel de la CENI de  mettre tout en œuvre pour répondre aux attentes d'un peuple qui n'aspire qu'à voter en toute quiétude, dans un cadre  électoral libre, transparent et équitable.

Parlant des efforts accomplis par la CENI, Bakary Fofana a mis en exergue entre autres résultats atteints, l'identification et la correction des anomalies portant sur la cartographie des bureaux de vote ainsi que les listes électorales elles-mêmes et l'implémentation au site central, des données collectées en vue d'assainir le fichier général des électeurs.  En outre, Bakary Fofana rassure que son institution relèvera le défi de l'organisation des élections transparentes inclusives et équitables.  Le président de la CENI se dit confiant de l'élaboration et la validation des chronogrammes opérationnels des élections locales et présidentielles.  Pour y parvenir, Bakary Fofana exhorte les membres de la CENI à agir dans le cadre d'une synergie interdépartementale. 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site