Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une petite Ukrainienne de 8 ans vient d'être victime de la guerre

Семья и скорбящие пронесли убитого ребенка, Полину, по улицам Константиновки в похоронной процессии перед тем, как упокоить ее душу. 18 марта 2015.  Скрин с видео на YouTube. RuptlyTV.

La famille et les proches en deuil lors d'un cortège funèbre pour la petite victime, Polina, dans les rues de Konstantinovka, avant les funérailles. 18 mars 2015. Capture d'écran de vidéo sur YouTube. RuptlyTV.

L'horrible tragédie [en ukrainien] s'est déroulée lundi 16 mars, quand un véhicule blindé a fait irruption sur le trottoir de la ville de Constantinovka, dans l'est de l'Ukraine, tuant trois piétons. Une petite fille de 8 ans, Polina, est morte sur le coup, tandis que sa tante et son jeune cousin étaient transportés à l'hôpital.

Ce sont des soldats ukrainiens en état d'ivresse, au dire des témoins, qui se trouvaient au volant du véhicule blindé impliqué dans l'accident. Konstantinovka, l'un des foyers de la rébellion du Donbass, est restée quelques mois sous le contrôle de la République populaire du Donbass (RPD), avant d'être reprise par Kiev en juin 2014.

Constantinovka, RPD. Un enfant de 8 ans est mort, sa mère est en réanimation.

En apprenant cette tragédie, le porte-parole de l'armée Andreï Lyssenko a déclaré:

Это дело находится на личном контроле Главного военного прокурора и президента Украины. Командование Вооруженных сил Украины выражает глубокие соболезнования пострадавшим гражданам и уверяет, что виновные в этой трагедии будут наказаны — как сами военнослужащие, так и их командиры.

Cette affaire est placée sous le contrôle personnel du procureur militaire général et de la présidence de l'Ukraine. Le commandement des Forces armées ukrainiennes exprime ses sincères condoléances aux citoyens endeuillés et affirme que les coupables de la tragédie seront punis – non seulement les soldats, mais aussi leurs chefs.

Ce qui n'a pas empêché les habitants de Konstantinovka, tout à leur chagrin et à leur colère, de décider de faire justice eux-mêmes.

La foule rassemblée sur les lieux de l'accident puis près d'une ancienne école reconvertie en caserne militaire, s'est mise à lancer des cris et des injures, à jeter des pierres, à casser et à incendier des voitures, et enfin a mis le feu à l'entrée du bâtiment.

#Konstantinovka. 16 mars 2015

Sans doute effrayé par ces désordres, le député ukrainien et conseiller pour l'application des droits Anton Guerachenko a donné un sévère avertissement aux émeutiers :

Если кто-то в Константиновке с оружием в руках выступит против законов украинской власти, используя данное ДТП для массовых столкновений, то сначала будет сделан один предупредительный выстрел, а потом будет стрельба на поражение. Если не будет времени предупредить — будет стрельба на поражение сразу же. Никому не позволено подрывать украинскую власть с оружием в руках на территории Украины. Все необходимые действия, подкрепления, приказы в Константиновку направлены, там ситуация будет нормализована и в дальнейшем будет оставаться такой же.

Quiconque à Konstantinovka prendrait les armes contre les lois de la République ukrainienne, instrumentalisant cet accident pour créer des troubles de masse, déclencherait en réponse un tir de sommation suivi de tirs d'efficacité. Et en cas d'urgence, des tirs sans sommation. Nul n'est autorisé à contester la loi ukrainienne les armes à la main sur le territoire de l'Ukraine. Tous renforts, commandements et actions nécessaires ont été envoyés à Konstantinovka, où la situation sera normalisée et stabilisée.

Comme il fallait s'y attendre, les événements ont été aussitôt interprétés sous un angle politique.

Le représentant des organes ukrainiens du maintien de l'ordre a demandé [en anglais] aux habitants de “ne pas céder aux provocations des séparatistes, prêts à saisir n'importe quel prétexte pour déstabiliser les villes proches de la ligne de front”, tandis que le site [en anglais] pro-Kremlin RT n'hésitait pas à titrer “Les flics ukrainiens ont reçu l'ordre de ‘tirer pour tuer’ après les troubles provoqués par l'assassinat d'une petite fille de 8 ans”.

On a appris que le calme était revenu le mardi dans les rues de Konstantinovka, et que le chef du ministère de l'Intérieur de Donetsk, Vyacheslav Abroskin, avait écrit sur Facebook que les deux soldats impliqués dans l'accident avaient été arrêtés et déférés chez le procureur.

C'est le mercredi qu'a eu lieu le cortège funèbre pour Polina, énième victime du conflit dans l'est de l'Ukraine.

(Mise à jour: La vidéo initialement incluse dans ce post – où l'on entend des tirs qui semblent provenir des forces de l'ordre, tirant en l'air pour disperser la foule dans la nuit de lundi à Konstantinovka – a été supprimée. Cette vidéo,qui a déjà été vue 122000 fois sur YouTube et reprise par des médias tels que RT, s'est avérée être en réalité un re-téléchargement d'unevidéo tournée à Konstantinovka en mai 2014. Merci à Ivan Pétrov, qui a décelé l'erreur et l'a signalée dans un commentaire).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site