Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#SaveShafqat : pour suspendre la condamnation à mort d'un mineur pakistanais

 

A quoi ressembliez-vous lorsque vous aviez 14 ans? Un vibrant plaidoyer sur vidéo pose cette question, tout en implorant le gouvernement du Pakistan d'arrêter l'exécution jeudi de Shafqat Hussain, condamné à mort quand il avait seulement 14 pour avoir participé à l'enlèvement et à l'assassinat d'un enfant de 7 ans.

Juste avant minuit, le mercredi, les chaînes de télévision pakistanaises ont commencé à annoncer que le Président du Pakistan avait reporté indéfiniment l'exécution de Shafqat.

La vidéo a été publiée dans la matinée du mercredi sur la page Facebook officielle du célèbre militant Jibran Nasir, et a été largement partagée. Sur Twitter, le hashtag #SaveShafqat a été utilisé 6000 fois dans les dernières 24 heures et 13 000 fois dans les 30 derniers jours.

Le soir, des dizaines de militants se sont réunis à Islamabad pour remettre une pétition demandeant l'amnistie au Président. Ils ont été bloqués par la police.

Des officiels du gouvernement nous ont dit de rentrer parce que rien ne pouvait être fait à ce point pour sauver Shafqat.

Shafqat a été condamné à mort depuis 11 ans.

La condamnation de Shafqat a été basée sur une confession que ses avocats disent obtenue par la police après neuf jours de torture.

Torturé. Violé. Les ongles arrachés. Il avait 14 ans. Et c'est dans ces conditions qu'il a confessé être un assassin.

Reprieve, une organisation de droits de l'homme du Royaume-Uni qui s'oppose à la peine de mort, a travaillé sur le cas de Shafqat depuis des années:

La police lui a dit qu'elle n'arrêterait pas tant qu'il n'aurait pas avoué. Il avait les yeux bandés, il était maintenu dans l'isolement, battu, électrocuté et brûlé avec des mégots de cigarettes. Il avait seulement 14 ans à l'époque. Shafqat dit qu'il aurait admis “qu'un cerf était un éléphant” au moment où sa torture était terminée.

 

Les enfants ne sont pas passibles de peine de mort au Pakistan

Mais, la police a enregistré qu'il avait 23 ans quand il a été arrêté. Cet enregistrement n'a jamais été corrigé. Shafqat n'a pas eu accès à un avocat quand pendant son jugement en 2004 à Karachi.

Voici l'acte de naissance de  #ShafqatHussain qui sera bientôt pendu bien que mineur à l'époque du prétendu crime.

 

Les tribunaux refusent de se pencher sur l'âge de Shafqat

Justice Project Pakistan, une organisation à but non lucratif qui défend les pakistanais dans le couloir de la mort pro bono, dirige la campagne pour prouver l'innocence de Shafqat. Peu de temps après que la vidéo ait été publiée, le Ministre fédéral pakistanais de l'Intérieur Chaudhary Nisar a déclaré que le gouvernement du Sindh, responsable de l'exécution de la sentence, a refusé sa demande de procéder à un test ADN pour déterminer l'âge de Shafqat.

Le gouv fédéral se décharge sur le gouv du Sindh. Personne ne sait qui a le pouvoir de suspendre la sentence #SaveShafqat

La vidéo #SafeShafqat en ourdou, produite par Tazeen Bari dure un peu plus de trois minutes et présente quatre personnes, dont l'activiste Jibran Nasir, répondant à la question de Tazeen, “Comment étiez-vous quand vous aviez 14 ans?” Voici une traduction de leurs réponses par Rai Azlan:

J'étais vraiment petit. 
J'étais vraiment petit et beaucoup plus gros que cela. 
Une seconde, si je veux dire que je manquais d'assurance, je peux dire cela en anglais? 
On peut dire que j'étais un introverti extrême. 
J'étais vraiment peu sûr de moi 
C'est la première fois que je suis tombé amoureux. 
J'avais l'habitude de jouer beaucoup au cricket. 
J'ai senti comme si j'étais tombé amoureux. 
Mon truc préféré était la musique.

J'adorais cuisiner et mon père avait l'habitude de dire que je ne devrais pas devenir cuisinier. 
J'avais une petite radio. Je m'enfermais dans ma chambre et j'écoutais des chansons. 
Chaque fois que mon professeur me le demandait, je répondais que j'allais devenir Superman lorsque je serai grand. 
Je faisais du bowling comme Paul Adams, ce qu'on appelle le style chinois. J'avais une manière de jouer étrange. 
À l'âge de 14 ans, parfois je pense que si à ce moment quelqu'un me demandait ce qui était juste et ce qui était injuste, je n'aurais pas été en mesure d'y répondre. 
Je craignais, je craignais tout. Je n'avais pas de frère à l'époque. 
Je n'avais aucune idée de ce qu'était la vie. 
J'étais capable de faire des choses terribles mais oui j'étais innocent.

Jibran Nasir continue ensuite:

A 14 ans, un enfant ne peut pas obtenir un permis de conduire, un enfant de 14 ans ne peut pas posséder des terres selon la loi de ce pays, conformément à la loi un enfant de 14 ans ne peut pas se marier, un enfant de 14 ans ne peut pas voter dans ce pays, un enfant de 14 ans ne peut pas obtenir une carte d'identité parce qu'il ou elle est mineur, est innocent, et est un enfant. Toutefois, le gouvernement du Pakistan a infligé une sentence de mort à un enfant de 14 ans. Peu importe si Shafqat avait commis le crime ou non, il a été condamné à une peine de mort quand il avait seulement 14 ans. Maintenant, vous essayez de vous rappeler à quoi vous ressembliez quand vous aviez 14 ans, et quelles étaient vos ambitions à l'époque, et quels étaient vos projets pour la vie. Et réfléchissez si Shafqat devrait obtenir ce droit ou non. Sa peine de mort devrait être modifiée pour une condamnation à vie ou bien s'il ne faudrait pas lui donner une chance à la réhabilitation? Le cas de Shafqat est un procès de tout notre système de justice pénale de la façon dont les preuves ne sont pas recueillies correctement, de comment elles sont enregistrées par la force et de comment une condamnation est prononcée. Ce qu'il ne mérite même pas. Sauvons un enfant. Sauvons l'humanité. Sauvons Shafqat.

La police a bloqué les militants à Islamabad

Les militants qui marchent vers la Présidence pour présenter la pétition demandant l'amnistie. La police ne les laisse pas passer.

 

.@QuatrinaHosain se plante devant le cordon de la police et refuse de bouger

des manifestants sont bloqués jusqu'à l'arrivée de la police féminine

Shafqat est né dans une extrême pauvreté

La famille de Shafqat était à des centaines de kilomètres dans le nord du Pakistan lorsqu'il a été condamné. Shafqat a quitté sa famille au Cachemire pour gagner sa vie dans la ville portuaire méridionale de Karachi à l'âge de 13 ans.

1) Shafqat a abandonné l'école après la 4ème. L'extreme pauvreté a fait de lui un travailleur mineur. Il est allé dans la mégalopole Karachi pour travailler

Uploaded onto Twitter by @PYCAPk.

Les parents de Shafqat tenant sa photo. Sa mère n'a pas vu son fils depuis 11 ans. Photo téléchargée sur Twitter parPYCAPk.

Ceux qui ont prié toute la nuit pour #SaveShafqat ne priaient pas uniquement pour sauver une vie, mais ils priaient pour sauver toute l'humanité

Le Pakistan a récemment réintroduit la peine de mort

Il y a deux mois, le Pakistan a levé son moratoire sur la peine de mort après sept ans, suite à l'horrible attentat contre une école de Peshawar qui avait tué des dizaines d'enfants en décembre 2014. La date d'exécution de Shafqat avait été fixée. Le Ministre de l'Intérieur Nisar Ali Khan a maintenu son exécution même quand il a appris que Shafqat a été injustement condamné à l'âge de 14 ans; la magistrature pakistanaise a récemment rejeté la pétition et émis un nouvel ordre d'exécution pour le 19 mars frais.

Depuis que le moratoire a été levé, 39 personnes ont été exécutées. Mille autres prisonniers ont épuisé leurs recours et doivent être pendues. Actuellement, plus de 8000 personnes sont condamnées à mort au Pakistan. C'est plus que partout dans le monde.

Signez la pétition pour #SaveShafqat.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site