Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Syrie: le camp de Yarmouk entre le marteau de la faim et l'enclume de l'extrémisme

Syrian-Palestinians are eating from the garbage.

Un Syrien-Palestinien mange les ordures. Photo prise le 03/03/2015 par LensDimashqi sur Tumblr. Utilisation sous CC.BY. 2.0

Un total de 18.000 réfugiés palestiniens vivent dans des “conditions inhumaines” dans le camp de Yarmouk à Damas, Syrie. Ils sont coincés entre le marteau de la faim et l'enclume de l'extrémisme.

Bombardés par le régime syrien et maintenant sous le feu du groupe Etat Islamique depuis le 1er avril, les réfugiés palestiniens ont déjà subi un siège de deux ans sans eau et avec de la nourriture distribuée au compte-gouttes. Le camp se trouve à un peu plus de 15km du palais présidentiel, mais cela n'a pas empêché le régime syrien du Président Bahar Al Assad de lâcher des barils d'explosifs sur les gens qui rentraient chez eux bredouilles de nourriture, affolés de sortir dans les rues truffées d'extrémistes armés. Selon une information qui circule sur les réseaux sociaux, le groupe Etat Islamique arrête, exécute, décapite les personnalités du camp et s'affronte aux autres groupes armés d'opposition.

Beaucoup d'activistes rejettent la responsabilité de l'invasion du groupe Etat Islamique sur l'armée du régime d'Assad qui les a mis en situation de le faire. Ils font remarquer qu'alors qu'il était impossible d'approvisionner le camp des réfugiés palestiniens en nourriture et en soins médicaux, les milices du groupe Etat Islamique sont tout d'un coup apparues dans le camp.

Le marteau, mourir de faim

“Il faut savoir ce que c'est que de vivre à Yarmouk, fermer l'électricité, l'eau, le chauffage, manger une fois par jour, vivre dans le noir, vivre en brûlant du bois.” – Anas, habitant de Yarmouk.

Selon l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient  (UNRWA), telle est la situation que vivent 18.000 réfugiés palestiniens sur les 160.000 qui vivaient dans le camp. Ils sont bloqués dans le camp de Yarmouk sans qu'aucune distribution de nourriture ou aide médicale d'urgence ne leur parvienne depuis le 6 décembre 2014. Bien que les gens soient descendus dans la rue le 18 janvier 2015 pour manifester contre le siège imposé par le régime d'Assad depuis juillet 2013, la crise a fait au moins 200 morts de faim. Après un an de diffusion d'une vidéo qui montre comme il est difficile et désespérant d’approvisionner en nourriture le camp de Yarmouk, un nouveau documentaire, intitulé Siège, est parti du centre du camp le 3 avril. Ce petit film résume en quatre chapitres la vie quotidienne et donne une idée de la pénurie alimentaire et du manque de services que les gens doivent supporter.

Une autre  vidéo postée le 6 février 2015 par Sami Alselwadi montre un réfugié palestinien du camp qui reproche à son gouvernement d'avoir laissé affamer le camp sans entreprendre aucune action contre le régime d'Assad. On voit ensuite ce que l'on peut penser être un camion de pain distribué au gens en lançant les paquets en l'air pour que les plus chanceux les attrapent. Selon ses paroles, le responsable de tout cela est Mahmoud Abbas, le Président palestinien:

Tout cela c'est la faim, Abbas. Vous êtes à Ramalla, et vous ne savez pas ce que supporte le peuple palestinien ici. Des milliers de gens ont faim ici. Qu'est-ce que vous en pensez? Honte à vous.

ISIS claims it is there to help the besieged refugees of Yarmouk Camp. But this is what they do.

Le groupe Etat Islamique prétend être là pour aider des réfugiés assiégés du camp de Yarmouk. Mais voilà ce qu'ils font (lire de droite à gauche). Photo de @AlaaAllagta. Utilisation sous CC. BY 2.0

L'enclume, l'extrémisme jusqu'à la mort

Depuis le 1er avril, des informations sur les médias sociaux confirment que les forces du groupe Etat Islamique sont entrées dans le camp assiégé et contrôlent actuellement 90% du camp. Les internautes suivent de près l'afflux d'informations sur ce développement dramatique. Des abonnés à Twitter rapportent que le groupe Etat Islamique est entré dans le camp après que le front Al Nusrau, un affilié d'Al Qaïda au levant, leur en a facilité l'accès à partir de Hajar Aswad, une ville voisine.

#ISIS contrôle la plus grande partie du camp de réfugiés #Palestine  – camp de #Yarmouk à #Damascus#Syria: PLO Conformed

Après une année à ignorer ces milliers d'affamés assiégés à Yarmouk, le groupe Etat Islamique est entré dans le camp.

Tom Finn et Linah Alsaafin expliquent l'apparition soudaine du groupe Etat Islamique dans le camp et comment ils ont pu y parvenir à partir d'une ville voisine:

.@LinahAlsaafin et moi avons demandé à un journaliste à l'intérieur du camp de #Yarmouk : comment le groupe Etat Islamique a-t-il  pu entrer dans Damas?

De son côté Talal Alyan partage une photo de l'intérieur du camp:

Photo des combattants Akhnaf, qui ont repoussé l'offensive du groupe Etat Islamique toute la journée, envoyée par un ami de #yarmouk

Rami Allolah a fait suivre à ses 16K abonnés Twitter une carte des groupes qui contrôlent le camp. On distingue les zones contrôlées par le groupe Etat Islamique, les groupes armés palestiniens, l'Armée de Libération de la Syrie, l'armée d'Assad et Al Nusrah.

#Map (carte) de la situation militaire dans le camp de  #Yarmouk au sud de #Damascus

Les activistes n'ont pas attendu longtemps pour rapporter les assassinats terrifiants perpétrés par le groupe Etat Islamique, et l'information a commencé à être reprise par les médias traditionnels comme le confirme Raqqa_SI à ses 21K et plus abonnés:

#ISIS (le groupe Etat Islamique) a décapité énormément de jeunes gens dans le camp de #YarmoukCamp et la coordination de la ville de #Yarmouk n'a pas publié les photos car elles sont trop atroces.

Lire aussi: The Situation in Yarmouk Refugee Camp has Reached Catastrophic Levels

1 commentaire

  • […] Un total de 18.000 réfugiés palestiniens vivent dans des “conditions inhumaines” dans le camp de Yarmouk à Damas, Syrie. Ils sont coincés entre le marteau de la faim et l'enclume de l'extrémisme.  […]

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site