Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Nous contournons la mort” : Des blogueurs yéménites racontent les horreurs de la guerre

Buildings targeted in Saudi-led air strikes on Yemen. Photograph shared on Twitter by Sana'a-based blogger @Omeisy

Des bâtiments visés par les frappes aériennes sous direction saoudienne au Yémen. Photo partagée sur Twitter par le blogueur de Sana'a @Omeisy

Dix-huit gouvernorats sur 22 ont été attaqués par la coalition sous bannière saoudienne depuis qu'a débuté le 26 mars la guerre contre le Yémen, font savoir les Nations Unies. Dans le sillage de destruction, des centaines de morts, des milliers de blessés et un pays de 24 millions d'habitants qui survit dans la pauvreté, l'épouvante et l'absence des biens de première nécessité.

Si les frappes de l'Opération Tempête Décisive se donnent pour cible les installations militaires et les dépôts d'armes afin d'étouffer la rébellion houthiste soutenue par le président déchu Ali Abdullah Saleh, leur résultat est une accumulation de mort, d'exode et de destruction dans tout le pays. Malgré la quantité massive de frappes ces dernières semaines, la violente agression Houthi/Saleh s'est diffusée au sud et intensifiée, notamment à Aden, et tue de nombreux civils tout en détruisant les quartiers résidentiels.

Avec l'appui de ses alliés arabes du Golfe, de l'Egypte, de la Jordanie, du Maroc, du Soudan, l'Arabie Saoudite a lancé une opération de frappes aériennes contre les combattants Houthis qui se sont emparés du Yémen en janvier. La campagne est aussi soutenue par les USA, qui apportent à leur partenaire saoudien une aide en renseignement et logistique.

Les Nations Unies estiment qu'environ 150.000 personnes ont été déplacées, et l'Organisation Mondiale de la Santé, citant des sources du Ministère yéménite de la Santé, recense 767 tués et plus de 2.900 blessés en moins d'un mois.

Le dernier rapport publié par le Bureau des Nations Unies pour la Coordination de l'aide humanitaire donne un aperçu des infrastructures détruites, endommagées, ou désorganisées suite aux combats.

Ceux qui sont confinés chez eux n'ont ni carburant, ni gaz de cuisine, ni eau. La nourriture est rare, et l'électricité inexistante.

Vivre au milieu des frappes aériennes et des bombardements constants

Les habitants de la capitale Sana'a et d'Aden tweetent nuit et jour sur les horreurs que la guerre leur fait subir.

Pour Osama Abdullah, de Sana'a, vivre dans la capitale c'est “contourner la mort” :

Nous dormons et sommes réveillés par les frappes saoudiennes, chaque jour nous perdons un ami cher ou un parent, nous contournons la mort et notre vie n'a plus de sens

Hisham Al-Omeisy partage des photos des dégâts causés par les frappes aériennes à Sana'a :

Photos de ces 2 dernières heures à Sana'a Yémen montrant le bombardement par les frappes aériennes de la coalition..qui n'ont pas encore cessé..

Amal Suqaf décrit l'effroi de vivre au quotidien dans de telles conditions :

Très très fortes explosions à Aser, Attan et derrière la maison d'Abduraboh à 60 mètres de rue, c'est si effrayant, je suis sourde

Le bombardement aérien continuel a arrêté toute vie. Ammar Al-Aulaqi tweete sur la pénurie de carburant et les coupures d'électricité :

Les plus grands distributeurs alimentaires de Sana'a sont vides. Les rues sont vides à cause de la pénurie de carburant. Les ordures s'accumulent. Coupures de courant générales. “Je suis une légende” [NdT: titre d'un film d'anticipation]

Rooj décrit la vie dans la peur permanente, avec un repas par jour, dans l'obscurité :

Pour savoir comment c'est au Yémen, débranchez l'électricité, l'eau, le chauffage, mangez une fois par jour, vivez dans le noir et craignez pour votre vie.

Haykal Bafana, de Sana'a, dit que les Yéménites sont dépourvus des nécessités de base autant que de paix :

Pas d'électricité 34 heures de suite dans la capitale du Yémen Sana'a. Ni essence, ni diesel, ni gaz de cuisine, ni eau ni paix non plus.

Ibrahim Alhemyari suggère ce que devrait indiquer la météo aux Yéménites au lieu des températures minimales et maximales du jour :

Voici ce que je devrais vraiment recevoir en vérifiant la météo au Yémen sur mon iPhone.

Et tandis que Sana'a se fait bombarder par la coalition menée par les Saoudiens, cette horreur trouve un écho dans le sud, où l'alliance Saleh/Houthi combat à Aden, dans un relatif silence des médias.

Ce que souligne Ammar Al-Aulaqi :

Très honnêtement, les habitants d'Aden vivent le pire, il y a dix fois plus de morts de civils ici, pourtant c'est Sana'a qui a le plus de couverture médiatique. Un fait.

Il indique que les écoles et universités sont fermées depuis le début de la guerre :

Le monde doit savoir : Toutes les écoles, universités et institutions d'enseignement sont fermées à Aden depuis le 26 mars. #AdenSaigne

La porte-parole du Comité International de la Croix Rouge au Yémen, Marie Claire Feghali, a déclaré que la situation humanitaire dans le pays était “très difficile … [avec] la coupure des voies maritimes, aériennes et terrestres”. Et elle décrit la situation à Aden comme “catastrophique pour dire le moins”. Et encore : “La guerre à Aden est dans chaque rue, à chaque coin … Beaucoup sont dans l'impossibilité de s'échapper”.

Un Yéménite-Britannique raconte à la radio BBC World les problèmes et dangers qui sont le lot des gens à Aden.

D'autres habitants d'Aden ont tweeté sur leurs épreuves.

Nisma, une étudiante de 20 ans à Aden, décrit pour la radio BBC World les terribles conditions de vie qui y règnent :

Ma vie quotidienne pas d'électricité pas d'eau rien à manger pas de sécurité. On vivrait mieux dans la jungle.

Fakhuus Hashim dit qu'Aden souffre dans une guerre qu'elle n'a pas commencée :

Aden subit une guerre qu'elle n'a pas commencée et où elle n'a aucun rôle. Mais les corps tombent si vite. Dieu aie pitié.

Hussain Al-Yafai rapporte que des tireurs embusqués tirent sur des femmes et des enfants et les tuent à Aden :

Les snipers houthis tuent à présent des femmes et des enfants à Aden ! On annonce de nombreux enfants et femmes tués par des snipers houthis !

Sala Mohammed décrit la situation humanitaire désespérée sur le terrain :

#Aden#Dhalea#Lahj Besoin urgent d'aide humanitaire, pénurie d'eau, nourriture, carburant et services médicaux.

Pour résumer, Al-Omeisy note que tous les Yémenites sont unis dans leurs souffrances :

Juste pour mettre en perspective, Sana'a subit les frappes aériennes de la coalition. Aden même chose + artillerie des Houthis, artillerie de la marine, artillerie de patrouilleurs..etc

A suivre sur Global Voices

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site