Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les pénuries aggravent les souffrances des Yéménites sous les bombardements de la coalition saoudienne

"#Yemen is deep into the humanitarian disaster. Monitors can't see the reality & won't. People are starving in #Aden,' tweets @yemen-updates, who shares this photograph of Yemenis in Aden queuing for food

“Le #Yémen est au fond de la crise humanitaire. Les observateurs ne voient pas la réalité, en sont incapables. C'est la famine à #Aden,’ tweete @yemen-updates, avec cette photo de Yéménites attendant une distribution de nourriture à Aden

Les Yéménites sont coutumiers depuis toujours d'un manque de services de base, avec coupures d'électricité et pénuries d'eau, mais les pannes de courant pendant des journées entières à cause de la guerre intensifient leurs souffrances et mettent en danger la vie des patients dans les hôpitaux.

Des centaines de personnes auraient été tuées dans les combats au Yémen depuis que l'Arabie Saoudite a lancé sa campagne militaire contre le pays le 26 mars. Avec l'appui de leurs alliés du Golfe, d'Egypte, de Jordanie et du Maroc, le Soudan et l'Arabie Saoudite ont débuté une opération de frappes aériennes, baptisée Tempête Décisive, contre les rebelles houthistes qui ont pris le contrôle du Yémen en janvier.

Si les frappes de l'Opération Tempête Décisive se donnent pour cible les installations militaires et les dépôts d'armes afin d'étouffer la rébellion houthiste soutenue par le président déchu Ali Abdullah Saleh, leur résultat est une accumulation de mort, d'exode et de destruction dans tout le pays. Malgré la quantité massive de frappes ces dernières semaines, la violente agression Houthi/Saleh s'est diffusée au sud et intensifiée, notamment à Aden, et tue de nombreux civils tout en détruisant les quartiers résidentiels.

Les Nations Unies estiment qu'environ 150.000 personnes ont été déplacées, et l'Organisation Mondiale de la Santé recense 944 tués et 3.487 blessés en moins d'un mois.

Le dernier rapport publié par le Bureau des Nations Unies pour la Coordination de l'aide humanitaire donne un aperçu des infrastructures détruites, endommagées, ou désorganisées suite aux combats, et ajoute :

L'insécurité alimentaire est en hausse. Le Programme Alimentaire Mondial (PAM) estime que le nombre de personnes en insécurité alimentaire au Yémen atteint 12 millions – une augmentation de 13 % depuis le début de la crise. Avant l'escalade du conflit, plus de 90 % des denrées alimentaires de base du Yémen étaient importées, mais la fermeture des ports et les autres restrictions sur les importations ont fait baisser la disponibilité.

[…]

Le carburant est épuisé dans de nombreuses zones. Là où il y en a, les prix ont explosé – Oxfam estime que les prix du carburants ont quadruplé à certains endroits. Le carburant est un besoin urgent pour pomper l'eau souterraine et maintenir le fonctionnement des hôpitaux et autres intallations cruciales soumises à de fréquentes coupures de courant.

Déjà avant cette guerre, le Yémen connaissait la crise humanitaire. Environ 16 millions de personnes, soit plus de 61 % de la population, dépendaient de l'aide humanitaire fin 2014.

Le rapport des Nations Unies explique :

L'escalade en cours va notablement exacerber les besoins chez beaucoup de ces gens déjà vulnérables, sans compter qu'elle affectera des personnes qui n'avaient pas précédemment besoin d'aide humanitaire.

Les services de base sont au bord de l'implosion au Yémen. Le gouvernement est largement incapable de payer les salaires des fonctionnaires, ce qui a des conséquences directes sur la fourniture des services de base. On reçoit de plus en plus d'informations de fermetures d'installations de santé et de nutrition, ou de réduction drastiques de leur fonctionnement dans les zones affectées, notamment dans le sud et à Sa’ada. La scolarité est également suspendue pour plus d'1,5 million d'enfants depuis le début de la crise.

Oxfam a condamné les frappes aériennes de la coalition à direction saoudienne, qui ont bombardé son entrepôt contenant aide humanitaire et eau potable vitales. Le directeur d'Oxfam pour le Yémen a publié un communiqué :

C'est un scandale absolu surtout si on considère que nous avons communiqué à la Coalition les informations détaillées sur la localisation de nos bureaux et installations de stockage. Le contenu de l'entrepôt n'avait aucun intérêt militaire.

Sur Twitter, les internautes yéménites partagent des petits bouts de leur quotidien en temps de guerre.

De Sana'a, Hisham Al-Omeisy écrit que les coupures de courant et la pénurie d'essence affecte les générateurs de secours dans les hôpitaux, mettant en danger la vie des patients :

Ça ne pourrait pas être plus morbide..Sans essence pour faire fonctionner les générateurs des hôpitaux, beaucoup de gens vont bientôt mourir

Yémen Updates explique :

Sanaa comme d'autre villes s'enfonce dans un blackout total. Les houthistes s'en foutent et la coalition saoudienne ne renoncera pas. Les deux tuent les Yéménites à leur façon.

Nisma Alozebi ajoute que “vivre dans une jungle serait meilleur” :

Ma vie quotidienne pas d'électricité pas d'eau rien à manger pas de sécurité. On vivrait mieux dans la jungle.

A Aden, les Yéménites se plaignent d'épreuves similaires. Mohammed Alsalafi tweete :

La situation à Aden est extrêmement grave ! Des parents me disent : “pas d'eau, pas d'électricité et il fait chaud” ajoutant “cadavres partout dans les rues”

Recharger les téléphones 

Communiquer par téléphone mobile et partager les horreurs de la guerre entre eux et avec l'extérieur est la préoccupation de nombreux Yéménites, alors que les coupures d'électricité les en empêchent complètement.

Ammar Al-Aulaqi partage cette photo d'une file de téléphones attendant leur tout d'être chargés :

Photo amusante qui circule. Conséquences de la coupure de courant

Akram Al-Akhali partage une photo similaire de “soirée rechargement” :

un ami chanceux a trouvé du carburant pour le générateur, a invité des amis pour une “soirée rechargement” 50 heures sans électricité et ça n'est pas fini

Pénuries de nourriture, essence et eau 

A cause du blocus aérien, terrestre et maritime du Yémen, aucune importation ne parvient dans ce pays qui en dépend étroitement pour son approvionnement alimentaire et en carburant. Le Yémen dépend des importations pour 90 % de son blé et 100 % de son riz. La pénurie a provoqué un pic des prix de la nourriture et de l'essence et paralyse aussi la mobilité de l'ensemble du pays. Le carburant sert aussi à produire l'électricité et à maintenir en marche la fourniture d'eau ainsi que les générateurs des hôpitaux. Des sources en eau ont subi des dommages supplémentaires de par le conflit, que ce soient les frappes aériennes qui ont visé une base miliitaires à côté d'une réserve d'eau ou les milices Houthi/Saleh qui ont détruit un aqueduc principal qui desservait 1 million de personnes dans la ville d'Aden.

Rasha Jarhum explique :

Le système principal de distribution d'eau d'Aden est à Jabal Hadid où un dépôt de munition a explosé

Une vidéo mise en ligne par SamaYemen montrerait les dégâts à une canalisation d'eau potable dans le quartier de Mualla, à Aden :

Yemen Updates met en garde contre une “catastrophe humanitaire” :

Le Yémen s'enfonce dans la catastrophe humanitaire. Les observateurs ne voient pas la réalité, ne le peuvent pas. On meurt de faim à Aden.

Wesam Qaid écrit que les boulangeries d'Aden n'ont plus de farine :

La situation humanitaire empire : les boulangeries d'Aden ferment et celles qui sont ouvertes n'ont plus de farine

Tandis que le compte Twitter du journal Yemen Post publie des photos de Yéménites qui font la queue pour du pain :

Crises de la faim au Yémen : des centaines de personnes font la queue dans l'espoir de pain. La boulangerie ne rouvre pas par manque de farine.

Pas d'eau

Les internautes yéménites rapportent de graves pénuries d'eau. A Aden, Unicef Yemen publie cette affiche :

Aden le service de l'eau qui dessert 1 million de gens endommagé doublement par les combats et la pénurie de carburant

Fatik Al-Rodaini montre des enfants faisant la queue pour l'eau à Aden :

Les files d'attente sont partout au Yémen mais à Aden les enfants font la queue pour chercher de l'eau pour leurs familles

Muraisi RedDevil raconte les difficultés traversées par les gens pour obtenir de l'eau :

Pénurie d'eau massive à Aden. Les gens couvrent de grandes distances pour se procurer les nécessités de base.

Pas de carburant 

Les pénuries de nourriture et d'eau sont exacerbées par le manque d'essence pour les voitures et les générateurs. De Sana'a, Ala'a Assamawy mesure un embouteillage de 2,6 km pour l'attente à une station-service :

Nouveau record de souffrances au Yémen.. un bouchon de 2,6 km de voitures pour prendre de l'essence à Sanaa en ce moment

Ahmed Sayaghi, de Sana'a, partage cette photo :

photo : les plus longues queues aux stations d'essence

Le journal Yemen Post tweete :

Des centaines de véhicules entourent une station-service pendant des jours… pas d'essence…

Le compte Twitter de ce même journal montre un Yéménite entreprenant, qui cherche à recharger son téléphone à l'aide d'un chargeur portatif à l'énergie solaire :

Il cherche désespérément à recharger son mobile. Energie solaire portative… Grâce à 6 jours de coupures d'électricité au Yémen

Le covoiturage – à moto — est une autre option valable pour de nombreux Yéménites.

Pas d'essence ? Voilà la solution au Yémen !!!

Restez connectés pour de nouvelles informations sur ce pays déchiré par la guerre.

Lire aussi :

“Nous contournons la mort” : Des blogueurs yéménites racontent les horreurs de la guerre
 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site