Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Dans les “prisons ouvertes” finlandaises, les détenus ont les clés

Jukka Tiihonen served the last few years of his sentence for murder at this open prison on Suomenlinna Island. Credit: Rae Ellen Bichell. Published with PRI's permission

Jukka Tiihonen a purgé les dernières années de sa peine pour meurtre dans une prison ouverte de l'île de Suomenlinna. Crédit: Rae Ellen Bichell. Publié avec l'autorisation de PRI.

Cet article, ainsi que le reportage de Rae Ellen Bichell pour The World, ont à l'origine été publiés sur PRI.org le 15 avril 2015, et sont reproduits ici dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Pour trouver les détenus de la prison de Kerava, en Finlande, il faut simplement remonter une allée bordée d'arbres et ouvrir la porte d'une serre.

“C'est vraiment reposant d'être ici, dit Hannu Kallio, condamné pour trafic de drogue. Nous avons des lapins.”

Les soixante-dix détenus de cet établissement vont travailler tous les jours dans la serre. Aujourd'hui, ils mettent des jeunes plants en pot en vue d'une importante vente de printemps. Et oui, il y a un enclos à lapins à caresser et avec qui passer du temps. Il y a aussi des moutons.

Mais il n'y a aucune porte, serrure ni uniforme : c'est une prison ouverte. Tous ont postulé pour y être. Ils gagnent environ 7,40 euros de l'heure, ont des téléphones portables, font leurs courses en ville et obtiennent trois jours de vacances tous les deux mois. Ils paient un loyer à la prison. S'ils choisissent d'étudier pour un diplôme universitaire en ville au lieu de travailler, ils reçoivent une subvention. Parfois ils partent en séjour surveillé de camping et pêche.

Ces détenus savent qu'il ne serait pas difficile de s'évader. “Vous pouvez partir si vous voulez, dit Kallio. Mais si vous vous évadez, vous retournez en prison. Vous êtes mieux ici.”

Each spring, hundreds of people come to the Kerava open prison to picnic, pat the animals and buy plants cultivated by inmates.  Credit: Courtesy of Criminal Sanctions Agency, Finland

A chaque printemps, des centaines de gens viennent à la prison ouverte de Kerava pour y pique-niquer, caresser les animaux et acheter les plantes cultivées par les détenus. Crédit: avec l'aimable autorisation de l'Agence pour les sanctions criminelles de Finlande.

En Finlande, il y a des prisons ouvertes depuis les années trente. A cette époque, elles ressemblaient plutôt à des camps de travail. Maintenant, elles sont la dernière étape d'une peine de prison, avant que les détenus ne retournent à une vie normale.

“Il n'y a pas l'idée que nous enfermons les gens pour le restant de leur vie, explique Tapio Lappi-Seppälä, responsable de l'Institut de criminologie de l'université de Helsinki, parce que si c'était le cas, il faudrait vraiment investir et s'assurer qu'il existe une possibilité de réhabilitation.”

Ça n'a pas toujours été ainsi. Il y a quelques dizaines d'années, la Finlande avait l'un des taux d'emprisonnement les plus élevés d'Europe. Puis, dans les années soixante, des chercheurs scandinaves ont commencé à examiner l'efficacité de la punition sur la réduction de la criminalité. Conclusion : cette efficacité est nulle.

“Ce fut la première fois qu'une recherche aussi cruciale eut lieu et qu'elle montra que l'emprisonnement ne sert à rien”, dit Lappi-Seppälä.

Pendant les trente années qui ont suivi, la Finlande remodela sa politique pénale petit à petit. A la fin de cette période de “décarceration,”, la Finlande avait le taux d'emprisonnement le plus bas du continent. Lappi-Seppälä indique que la criminalité n'a pas augmenté en conséquence.

“La leçon finlandaise est qu'il est parfaitement possible de diminuer le recours à l'emprisonnement [de deux tiers], dit-il, sans influencer la courbe de criminalité du pays.”

En revanche, ce qui a fonctionné fut une réintroduction graduelle à la vie normale, comme ce qu'offrent les prisons ouvertes. Environ un tiers des détenus finlandais vivent dans des prisons ouvertes, et selon l'Agence pour les sanctions criminelles de Finlande, ceux-ci sont moins susceptibles d'être à nouveau arrêtés. Le taux de récidive chute d'environ vingt pour cent.

Les prisons ouvertes sont également moins chères. Esa Vesterbacka, responsable de l'Agence pour les sanctions criminelles, explique que le coût par individu diminue d'un tiers en éliminant les besoins en personnel et systèmes de sécurité, ainsi qu'en logeant les détenus dans des dortoirs.  “Ce n'est pas la raison principale pour créer ce type de prison, dit Vesterbacka, mais bien entendu, de nos jours, ce n'est pas plus mal de pouvoir faire moins cher.”

Il y a même une prison ouverte dans l'attraction touristique majeure de Helsinki, l'île de Suomenlinna. L'île est un site classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO et dans lequel les touristes affluent chaque été. Pourtant, seule une clôture jaune sépare la prison d'une zone résidentielle et des musées.

Inmates at the Suomenlinna open prison live in blue dormitory-style housing. A picket fence is all that separates the prison grounds from the rest of the island, a popular tourist destination. Credit: Courtesy of Criminal Sanctions Agency, Finland

Les détenus de la prison ouverte de Suomenlinna vivent dans des dortoirs bleus. Une clôture est tout ce qui sépare la prison du reste de l'île, qui est une destination touristique populaire. Crédit: avec l'aimable autorisation de l'Agence pour les sanctions criminelles de Finlande.

“On ne se rend vraiment pas compte qu'on se promène au milieu d'une prison ouverte, dit Lappi-Seppälä. Personne n'y pense. Mais je ne crois pas que même les touristes américains trouvent cela effrayant.”

Les riverains ont l'air d'être d'accord. La plupart des résidents proches des prisons ouvertes de Kerava et Suomenlinna ont l'air perplexe quand je leur demande s'ils sont inquiets de partager la ville avec des condamnés. Certains me répondent que les prisonniers améliorent la commune en restaurant des sites historiques ou en nettoyant les espaces publics.

Il est tentant de se demander si un tel système pourrait fonctionner dans d'autres pays, notamment aux Etats-Unis, pays qui incarcère le plus de gens au monde. Heather Thompson est professeure d'histoire à la Temple University : elle étudie l'incarcération de masse et les populations carcérales, et explique que c'est difficile à dire car les Etats-Unis n'abordent pas ce sujet.

“Nous en arrivons tout juste à reconnaître que nous incarcérons bien trop de gens. Nous n'avons pas encore eu de débat sur les conditions de détention, sur ce que les gens vivent vraiment en prison, pour qu'ils en sortent comme des êtres humains entiers.”

Quand j'ai discuté avec Hannu Kallio à la prison ouverte de Kerava, il s'apprêtait à déménager pour passer les derniers mois de sa peine chez lui, à travailler dans un centre de recyclage et à vivre avec sa femme, ses filles et son Jack Russel Terrier.

Un de ses camarades de prison, Juha, qui ne veut pas donner son nom de famille, va avoir son premier enfant. Il purge une condamnation à perpétuité mais en Finlande la plupart de celles-ci sont commuées en peines de dix ou quinze ans. “C'est vraiment beaucoup, dit Juha. Je ne sais pas quand je vais sortir. En fait, c'est sa mère qui va l'élever.”

Juha ne sait pas quand il sera capable de rentrer chez lui dans sa nouvelle famille, mais il sait que ce moment arrivera. Et pour quelqu'un qui a commencé avec une condamnation à perpétuité dans une prison de haute sécurité, cela veut dire beaucoup.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site