Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Une artiste américaine redonne au Népal ses sculptures volées, en peintures

Lakshmi-Narayana - 15th Century Stone, 34 inches. Stolen in 1984 from Narayan Temple, Patko Tol, Patan. Image by Joy Lynn Davis. Used with permission

Lakshmi-Narayana – pierre, 15ème siècle, 86,3 cm. Volé en 1984 du temple de Narayan, Patko Tol, Patan. Image par Joy Lynn Davis. Avec son autorisation.

Katmandou, la capitale du Népal, est un musée à ciel ouvert d'art et de culture. Avec ses innombrables temples, dont sept sites du patrimoine mondial sur la liste de l'UNESCO, la Vallée de Katmandou n'attire pas que les amateurs d'art et les pèlerins religieux, mais aussi les voleurs et trafiquants.

De nombreuses statues multi-séculaires ont été dérobées dans les temples après les années 1950, pas seulement par des trafiquants professionnels, aussi par des expatriés de haut rang et les élites puissantes. Une immense cache d'organes d'animaux sauvages et de sculptures de divinités très anciennes découverte par la police népalaise lors d'une perquisition en 2009 à la résidence de l'aventurier Ian Baker à Katmandou laisse entrevoir l'ampleur des vols et l'implication de grands noms.

Des actions ont été entreprises au cours des années pour documenter le pillage, citons “Lost Images of Nepal” ”Images perdues du Népal] par Lain Singh Bangdel, “Gods are leaving the country: Art theft from Nepal” [Les Dieux quittent le pays : le vol d'oeuvres d'art népalaises] par Jurgen Schick et “Gods in Exile” [Dieux en exil] par Kanak Mani Dixit. Inspirée par ces publications, l'artiste américaine Joy Lynn Davis a visité les sites des vols et enregistré les souvenirs racontés par les gens du cru. Rebondissant sur les travaux de Bangdel et Schick, elle s'est mise à peindre les lieux sacrés d'où les statues avaient été dérobées, et ainsi ‘rapatrié’, selon ses mots, les sculptures volées avec de l'or à 23 carats.

Selon Joy Lynn Davis, l'or symbolise la marchandisation des sculptures inestimables et les fait se démarquer visuellement par ses peintures d'un réalisme photographique – accentuant leur absence.

Joy Lynn Davis est une artiste et scientifique, et fait partie d'un mouvement montant pour la documentation et la restitution de la statuaire népalaise volée

“Souvenirs des sculptures perdues de la Vallée de Katmandou”, une exposition d'art ouverte en ce moment au Nepal Art Council de Katmandou, présente ce précieux travail.

Rappeler ce qui est perdu

Le mouvement de restauration des oeuvres d'art volées est relativement jeune. Dans les années 1980, l'artiste et universitaire Lain Singh Bangdel et l'amateur d'art allemand Jurgen Schick ont entrepris la tâche ardue de documenter les statues perdues. La Huntington Archive à l'Université d'Etat de l'Ohio montre les images photographiées par Lain Singh Bangdel dans son livre “Les images volées du Népal”.

Après avoir vu dans ce livre les photos avant et après de divinités volées, un collectionneur californien a restitué quatre statues en août 1999, et une autre a été rendue depuis Berlin, rapporte le Nepali Times.

Donna Yates, une archéologue qui étude le trafic d'antiquités et la criminalité autour des antiquités et de l'art, a tweeté une photo de cette archive :

Avant et après. Sculpture mutilée lors d'une tentative de pillage. Images perdues et volées : Népal

A l'exposition Davis de Katmandou, des panneaux d'information présentent des photographies historiques des sculptures volées et récentes des sites, ainsi que des renseignements sur les oeuvres dérobées avec des cartes des sites d'origine des vols. L'artiste a précédemment montré ses travaux dans l'exposition ‘Récits de foi et de mémoire : Souvenirs des sculptures perdues de Katmandou’ en 2013 au musée Patan à Lalitpur, au Népal.

Parmi les réalisations de Joy Lynn Davis, il y a une carte et une base de données interactives d'oeuvres volées. Selon le site internet du projet, le contenu en sera bientôt ajouté à la base de donnée d'Interpol d'art volé.

La base de données d'art népalais perdu & volé sera reliée à Interpol. Félicitations à Joy Lynn Davis pour son travail acharné !

Là où les divinités du Népal ont été volées, et où elles sont maintenant. Exposition de Joy Lynn Danvis jusqu'au 22 mai au Nepal Art Council

Davis détaille le projet dans une vidéo sur YouTube :

Grâce à la prise de conscience et à la coopération d'organisations gouvernementales et non-gouvernementales avec les collectivités locales, les objets d'art volés au Népal ont été inventoriés, et beaucoup d'oeuvres ont été restaurées. Plus important, de grandes campagnes ont été lancées pour préserver les temples, monastères, et palais historiques, et autres objets d'intérêt culturel.

L'exposition “Souvenirs des sculptures perdues de la Vallée de Katmandou” est ouverte jusqu'au 22 mai 2015.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site