Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Chine : de nouvelles règles contraignantes sur les pseudonymes et les images de profil en ligne

Anti-umbrella sketch by Ellery Roberts Biddle.

caricature anti parapluie par Ellery Roberts Biddle.

 Ceci est un article réalisé à partir d'un interview de Wu Tun, propriétaire d'une boutique en ligne qu'il a été contraint de fermer en novembre 2014 (Taobao shop) . L'interview a été réalisé par Yi Que Tang  et d'abord publié sur pao-pao.net. La version anglaise a été traduite par Mandy Wong puis éditée et republiée par GV dans le cadre d'un accord de partenariat.

La nouvelle législation surInternet en Chine criminalise l'utilisation de pseudonymes ou d'images sur les profils pouvant “contrevenir aux lois existantes, menacer la sécurité nationale, détruire l'unité ethnique ou diffamer des tiers.”

Peu avant que cette loi entre en vigueur, le 1er mars, plus de 60 000 comptes d'utilisateurs ont été supprimés des grandes plates-formes de médias sociaux chinoises. Par la suite, plus de 7000 ont été supprimées en mars, au premier mois de la mise en place de nouvelles règles.

除執行網絡實名際外,中國針對網名及自我介紹進行管理,防止滲入政治訊息。圖片來自 Jason Ng 可能吧。

La Chine a mis en place de nouvelles règles pour  contrôler les utilisateurs d'Internet. Image de Jason Ng's Kenengba.  Usage non commercial

Le 4 février, le bureau d'information pour l'internet national chinois a publié un règlement sur l'utilisation des comptes d'utilisateurs sur Internet, qui impose neuf restrictions concernant les noms d'utilisateurs sur Internet. Cette règle a été mise en place dans le cadre d'un vaste ensemble de changements sur  l'identité des utilisateurs d'Internet en Chine. Ceux-ci seront désormais obligés de s'enregistrer sous leur vrai nom pour tout service en ligne. Bien qu'il puissent encore utiliser des avatars  ou des pseudonymes personnalisés, ils ne pourront le faire que dans le cadre de cette nouvelle politique

Ceci pourrait poser un problème a beaucoup d'utilisateurs d'Internet en Chine. Des internautes marqués politiquement utilisent souvent pseudonymes, avatars ou une image de leur profil pour faire une déclaration politique. Par exemple, les utilisateurs qui croient à des valeurs universelles ajoutent quelquefois “MZ” (forme abrégée de Minzhu, signifiant démocratie) à leur identifiant. Lors de l'évasion du militant des droits de l'homme, aveugle Chen Guangcheng (réfugié à l'embassade des Etats-Unis en 2012), ses partisans avaient changé leur nom d'écran en “Besoin de Guang [Lumière] et Cheng [Sincérité]”. Les avatars jouent un rôle similaire. Pendant la révolution des parapluies à Hong Kong, les sympathisants venus du continent chinois ont changés leur image de profil, affichant l'icône du mouvement : le parapluie ouvert.

Dans le cas de Wu Tun, s'il changeait son image de profil pour la remplacer par celle de son T-shirt montrant son soutien à  Ai Weiwei, son compte serait suspendu en vertu du nouveau règlement des “neuf restrictions”.

Ces restrictions peuvent être adaptées à pratiquement tout. Par exemple, l'une d'elle concerne  la diffusion de rumeurs et les  troubles à l'ordre public .”Mais franchement, qui peut juger si une information est ou non une rumeur en Chine” ? Comment une image de profil ou un titre d'article pourrait-il troubler l'ordre public ? Les autorité ont le pouvoir en dernier recours, d'interpréter à leur guise ces restrictions. Récemmment un internautes de Chine continentale ayant publié sur Photoshop une image de Xi Jinping pour son cercle d'amis sur WeChat a été interpellé par la police l'accusant de “troubler l'ordre public”.

De nombreux internautes chinois expriment leurs doutes et leurs inquiétude sur ces restrictions et les accusations de subversion contre le pouvoir de l'État, destruction de l'unité nationale. Encore une fois, on se demande comment un avatar pourrait détruire l'unité nationale ? Il semble bien que n'importe quelle image soit susceptible d'être interprétée comme une critique envers les autorités, pouvant donner lieu à des poursuites en vertu du nouveau règlement.

L'internet chinois a adopté la politique de la porte close et l'espace d'expression en ligne rétrécit rapidement. Beaucoup dans ces conditions choisissent de demeurer silencieux, par prudence ou peur.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site