Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La vie des travailleurs philippins, peinte par Antipas ‘Biboy’ Delotavo

"Itak sa Puso ni Mang Juan" (Dagger at the Heart of Mang Juan). Watercolor on Paper, 1978

“Itak sa Puso ni Mang Juan” (Poignard au Coeur de Mang Juan). Aquarelle sur Papier, 1978. Republiée avec permission.

[Tous les liens sont en anglais]

Dans le cadre de la Journée Internationale du Travail, Global Voices présente plusieurs tableaux qui illustrent la situation des travailleurs philippins.

Antipas “Biboy” Delovato est un célèbre artiste visuel philippin qui consacre son art à révéler des réalités douloureuses vécues par les citoyens ordinaires de la société philippine. En plus des autres réalités sociales qui exposent la face sombre de la dictature des années 1970, Biboy continue de réaliser des peintures qui éclairent le public sur l’impact de la pauvreté, l’oppression, et l’injustice dans le pays.

L’un de ses plus célèbres travaux présente un vieil ouvrier marchant devant le logo d’une compagnie transnationale (voir la photo ci-dessus). Des critiques décrivent cette œuvre comme « une crucifixion du prolétariat par un système capitaliste impitoyable. »

Interrogé par Global Voices quant à son inspiration, Biboy a déclaré :

Le grand art émane pour la plupart d’un esprit positif et encourageant qui l’inspire. Mon art semble être en contradiction avec ça. Le fardeau social l'a initialisé et je cherche le soulagement en le peignant. Je ne sais pas si c’est de l’inspiration. Je crois que c’est davantage une responsabilité en tant qu’être social doté d’une conscience.

Biboy ajoute également quelques conseils aux jeunes artistes :

Ce que vous créez en tant qu’artiste révèle ce que vous êtes. Si vous peignez uniquement pour l’argent ou autre, ça se verra. La sincérité, la conviction, la passion et le talent constituent les ingrédients du travail durable des artistes.

Le tableau ci-dessous illustre l’exode de masse des travailleurs philippins. Ils sont 12 millions, par delà les mers, à quitter leurs amis et leurs familles.

Diaspora Oil on Canvas, 2007

Diaspora. Huile sur Toile, 2007. Republiée avec permission.

Le spécialiste de l’art Patrick D. Flores dit de ce tableau :

Ils sont confrontés à un horizon qui semble se déplacer, mais leurs pas semblent décidés, leurs bagages les enracinent à leur terre, et ils sont résolus à « être présents » et disparaissent dans les profondeurs. Arrivent-ils ou partent-ils ? Sont-ils dans un vaste terminal à l’aéroport ou sur le tarmac pour attraper leur vol, ou arrivent-ils ?

Les Philippines détiennent une grande population de travailleurs clandestins, comme les vendeurs de rue, souvent harcelés et malmenés par les autorités.

Bawal Hanapbuhay (No Vendors Allowed) Watercolor, 1978

Bawal Hanapbuhay (Les Vendeurs sont Interdits). Aquarelle, 1978. Republiée avec permission.

La disparité de revenus entre les régions rurales et urbaines est immense. De nombreux agriculteurs vivent dans une pauvreté chronique, qui les force à migrer vers les zones urbaines.

Oil on Canvas, 2012

Huile sur Toile, 2012. Republiée avec permission.

Un critique d’art a décrit ce tableau comme un rappel de « la fausse bienveillance accordée aux Philippins depuis plus de 100 ans par les envahisseurs américains, dont les effets nous poursuivent encore aujourd’hui. » Les Philippines furent une colonie américaine, de 1898 à 1946.

Lead White Oil on Canvas, 2011

Guied Blanc. Huile sur Toile, 2011. Republiée avec permission.

Les manoeuvres militaires communes des armées philippine et américaine sont devenus plus fréquentes pendant la soi-disant « Guerre contre le Terrorisme », après les attentats du 11 septembre à New York.

America Gave Us John Wayne Oil on Canvas, 2003

L'Amérique Nous A Donné John Wayne. Huile sur Toile, 2003. Republiée avec permission.

Ce tableau est décrit par un critique comme une allusion aux « embarras de l'opulence reposant sur un drapeau philippin abîmé. »

Steal Life Oil on Canvas, 2008

Nature morte – Vie Volée. Huile sur Toile, 2008. Republiée avec permission.

Toutes les images d’Antipas “Biboy” Delotavo sont republiées ici avec sa permission.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site