Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La chanson d'un musicien Han contre les préjugés des Chinois envers le Xinjiang et les Ouïghours

Bazaar in Hotan, Xinjiang. Photo from Flickr User Evgeni Zotov. (CC: AT-NC-SA)

Souk à Hotan, Xinjiang. Photo sur Flickr de Evgeni Zotov. (CC: AT-NC-SA)

La région du Xinjiang, où les tensions ethniques entre Chinois Han majoritaires et Musulmans Ouïghours minoritaires dégénèrent périodiquement en violences, est un sujet sensible sur les médias sociaux chinois depuis les émeutes qui ont secoué la capitale régionale Urumqi pendant l'été 2009.

Une chanson récente intitulée “Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait ?” a brisé le silence et déclenché sur la plate-forme Weibo, l'équivalent chinois de Twitter, une discussion sur les stéréotypes et les incompréhensions inter-culturelles. La chanson est écrite par Liu Shuang (pseudonyme Weibo : “Call me Mr. Leon” [Appelez-moi M. Léon]), un diplômé de l'Université de Sécurité de la République Populaire, qui se présente maintenant, avec une pincée d'auto-dérision, comme un “chanteur policier de folk à temps partiel”.

Beaucoup de Chinois Han de la région sont descendants des “zhi qing à la campagne”, ces jeunes gens des villes envoyés habiter et travailler dans les zones rurales et “développer la frontière” depuis les débuts de l'ère communiste au milieu des années 1950 jusqu'à la fin de la Révolution Culturelle au milieu des années 1970.

Depuis 2000, une nouvelle vague migratoire de Chinois Han vers le Xinjiang a lieu sous le signe de la politique ‘Développer l'Ouest’ du gouvernement.

Les Ouïghours sont la population turcophone musulmane prédominante au Xinjiang, et beaucoup d'entre eux éprouvent du ressentiment contre l'afflux des Chinois Han et le développement à marche forcée de cités anciennes comme Kachgar.

Ils voient aussi dans le sécularisme promu par les autorités une menace pour leur religion et culture, et la méfiance a été encore nourrie par un cercle vicieux de violentes manifestations et répressions policières. L'agitation a culminé avec un certain nombre d’ “attentats terroristes” mortels, selon la terminologie des autorités chinoises, ce qui à son tour a contribué à un déclin [anglais] du tourisme dans la région.

En même temps, le pouvoir a tenté d'imposer une série de restrictions au nom de la sécurité, dont l'interdiction des longues barbes et des niqabs dans les espaces publics, avec des sanctions pénales prévues pour les contrevenants. Les mineurs au Xinjiang ont de plus interdiction de participer à des activités religieuses, ce qui n'est pas le cas ailleurs en Chine.

Liu, un Chinois Han né et grandi au Xinjiang, a écrit cette chanson pour dire son amour des Ouïghours et sa frustration devant les préjugés et caricatures de son pays natal par les gens de l'extérieur :

小时候我妈妈常给我讲 这里的民族热情善良

祖祖辈辈参军支援边疆 架起了高楼守卫边防

可长大一切都变了模样 有事没事就特么诋毁新疆

笑眯眯 打招呼问我哪儿人 我说新疆你语气一落千丈

看见维吾尔你就上下打量 侧过身包儿你就往怀里面藏

恐怖主义残忍烧杀砍伤 你想都没想罪名加我们头上

五年前七五事件是场空城灾难 五年了心灵都无法疗伤

我们也目睹过尸横街头 没蜡烛没祈福只有肮脏

虽然我是一个汉族小伙儿 可毕竟是生我养我的地方

就算有天这儿变成坟场 也永远都是我的故乡

新疆怎么你了 我说新疆怎么你了

新疆怎么你了 都是同胞何必呢

我说新疆怎么你了 我说新疆怎么你了

新疆怎么你了 你要这样伤害她呢

摘下你们的有色眼镜 说话能不能不要带着刺儿

新疆怎么你了 你要这样伤害他呢

新疆怎么你了 我说新疆怎么你们了

新疆怎么你了 你要这样伤害他呢

Quand j'étais enfant, maman me disait toujours que les minorités ethniques étaient hospitalières et vertueuses.

Les générations précédentes rejoignaient les armées servant aux frontières du pays, et y construisaient des tours pour défendre les frontières.

Tout a changé depuis que je suis grand, les gens se plaisent maintenant à calomnier le Xinjiang.

Chaque fois qu'on me demande aimablement où je suis né, quand je dis au Xinjiang le changement de ton me glace aussitôt.

Les Ouïghours sont toujours traités avec suspicion, quand on les voit on serre son sac sous son aisselle.

Le terrorisme signifie morts et blessés, mais vous nous chargez de façon éhontée d'accusations absurdes.

Les émeutes d'Urumqi il y a cinq ans étaient catastrophiques, et les plaies restent ouvertes.

Nous avons tous vu les cadavres dans les rues, sans bougies ni prières, que de la saleté.

Même si je suis d'ethnie han, je suis né et je vis ici.

Même si un jour elle est un cimetière, la région restera mon foyer.

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, qu'est-ce que le Xinjiang vous a donc fait ?

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, pourquoi ce mépris réciproque alors que nous sommes tous concitoyens ?

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait ?

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, pourquoi vous lui faites du mal ?

Laissez vos stéréotypes de côté, cessez donc les chamailleries

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, pourquoi vous lui faites du mal ?

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait ?

Qu'est-ce que le Xinjiang vous a fait, pourquoi vous lui faites du mal ?

L’ “unité ethnique” a beau être un thème central de la propagande d'Etat, les Ouïghours sont souvent stéréotypés hors du Xinjiang comme une minorité peu fiable, un trait mentionné dans la chanson de Liu. Ces préjugés élargissent le fossé entre Chinois han et Ouïghours et rendent impossibles un dialogue constructif ou la résolution des tensions dans la région.

La question donnant à réfléchir de Liu, “qu'est-ce que le Xinjiang vous a donc fait ?” a encouragé les Chinois han à repenser leur caractérisation de la région et de son peuple.

Aixiong Baobao, un Chinois han au Xinjiang, s'est exclamé sur Weibo :

哎~我是汉族,我也想说那一年的7·5死了几千人,我们的同胞为我们祈福没有?有的只是新疆停网半年和后遗症,请大家停止歧视和误解,正确去认识新疆你也会爱上这片热土,要明白歧视和误解才是引发暴乱的原因,我也憎恶如何支持独立的人,不要为了他人的私欲而做盲目的愤青。

Hélas, en tant que d'ethnie han, je tiens à dire que des milliers de gens sont morts le 5 juillet de cette année, mais est-ce que des compatriotes ont prié pour nous ? L'internet de la région a été coupé pendant plus de six mois et l'amnésie oubliée. Chacun doit cesser les discriminations et incompréhensions. On aime cette contrée dès qu'on commence à connaître le Xinjiang. Préjugés et incompréhension provoquent les émeutes.

Paopao Shuijing pense que les gens de l'extérieur passent à côté de la culture unique du Xinjiang, et en particulier de sa musique :

我是新疆人,我是汉族人。我们新疆的歌曲,你们或许听都没有听过。

Je suis un habitant du Xinjiang, je suis d'ethnie han. Vous n'avez probablement jamais entendu de chansons du Xinjiang.

Après avoir écouté la chanson, Gui Yao, qui n'est jamais allé au Xinjiang, a abondé :

虽然没去过新疆 但我讨厌所有种族歧视 民族歧视 地域歧视新疆河南等等地方都饱受这些苦难 真的很不公平 我相信大部分人都是善良的

Bien que n'ayant jamais été au Xinjiang, je déteste toutes les formes de discrimination – raciale, ethnique et régionale. Le Xinjiang, le Henan et de nombreuses autres régions en souffrent et c'est vraiment injuste. Je crois que la pIupart des gens [dans ces régions] sont bons et bienveillants.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site