Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

A Bahreïn, 6 mois de prison au défenseur des droits humains Nabeel Rajab pour un tweet

Nabeel Rajab. Photo by Conor McCabe via Wikimedia (CC BY-SA 2.0)

Nabeel Rajab. Photo de Conor McCabe sur Wikimedia (CC BY-SA 2.0)

Un tribunal de Bahreïn a retenu une peine de 6 mois de prison à l'encontre du défenseur des droits humains Nabeel Rajab pour avoir twitté des commentaires sur le groupe Etat Islamique.

Le Président du Centre pour les Droits Humains de Bahreïn est déjà en détention provisoire pour d'autres tweets et risque une peine de prison plus lourde.

Un ami, qui s'occupe du compte Twitter de Rajab qui compte 261.000 abonnés, a fait passer l'information, en retwittant le tweet pour lequel Rajab est condamné :

DERNIERE HEURE : la cour d'appel de #Bahrain condamne Nabeel Rajab à 6 mois de prison pour un tweet

C'est la dernière d'une série d'actions en justice à l'encontre de Rajab, qui a précédemment été poursuivi pour “dénigrement d'un organe officiel” dans des tweets qui comparent l'appareil sécuritaire du Bahreïn à un “incubateur” de combattants du groupe radical Etat islamique. Les tweets pour lesquels il a été condamné insinuent que les institutions sécuritaires du Bahreïn abritent de nombreux personnels appartenant à des groupements terroristes, dont EI.

Rajab, à la tête du Centre pour les Droits Humains de Bahreïn — centre qui n'est pas reconnu par le gouvernement — est sorti de prison en mai 2014 après une peine de 2 ans pour “troubles de l'ordre public.” Cette peine a été prononcée à la suite de son arrestation pour avoir tenté d'enquêter sur les violations des droits humains lors du  populaire de 2011 au Bahreïn.

Le 2 avril 2015, Rajab a été arrêté chez lui à Bani Jamra, pour avoir tweeté sur les conditions d'incarcération de personnes emprisonnées à la prison Jaw de Bahreïn et sur la coalition menée par l'Arabie Saoudite et les frappes aériennes qui touchent le Yémen depuis la fin mars.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site