Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La statue d'un prince ottoman qui se prend en selfie : en Turquie et nulle part ailleurs

Amasya, Turkey. The statue of a selfie taking Ottoman Prince, constructed by the Municipality. Image taken from mynet. Link: http://img7.mynet.com.tr/hbr/2015/05/09/070419302/29236797-640x360.jpg

Amasya, Turquie. Statue d'un prince ottoman prenant un selfie, érigée par la municipalité. Source photo. Largement difusée.

Ces temps-ci, la Turquie fait étalage d'un sidérant mauvais goût en matière de statues.

Comme dans la plupart des pays, les statues décorant les villes de Turquie représentent une célébrité ou une caractéristique du lieu.

Amasya dans le nord de la Turquie est connue comme la Cité des Princes (şehzade), la statue d'un prince ottoman est donc un ornement architectural tout à fait normal pour la ville.

Sauf que, conformément à la mode récente des effigies post-modernes dans le pays, celle que les autorités municipales d'Amasya ont érigée dans leur bonne ville n'est pas celle d'un prince ottoman normal : il se prend en selfie.

C'est donc vraiment vrai : statue inaugurée à Amasya du prince ottoman Mustafa du 16e siècle… en train de prendre un selfie

Les réactions ont afflué dès que les médias ont découvert le monument. Beaucoup de gens ont pris ce qu'on pourrait appeler un ‘selfie au carré’ — un selfie d'eux-mêmes sur la statue — tandis que d'autres inventoriaient des statues anachroniques du même genre ailleurs dans le pays :

Un prince ottoman prenant un selfie à Amasya, Transformers à Ankara, Superman à Bodrum, où est la statue du Jedi Yoda ?!? :D :D

Mon Dieu, je suis choqué, ce téléphone est un Samsung ? Le Prince Mustafa ne peut pas se payer un iPhone ?

Pendant que les twittos se vautraient dans la selfie-mania, l'effigie du Prince Mustafa subissait deux atteintes cruelles : le téléphone et le sabre de la  statue étaient brisés, successivement les 10 et 11 mai.

On aurait pu voir dans les attentats apparents à la statue un crime à motivation politique, mais les suspects appréhendés ont fait valoir que tel n'était pas le cas, et que le téléphone comme le sabre s'étaient détachés à peine les avaient-ils touchés.

Après les avoir entendus, le procureur local a remis en liberté les deux suspects. La statue, pour sa part, a été mise sous garde policière.

Quelqu'un a cassé le téléphone du prince ottoman au selfie. S'il attend deux ans pour s'en acheter un neuf, on aura basculé à la 5G.

Amasya, Turkey. A man pretending to take a selfie with the statue. Image taken from Onedio. Link: http://img-s2.onedio.com/id-554e1e98e9ca6be372dc946b/rev-0/raw/s-74c2baf3b1ff91ebdc8c7d8ae5f58796b2c45b30.jpg

Amasya, Turkey. Un homme fait semblant de se prendre en selfie avec la statue. Image : Onedio.

La municipalité d'Amasya a justifié par la suite que la statue ne représentait aucun prince en particulier. Si elle pouvait ressembler à Mustafa, son but était d'ordre esthétique plutôt qu'une affirmation historique, ont expliqué les édiles. A la suite des agressions, la municipalité s'est engagée à restaurer les parties endommagées de la statue.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site