Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

#Jemesuisendormiaussi: les photos de médecins endormis deviennent virales en Amérique latine

Un sujet est devenu une Tendance de Twitter, sous le hashtag  #YoTambienMeDormi (#jemesuisendormiaussi). En une semaine, il a généré 17 500 commentaires.  Les histoires de dizaines de millers de médecins au Mexique et en Amérique latine qui partagent des photos d'eux endormis durant leurs longues gardes à l'hôpital sont devenues virales.

Tout a commencé quand un blogueur a critiqué un médecin dont la photo le montrait endormi, selon la BBC.

“Nous savons que ce travail est fatigant, mais ils ont le devoir d'assumer leur responsabilité quand il y a des dizaines de malades qui ont besoin de leur attention à tout moment” avait écrit Noti-blog site sous la photo d'un interne de l'Hôpital général 33 à   Monterrey, au Mexique, qui s'était endormi à 3 heures du matin en rédigeant un rapport sur son dix-huitième patient de la nuit.

Moi aussi, je me suis endormi, parce que nous ne sommes pas des machines, mais des êtres humains, comme tout le monde.

Outre des manifestations de solidarité, cette campagne spontanée sur Twitter est un moyen de donner un visage aux médecins et internes et de parler des sacrifices consentis par  cette profession : repas sautés, nuits de garde sans sommeil qui ne sont pas toujours compensées financièrement, sans oublier l'absence, parfois, des conditions minimales nécessaires pour faire leur travail.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site