Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Dans l'île de Bornéo, un projet contesté de barrage hydroélectrique menace l'habitat des peuples autochtones

View of Baram, Sarawak that will be affected by a dam project. Photo from Jettie Word, republished with permission

Vue de Baram, Sarawak, où doit se construire un barrage. Photo de Jettie Word, reproduction autorisée.

Dans l'état du Sarawak en Malaisie, le gouvernement local a autorisé la construction d'un barrage géant malgré la vive opposition des habitants et des peuples autochtones qui seront affectés par le projet. Sarawak se trouve sur l'île de Bornéo, connue pour la richesse de ses ressources naturelles.

Un barrage à l'étude à Baram, dans le nord du Sarawak, pourrait générer 1 200 mégawatts d'électricité, mais beaucoup craignent qu'il ne submerge 412 kilomètres carrés de forêt tropicale. En outre, la construction du barrage entraînerait le déplacement forcé d'environ 20,000 personnes des communautés Kayan, Kenyah et Penan de 27 villages. Le barrage de Baram est l'un des 12 méga-barrages que les autorités locales prévoient de construire dans le Sarawak.

Peter N. J. Kallang, dirigeant local et militant anti-barrage, a alerté sur le fait que le barrage pourrait décimer la majeure partie de la population indigène de Baram:

It is built for the benefit of others rather than those who live in Baram and for the long term good of the Baram.

As one of those affected I just can’t understand this injustice and this outrageous and abusive exploit. This seems to be a senseless exploitation which is primarily driven by avarice coupled with immorality. For us who are directly and adversely affected parties, no one can blame us in thinking that this is a calculated, intentional and purposeful maneuver to wipe out our races.

On le construit pour le bénéfice des autres plutôt que pour ceux qui vivent à Baram et pour le bien à long terme du Baram. Etant moi-même concerné, je ne peux tout simplement pas comprendre cette injustice et cette exploitation abusive et scandaleuse. Cela me semble être une exploitation insensée motivée avant tout par l'avarice et l'immoralité. Personne ne peut nous blâmer, nous qui sommes directement et négativement affectés, de penser qu'il s'agit d'une manœuvre calculée, intentionnelle et réfléchie destinée à éradiquer nos peuples.

Depuis l'année dernière, les habitants ont mis en place un blocus pour empêcher la construction du barrage. Ils ont également appelés les autres communautés de Malaisie et les réseaux de protection de l'environnement du monde entier à soutenir leur campagne contre le barrage.

Protest against the Baram Dam project. Photo from the Facebook page of Save Rivers

Protestation contre le projet de barrage à Baram. Photo de la page Facebook de Save Rivers.

A blockade was set up by local residents to stop the dam construction. Photo from the Facebook page of Save Rivers

Un blocus a été initié par les habitants pour arrêter la construction du barrage. Photo de la page Facebook de Save Rivers.

Rally against Baram Dam project. Photo from Sarawak Report

Marche contre le projet de barrage à Baram. Photo de Sarawak Report.

Blockade protest continues in Baram. Photo from Jettie Word, republished with permission.

Le blocus continue à Baram. Photo de Jettie Word, reproduction autorisée.

La semaine dernière, au 555ème jour du blocus du barrage de Baram mené par la communauté locale, “The Borneo Project” a diffusé un documentaire [en anglais] qui explique en quoi le projet de barrage dans le Sarawak n'est pas nécessaire et ne bénéficierait pas aux populations locales. Le film cherche également à savoir si la corruption a été un facteur déterminant dans la mise en œuvre du projet.

Les protestations devraient s'intensifier alors que le gouvernement a ordonné la construction du barrage de Baram il y a quelques jours.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site