Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Limiter les mandats présidentiels dans l'ensemble des pays d'Afrique de l'Ouest? Pas si vite

President of the Gambia Yahya Jammeh. He has been in power since 1994.UN photo by Erin Siegal. Used under Creative Commons license BY-NC-ND 2.0.

Le président de Gambie Yahya Jammeh. Il est au pouvoir depuis 1994. Photo de l'ONU par Erin Siegal. Utilisée sous la licence Creative Commons BY-NC-ND 2.0.

Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest réunis à Acra, au Ghana, ont abandonné l'idée de limiter à deux le nombre de mandats présidentiels dans la région, en raison de l'opposition de la Gambie et du Togo, les seuls Etats membres sans limites de mandat. La constitution de la plupart des pays d'Afrique de l'Ouest empêche les présidents d'exercer plus de deux mandats.

L'an passé, le président burkinabé Blaise Compaoré, qui dirigeait le pays depuis 27 ans, a été forcé de démissionner après avoir tenté de modifier la constitution pour se maintenir au pouvoir.

Le président de Gambie, Yahya Jammeh, a pris le pouvoir lors d'un coup d'Etat militaire en 1994 et a depuis été réélu à quatre reprises. Les observateurs nationaux et internationaux, y compris ceux de l'Union Africaine (UA) et du Secrétariat du Commonwealth, ont toujours décrit les élections comme “libres, régulières et pacifiques.” Cependant, au cours de la période qui a précédé les dernières élections présidentielles (en novembre 2011), la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a refusé d'envoyer des observateurs en Gambie en arguant que les élections ne seraient ni “libres”, ni “régulières.”

Quant au président Faure Gnassingbe, il a remporté les élections présidentielles togolaises en 2005 après le décès de son père, Gnassingbe Eyadema, qui avait pris le pouvoir lors d'un coup d'Etat en 1967. Le mois dernier, M. Gnassingbe, maintenant âgé de 48 ans, a été réélu sur fond de protestations de ses opposants, bien que l'UA et la CEDEAO aient parlé d'élections “libres et régulières.”

D'après Reuters, la ministre des Affaires étrangères ghanéenne, Hannah Tetteh, a déclaré que la proposition devait être débattue lors du sommet d'Acra mais que “les points de vue divergents (du Togo et de la Gambie) étaient devenus l'avis de la majorité à la fin de la journée”.

Des internautes des pays d'Afrique de l'Ouest ont exprimé leur colère sur les réseaux sociaux suite à l'abandon du projet de limitation des mandats présidentiels dans la région. Alors que certains restent optimistes, d'autres sont déçus et indignés, d'autant plus qu'ils ont le sentiment largement partagé que la région peine encore à adopter des contrepoids au pouvoir exécutif.

L'internaute gambien Sanna Camara n'a pas apprécié le résultat du sommet, se demandant comment 16 chefs d'Etat pouvaient prendre une décision aussi importante en passant outre les souhaits de millions d'habitants d'Afrique de l'Ouest:

Where's the voice of ECOWAS citizens in decisions such as the ones that just took place in Accra?
Whatever happens to the ECOWAS of the People's dream?
How could 16 ECOWAS citizens (call them heads of state) take certain crucial decision without the voice of hundreds of millions of her people?
No wonder the economic integration process and the single currency project (Eco) suffered a staggering slow process of realization…
Ignorant and self serving leaders, who became leaders by chance or dictators by design are the ones expected to take our dreams forward… I am not a historian but I understand that unity as we yearn for in Africa today cannot be realized if countries are not willing to relax their stiff sovereignty muscles which they flex in the name of their people and states, to reflect on the implications of present day decisions over future prospects for their people…

Où est la voix des citoyens de la CEDEAO dans des décisions comme celles qui viennent d'être prises à Acra?
Qu'arrive-t-il à la CEDEAO dont rêvent les gens?
Comment 16 citoyens de la CEDEAO (appelons-les chefs d'Etat) peuvent-ils prendre des décisions cruciales sans l'aval de centaines de millions de personnes?
Pas étonnant que le processus d'intégration économique et le projet de monnaie unique (Eco) mettent si longtemps à se réaliser…
Les dirigeants ignorants et égocentriques qui sont arrivés à la tête de leur pays par hasard ou les dictateurs par vocation sont les personnes supposées satisfaire nos désirs… Je ne suis pas historien mais je comprends que l'unité à laquelle nous aspirons aujourd'hui en Afrique ne peut se réaliser si nos pays n'affichent pas leur volonté de relâcher leurs muscles rigides de souveraineté qu'ils contractent au nom de leur peuple et de l'Etat, afin de réfléchir à ce qu'impliquent les décisions prises en ce moment pour les perspectives futures de leurs habitants…

Al Amin Jahateh lui rétorque avec cynisme:

Well, what do you expect when the power of the state – the power to make decisions on behalf of the citizens – is in the hands of ‘legitimate’ criminals, rogues and thieves who legalise their powers with the votes of the ‘educated illiterates and ignorant'….

Que faut-il attendre quand le pouvoir de l'Etat – le pouvoir de prendre des décisions au nom des citoyens – est entre les mains de criminels, fripouilles et voleurs “légitimes” qui exercent le pouvoir dans la légalité grâce aux votes des gens “éduqués, analphabètes et ignorants”….

Nshom­wanmomtanla s'est montré surpris que les opinions divergentes de deux pays soient devenues l'”avis de la majorité.” Il écrit sur Facebook:

how did a dissenting view by 2 countries become a majority view in a regional summit that had more than 4 countries in attendance? were there abstentions?

Comment le point de vue minoritaire de deux pays est-il devenu l'avis de la majorité lors d'un sommet régional qui rassemblait plus de quatre pays? Y-a-t-il eu des abstentions?

Alhagie Jobe exprime les mêmes préoccupations:

Only two nations should not hold all 15 nation bloc to ransom. A vote should have been conducted and the majority should carry the vote. How can only two nations say no against 13 other nations and it stand. In fact, the leaders where just acting as sheep in wolf clothing. All of them did not support it but where pretending as if they are.

Deux nations seulement ne devraient pas prendre un bloc de quinze nations en otage. Il aurait dû y avoir un vote et la majorité l'aurait emporté. Comment deux nations seulement peuvent-elles dire non à treize autres nations et à leur position? En fait, les dirigeants ont juste agi comme des agneaux déguisés en loups. Ils n'ont pas tous soutenu [la décision] mais ont fait comme si c'était le cas.

Ona Victor Obinna affiche un certain désespoir:

Yaya Jammeh and Faure Gnassigbe are recipes for political instability in the West Africa sub region, yet the other heads of statement couldn't caution and control their power drunk minds. It's a shame.

Yahya Jammeh et Faure Gnassingbe sont la clé de l'instabilité politique de la sous-région d'Afrique de l'Ouest, et pourtant les autres chefs d'Etat ne les ont pas mis en garde ni limité leur esprit assoiffé de pouvoir. C'est une honte.

Thierno Ba lance un avertissement à la CEDEAO:

I might add we don't wanna hear any condemnation of any eventual coup against those despots.

J'ajouterais que nous ne voulons pas entendre de condamnation en cas de coup d'Etat contre ces despotes.

Hassan Matia se demande comment un pays comme la Gambie peut participer à un forum sur la démocratie:

What do you expect telling a thief to investigate itself. What the heck was Gambia doing there in the first place? Gambia is not qualified to talk about human right or democracy.

Que faut-il attendre lorsqu'on dit à un voleur d'enquêter sur lui-même? Que diable faisait la Gambie là-bas d'abord? La Gambie est mal placée pour parler de droits humains ou de démocratie.

Modou Joof a cru à une blague du bloc régional et cherche à savoir comment le point de vue de deux chefs d'Etat peut supplanter les intérêts de 13 nations:

How can the views of only 2 of 15 States become a ‘majority view'? We knew the whole bloc was pretending, an insult to the intelligence of over 300 million citizens of the community.

Comment le point de vue de deux  Etats seulement sur quinze peut-il devenir “l'avis de la majorité”? Nous savions que l'ensemble du bloc [de pays] jouait la comédie, une insulte à l'intelligence de plus de 300 millions de citoyens de la communauté.

En revanche, certains internautes, comme Adisa A. Alkebulan, affirment que les dirigeants devraient rester en fonction aussi longtemps que leur peuple le souhaite:

Presidents should serve for as long as the people will have them. One term or 10 as long as they serve at the pleasure of their people. But they should not impose themselves on an unwanting people or by exralegal or military means. And we shouldn't reject a president because Europeans have trained us into believing in the divinity of 2 terms. Having said that, most euro/America serving African presidents aren't worthy of a single term

Les présidents devraient exercer leur fonction aussi longtemps que les gens le veulent. Un mandat ou dix tant qu'ils l'exercent selon le bon plaisir de leur peuple. Mais ils ne devraient pas s'imposer si les gens ne le souhaitent pas, par des moyens illégaux ou militaires. Et nous ne devrions pas rejeter un président parce que les Européens nous ont appris à croire dans le caractère sacrosaint des deux mandats.

“Pourquoi les remplacer s'ils travaillent dur?” s'interroge Juneil Bryte:

Allow Africa learn their own form of democracy. Stop forcing us to change our presidents after 2 terms. If they are working hard y change them? This is what the west and America use to destroy us. Do we always have to be like them. This is Africa. Allow us..

Laissez l'Afrique découvrir sa propre forme de démocratie. Arrêtez de nous forcer à changer de président au bout de deux mandats. Faut-il les remplacer s'ils travaillent dur? C'est ce qu'utilisent l'Occident et les Etats-Unis pour nous détruire. Devons-nous toujours être comme eux? Nous sommes en Afrique. Laissez-nous..

Même si le débat sur la limitation des mandats présidentiels continue sur Internet, il n'aura probablement aucun effet sur la décision prise lors du sommet. Les citoyens de la Gambie et du Togo devront certainement compter sur d'autres moyens s'ils désirent poursuivre le changement démocratique.

2 commentaires

  • […] Les dirigeants d'Afrique de l'Ouest ont abandonné l'idée de limiter à deux le nombre de mandats présidentiels dans la région en raison de l'opposition de la Gambie et du Togo, les seuls Etats membres sans limites de mandat.  […]

  • Diabate

    Bonjour,
    Le Togo et la Gambie devront être sanctionnés pour refus de se conformer aux décisions de la CEDEAO
    Je crois au pouvoir régalien des chefs d’états réunis en la CEDEAO.
    Sinon, à quoi servirait cette instance si ces décisions peuvent ne pas être respectées.

    Bien à vous!

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site