Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pourquoi les parents d'Amérique Latine appellent-ils leurs enfants Onur et Sherezade?

1001-noches-novela-turca

Le soap opera turc “Les Mille et une nuits” a rencontré un très grand succès à sa diffusion dans plusieurs pays d'Amérique Latine, et a aussi eu un effet notable sur la culture. Photo de Ecuavisa et publiée avec licence.

Le soap opéra est un genre habituellement ignoré, et relégué au rang de divertissement de masse pour les femmes et la classe ouvrière. Cependant, de nouvelles études suggèrent que les soap opéra auraient une capacité unique à montrer comment les gens reçoivent [espagnol] un nouveau contenu. Ces nouveaux développements sur la manière dont toute une nation regarde un soap opera montrent qu'en s'intéressant au médium du divertissement, on peut voir apparaitre une nouvelle forme de globalisation, qui va dans une direction nouvelle.

Pendant des années, l'Amérique Latine a été productrice et exportatrice de soap opéras typiques, profitant d'un succès commercial à la fois dans son continent mais aussi en dehors. Cependant, les choses évoluent, et aujourd'hui, l'Amérique Latine est aussi importatrice de soap opéras comme le mélodrame turc Les Mille et une nuits [anglais].

Cette série met en scène une architecte veuve, Sherezade Eviyaoglu, mère d'un enfant malade, qui accepte de passer une nuit avec son patron multimillionnaire, Onour Aksal, pour payer le traitement de son enfant. Finalement, ils tombent amoureux l'un de l'autre, mais passent par toutes sortes d'intrigues amoureuses et de quiproquos qui tiennent pendant toute la série un dénouement heureux à distance.

La particularité de ce culebrón classique (culebrón est un nom donné aux soap opéras en Amréique Latine, qui vient du mot culebra, “serpent” en français) est qu'il aurait tout à fait pu se passer an Amérique Latine… Mais ce n'est pas le cas : cette série se passe en Turquie, ce qui donne à voir des décors très exotiques pour beaucoup de ceux qui la regardent en Amérique Latine.

C'est justement cet exotisme qui semble séduire le public d'Amérique Latine. En Argentine, la série a propulsé son distributeur local, Canal 13, à des audiences incroyablement élevés:

Le score des Mille et Une Nuits dépasse les 30.0 points, elle devient la [série] plus populaire d'El Doce.

Les utilisateurs de Twitter au Chili sont férus de blagues à propos de la série :

Au Chili, les nuits avec Onur Aksal me manquent

[sur le dessin : “C'est terrible, mon fils, elles se sont transformées en ‘onurexiques'!”]

Ce soap opéra a aussi rencontré un grand succès en Colombie, où il a été diffusé par Caracol TV.

FINAL Les Mille et une nuits arrivent au dernier épisode sur Caracol TV en Colombie. RT si vous voyez la fin!

Au Pérou et en Équateur, Les Mille et une nuits font aussi beaucoup parler :

Tout le Pérou s'est arrêté pour regarder cette série. C'est super !

Les Mille et une nuits deviennent mieux chaque jour ! J'adore !

En Uruguay, Canal 10 promeut aussi le mélodrame avec beaucoup d'excitation:

L'épisode d'aujourd'hui arrive ! Que va-t-il se passer entre Kerem et Onur?

Récemment, Unitel a diffusé le soap opéra en Bolivie :

En ce moment sur les écrans d’UNITEL, la GRANDE PREMIERE des MILLE ET UNE NUITS.

La série a rencontré un succès comparable en Argentine et au Chili, où les parents nomment leurs enfants [espagnol] d'après les personnages d'Onur et de Sherazade:

C'est curieux, depuis que la série a été diffusée au Chili, nommer ses enfants Onur et Sherezade devient courant.

Cependant, l'introduction de ces prénoms d'origine orientale basés sur des personnages de série télévisée a provoqué diverses critiques sur Internet :

Comment cette mère va-t-elle expliquer à son enfant qu'elle l'a nommé Onur à cause d'une série télévisée très populaire en 2015…

Pourquoi diable irais-tu nommer ton enfant Onur ? cette série est en train de créer des monstres

D'autres critiquent l'inégalité des sexes que Les Mille et une nuits semble encourager :

Succès indiscutable des Mille et une nuits et de 50 nuances de Grey. Nous sommes au 21ème siècle, et le sexisme semble toujours bien loin d'être éradiqué.

Une partie des critiques de la série est aussi d'ordre politique. Par exemple, la communauté arménienne en Argentine condamne le soap opera [espagnol], déclarant que la série est de la propagande turque [espagnol]. La communauté semble rejeter tout import culturel venu de Turquie, en réponse au refus d'Ankara de reconnaitre le génocide commis contre le peuple arménien [anglais] il y a 100 ans.

En dépit des nombreux détracteurs de la série, elle reste triomphante dans les audiences d'Amérique Latine. En mai 2015, Concept Media, un groupe de consultants argentins, a publié une étude qualitative sur Les Mille et une nuits, concluant qu'une partie de l'attrait pour la série venait de “l'exotisme proche”, qui permet aux argentins d'appréhender une culture très différente de la leur – qui ne l'est, au quotidien, pas tant que ça. Également, le panel interrogé souligne que ce soap opéra leur est assez familier, car il reprend les codes et la structure mélodramatique des classiques du genre. Enfin, l'étude souligne que le fait de raconter des histoires d'amour sans scène de sexe – procédé utilisé dans les productions locales pour augmenter l'audience – serait une autre raison de cette préférence de l'audience.

Mais le succès de ces soap opéra n'est pas spécifique à l'Amérique Latine. Dans les pays arabes, un phénomène similaire a lieu, avec à la fois des détracteurs et des fans. Cela peut-être vu comme un contrepoint à la supposée “occidentalisation” de ce que l'on appelle le “tiers monde”.

Ces échanges culturels montrent de possibles jonctions entre les sociétés dites “périphériques”, comme la Turquie et l'Amérique Latine, deux régions qui, malgré leurs différences, sont comparables sur beaucoup de points. Des échanges culturels tels que l'export et l'import de séries télévisées pourraient ouvrir la possibilité d'une globalisation plus horizontale avec la circulation de biens culturels “de sud à sud”, même quand les produits culturels en question sont des produits de masse, conservateurs, très commerciaux, et qu'ils proviennent d'un pays qui pratique couramment la censure.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
* = required field
Non merci, je veux accéder au site