Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Alexeï Navalny, leader moscovite de l'opposition en visite en Sibérie

Navalny in Novosibirsk, June 7, 2015. Photo by Alexey Konstantinov. Navalny.com.

Navalny à Novosibirsk, 7 juin 2015. Photo Alexey Konstantinov. Navalny.com.

Alexeï Navalny, un des leaders de l'opposition russe, quitte rarement Moscou. Dimanche 7 mai, il s'est rendu dans la ville sibérienne de Novosibirsk, où la “coalition démocratique de Russie” tiendra des primaires le week-end prochain. L’alliance politique toute neuve de Navalny y organise des opérations de vote, ainsi que dans plusieurs autres villes, pour sélectionner ses candidats aux élections régionales et de district en septembre.

Navalny a été soumis à de strictes restrictions de déplacement ces dernières années, tout en se battant contre l'avalanche de procès qui lui étaient intentés depuis que les manifestations de masse d'il y a plus de trois ans l'ont fait accéder à la notoriété. Son collègue opposant Ilya Yachine a rejoint Navalny à Novosibirsk pour un débat public sur le programme de la coalition. Yachine, un dirigeant du parti RPR-Parnas, co-fondateur de la coalition, a donné le coup d'envoi de la réunion en affirmant la nécessité du changement politique par les élections, parce qu'il faut à la Russie “un vrai parlement qui représente les intérêts de tous les citoyens, et pas seulement d'un petit groupe de bureaucrates et d'oligarques.”

Un débat ouvert

Monté sur le podium devant un auditoire de plusieurs centaines de personnes, Navalny a commencé par une plaisanterie sur la chaleur étouffante de cet après-midi d'été sibérien. “J'ai dit à ma femme que quand tout ça sera fini, on irait quelque part au chaud—et nous voilà. Ioulia, tu es contente ?” Navalny a ensuite prononcé ce qu'on pourrait caractériser comme un discours de campagne. Martelant des thèmes familiers, il a dénoncé la corruption du pouvoir et plaidé pour une plus grande décentralisation, moins d'armée et plus de dépenses sociales, et dit que l'Etat devait être plus réactif aux besoins des gens ordinaires.

Ensuite, Navalny a répondu aux questions de l'auditoire. Quelqu'un lui a demandé ses idées sur la politique économique, un autre, ce qui lui donne la force de continuer son combat, malgré tout le harcèlement puis le meurtre de son collègue Boris Nemtsov. A cette question, Navalny a répondu : “je crois à ce que disait Léon Tolstoï, un mensonge reste toujours un mensonge, même s'il est répété mille fois”. “Mon frère m'a écrit depuis la prison”, a continué Navalny, “‘Ne cesse pas, on m'a emprisonné pour te faire cesser, tu dois continuer'”. Mais la plupart des questions posées par l'assistance étaient nettement hostiles.

En treillis militaire et brassard “Novorossia” appuyant la revendication de la Russie sur les territoires d'Ukraine de l'Est, un homme dans l'assistance a déclaré “j'aimerais rappeler à tous ici qui est allé à l'ambassade américaine”, s'en prenant aux contacts de Navalny avec des diplomates américains. “Vous vous souvenez comment la Russie a été trahie dans les années 1990 ?”, a-t-il continué. “Il veut faire pareil ?”

Une habitante s'est alors approchée du micro et a accusé les démocrates de Russie de déchirer le pays, ajoutant que cela donnait une mauvaise image de Navalny. Ensuite, quelqu'un se disant spécialiste d'économie a contesté la décentralisation de Navalny et sa politique fiscale, disant qu'il anticipait un éclatement du pays si les régions cessaient d'envoyer le produit des impôts à Moscou. Pour finir, un adolescent a demandé comment être sûr que tout ce qu'avait dit Navalny n'était pas que des “mots creux”, avant de douter que Navalny prenne vraiment le métro (par contraste avec la classe dirigeante russe caractérisée par celui-ci).

Navalny a écouté les critiques, avant de répondre à chaque membre de l'auditoire, répliquant aux attaques contre son patriotisme en se présentant, lui et son programme anti-corruption, comme véritablement patriotes à l'inverse des dirigeants actuels de la Russie. “Je vais faire l'union autour du développement de l'infrastructure gazière de la région de Novosibirsk, et non autour de Gazprom [le géant gazier d'Etat]”, a défendu Navalny.

Perturbateurs

Outre la réception inamicale de ceux qui ont manifesté contre la réunion publique, Navalny et ses collègues ont aussi reçu des oeufs en chemin vers une conférence de presse à Novosibirsk. Sans surprise, le média pro-Kremlin Life News a mis ces perturbateurs au centre de son reportage sur la tournée de Navalny.

Pendant son déplacement, Navalny a aussi pris le temps de rencontrer une célébrité locale, l'artiste performeur Artyom Loskoutov, connu dans toute la Russie comme l'animateur de la fête annuelle de l'absurde à Novosibirsk, la Monstration, et venu à la réunion publique de l'après-midi. Fidèle à lui-même, Loskoutov a partagé une incongruité sur Twitter :

J'ai volé la femme du président [Ioulia Navalnaya], et l'ai emportée sous la #ЛоскутовоОдеяло [#CouvertureLoskoutov]

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site