Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Pourquoi les Caraïbes sont-elles fascinées par les lézards ?

 

Les petites créatures que sont les lézards ont des significations différentes suivant les cultures. Les Romains croyaient que  le lézard symbolisait la mort et la résurrection car il dormait durant l'hiver et renaissait au printemps. Pour les Grecs et les Égyptiens, le lézard  représentait la sagesse divine et la chance.

Dans les pays de la Caraïbe, les lézards ont une signification symbolique bien particulière. La blogueuse jamaïcaine  Nadine Tomlinson analyse comment l'image du lézard se manifeste dans le folklore local et les contes des vieilles femmes: En Jamaïque les anciens disent: “Si un lézard saute sur une femme cela veut dire qu'elle est enceinte ou le sera bientôt” ou bien: “Si vous rêvez de lézards, c'est que vous avez un ennemi“.

Nadine fait le lien entre cette fascination pour le lézard et l'héritage africain de cette région du monde, en rappelant que sur tout le continent africain le symbole du lézard est récurrent dans la culture populaire. Elle donne en exemple les gravures d'un lézard sur les portes en Afrique de l'Ouest, ajoutant que pour certaines tribus il symbolise la tranquillité du foyer, et qu'au Cameroun, il symbolise la fertilité.

 Il est intéressant de constater qu'un des groupes les plus renommés de chanteur de calypsos The Mighty Sparrow ( Le  puissant moineau) a dans son répertoire une chanson populaire dont le titre est “The Lizard”, qui surfe avec humour sur le thème de la sexualité :

Elle est en classe, un lézard dans son verre
Le lézard échappe à Ruth et court vers le pied de la maîtresse
Oh, mon Dieu ! L'enfant a peur, se demande ce qui va arriver,
Mais la maîtresse éclate de rire ‘kee kee kee’, en regardant tout le monde.

Le lézard court vers son pied et disparaît…
Tout le monde le cherche partout
Où est mon lézard Madame Mildred?
Sous ses vêtements, se reposant.
A la voir gaie et joyeuse, on jurerait qu'il la chatouille !

Alors que Nadine Tomlinson comme la plupart des habitants des Caraïbes, considère le lézard en général comme un don de la nature et ressent une certain affinité pour eux, elle cite deux exceptions à la règle : le gecko ou lézard croassant jamaïcain, et le lézard rouge (ameiva fuscata)  qui tous deux lui font peur.

Habituellement le premier est plutôt clair, bien qu'il m'est arrivé d'en voir avec des nuances sombres et parfois avec des taches noires. Alors oui, ils croassent, ils m'ont empêché de dormir certaines nuits, et ils peuvent être effrontés […] Une fois, il y en a un qui est tombé du plafond, il est presque tombé sur ma tête. Je ne veux même pas imaginer qu'il l'ai fait, seulement penser qu'il se colle à mes cheveux, le bruit de son “plop” gluant sur le sol était suffisant pour me faire hurler. Le deuxième, vous auriez du mal à le trouver sur un arbre, il est pourtant grand et long, avec une queue énorme et il ondule. Il est rapide, il y en a un qui m'a attaqué quand j'étais petite fille et depuis je suis persuadée qu'ils mordent […]

Je me demande ce que les anciens peuvent raconter sur ces deux-là.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site