Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

PHOTOS : Le patrimoine historique du Yémen, autre victime de la guerre

 A captivating view of Old Sana'a by photographer Ameen Alghabri

La vieille ville de Sanaa, par le photographe Ameen Alghabri

Le Yémen, un des plus anciens centres de civilisation du monde arabe, et aussi le pays arabe le plus pauvre, est pilonné depuis près de trois mois par les frappes aériennes menées par son riche voisin l'Arabie Saoudite. L'opération a débuté après que les rebelles Houthis se sont emparés de la capitale Sana'a, ce qui a provoqué la fuite à Aden du Président Abdu Rabu Mansour Hadi, avant qu'il cherche refuge dans la capitale saoudienne Riyad.

Il y a eu plus de 2.500 morts et 11.000 blessés depuis le premier jour de la guerre le 25 mars. Un million de personnes sont des déplacés internes au Yémen et 21,1 millions — 80 % de la population — ont besoin d'aide humanitaire, selon le le dernier rapport du bureau de l'ONU pour la Coordination des Affaires Humanitaires (UNOCHA en anglais). Pourtant les habitants ne sont pas les seules victimes de cette guerre. Le patrimoine historique du Yémen souffre aussi.

Le 9 mai, les bombardiers saoudiens ont aussi visé la Mosquée de l'Imam al-Hadi dans la ville de Saada, bastion des Houthistes. Cette mosquée, édifiée il y a 1.200 ans, est la troisième plus ancienne du Yémen.

Les raids saoudiens visent la mosquée historique de l'Imam Al-Hiadi à Saada. Vidéo de la télévision houthie Almasirah.

Photo de la mosquée Al-Hadi de Sanaa frappée aujourd'hui par les raids aériens saoudiens, 4 morts et 10 blessés.

Jamila Hanan, une militante humanitaire, a partagé des photographes de la belle et antique mosquée dans son tweet :

Je lis à propos de la belle mosquée Al-Hadi à Saada Yémen construite au 9ème siècle. Je n'arrive pas à croire qu'elle a été bombardée.

Le 11 mai, c'est la vieille ville de Sana’a, capitale du Yémen et une des plus anciennes villes habitées au monde, qui était massivement bombardée de nuit, avec de graves dommages à de nombreux bâtiments historiques. D'autres zones endommagées par les frappes aériennes sont la vieille ville de Saada et le site archéologique de la cité pré-islamique fortifiée de Baraqish, ce qui a amené la Directrice Générale de l'UNESCO à publier une déclaration appelant les parties à protéger le patrimoine culturel du Yémen. Mme Irina Bokova écrit :

Je suis particulièrement préoccupée par les informations concernant les frappes aériennes qui ont visé des zones très densément peuplées comme les villes de Sana’a et de Saada. En plus des souffrances humaines qu’elles provoquent, ces attaques détruisent le patrimoine culturel unique du Yémen, qui est dépositaire de l’identité, de l’histoire et de la mémoire de la population et représente un témoignage exceptionnel des réalisations de la civilisation islamique […] J’appelle toutes les parties à faire en sorte que les sites et les édifices du patrimoine culturel ne soient pas pris pour cibles, conformément à leurs obligations en vertu des traités internationaux […]

Le 24 mai, deux raids aériens saoudiens ont visé l'ancienne citadelle d'Al-Sharif dans la ville de Bajel, dans la province de Hodeida.

Le patrimoine yéménite sous les bombes saoudiennes Photos de la citadelle d'Al-Sharif, Bajel, Hodeida. Le Yémen de l'ouest frappé 3 fois par les Saoudiens

Le 4 juin, Dar-al-Hajjar (le Palais du Rocher), perché sur un piton dans le Wadi Dhar, au nord de Sana'a, et construit par l'Imam Mansur en 1786, aurait été visé par les frappes aériennes saoudiennes.

Dar al-Ahajer touché aujourd'hui par l'aviation de l'Arabie Saoudite. Le patrimoine et l'histoire du pays aussi sous le feu saoudien.

Le 25 mai, le Musée régional de Dhamar, qui abritait des milliers d'objets de la civilisation Himyarite, a été totalement détruit par les bombardements saoudiens.

Le musée de Dhamar, contenant plus de 10.000 objets de la civilisation Himyarite, et le site voisin de Zafar, détruits par les missiles saoudiens

Le musée de Dhamar avant et après les récentes frappes aériennes de la coalition sous direction saoudienne

Et le 1er juin, le barrage de Marib, décrit comme “l'une des plus imposantes merveilles d'ingéniérie de l'antiquité” et parmi les plus importants sites antiques du Yémen, remontant à la reine de Saba, était endommagé par les frappes aériennes saoudiennes, qui ont touché son canal du nord, le mieux préservé. Le barrage originel a été édifié au 8ème siècle avant J.-C., dans la ville de Marib autrefois capitale du royaume de Saba.

La ‘merveille d'ingéniérie’ de la ville de la Reine de Saba endommagée lors d'un raid aérien

Le journal Yemen Post a partagé une photo avant-après du grand barrage :

AVANT et APRÈS… photo du site touristique historique au Yémen du “Barrage de Marib” atteint par un raid aérien saoudien.

Le 5 juin, c'était au tour du magnifique château d'Al-Qahera (Le Caire) surplombant la ville de Taïz d'être détruit par un raid aérien saoudien. Les forces houthistes et du président déchu Ali Abdullah Saleh l'auraient utilisé comme position militaire d'où pilonner leurs adversaires dans la ville.

Le journal Yemen Post a tweeté des photos du château bombardé et des photos avant-après montrant les dommages.

Le château d'AlQahera DÉTRUIT : un des PREMIERS sites historiques et inscrit au patrimoine de l'UNESCO, touché par les frappes aériennes saoudiennes

AVANT & APRES LE RAID : le château historique d'AlQahera vieux de 800 ans à Taïz n'est plus, grâce à 2 missiles saoudiens

La destruction de tous ces sites du patrimoine yéménite par les raids aériens saoudiens dans tout le Yémen semblait passer inaperçue, jusqu'à ce que, le 12 juin au matin, un missile saoudien explose dans le quartier Qassimi du Vieux Sana'a, inscrit au Patrimoine Mondial de l'UNESCO pour ses 9.000 maisons en brique crue, dont certaines construites avant le 11ème siècle. Le monde a été scandalisé en apprenant la destruction de ce patrimoine vieux de 3.000 ans par les bombes saoudiennes, mais pour la plupart des Yéménites, le chagrin est immense.

Une vidéo mise en ligne par l’UNESCO donne un aperçu du vieux Sanaa :

Commentaires du photographe Alex Potter :

“Souviens-toi que tu es né poussière et que tu redeviendras poussière”

Le reportage de CNN cette nuit sur la destruction de la Vieille Ville de Sanaa

La Directrice générale de l'UNESCO a une nouvelle fois condamné et déploré le raid sur la Sana'a ancienne. Dans une déclaration elle a écrit :

J’appelle une nouvelle fois toutes les parties à respecter et protéger le patrimoine culturel au Yémen. Ce patrimoine porte en lui l’âme du peuple yéménite. C’est un symbole de son histoire millénaire en matière de connaissance, qui appartient à l’humanité tout entière.

Ahmed Al-Sayaghi a partagé des photos du quartier de Qassemi dans le Vieux Sana'a avant et après la frappe du missile, montrant les maisons détruites.

LA VIEILLE VILLE DE SANAA avant & après les frappes aériennes

Abubakr Al-Samahi exprime éloquemment le sentiment de nombreux Yémenites dans son article sur al-Araby al-Jadeed :

Nous avons pris l'habitude de voir la destruction du Yémen.
Pourtant, quand ce qui est détruit, ce sont les bâtiments que vous vous rappelez, les rues où vous marchiez, les vues que vous aimiez, la pilule est plus amère…Certes, les milliers de vies disparues dans la guerre au Yémen comptent plus. Mais, comme de nombreux autres Yéménites, je ressens une profonde douleur en voyant la destruction de notre patrimoine, de lieux que nous voulons partager avec le monde.

Nos ancêtres ont mis des centaines, sinon des milliers d'années pour construire nos villes dans les sables et nos palais dans les montagnes. Il suffit d'un instant pour qu'ils soient détruits.

Ali Almurtada use d'une comparaison pour analyser la douleur des Yéménites.

Si vous avez du mal à comprendre ce que le Vieux Sanaa représente pour les Yéménites, imaginez les pyramides d'Egypte détruites.

Le Yémen est peut-être un pays économiquement pauvre, mais il est culturellement très riche par son patrimoine et son histoire, source de fierté pour les Yéménites qui souffrent d'assister à sa destruction. L’ “Opération Restaurer l'Espoir” de l'Arabie Saoudite semble s'être convertie en “Opération Détruire l'Histoire”. Aujourd'hui, les Yéménites pleurent êtres humains et pierres, vies présentes et histoire, que détruisent dans cette guerre toutes les parties, forces de l'ex-président Saleh avec les Houthistes, et surtout la coalition menée par l'Arabie Saoudite.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site