Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Brésil : cinq jeunes femmes du sud développent une application pour les migrants

Grupo de estudantes do Rio Grande do Sul criou o Helping Hand, site e aplicativo para ajudar imigrantes e refugiados.  Crédito: Bruna Maria de Moura

Le groupe d'étudiantes de l'état de Rio Grande do Sul qui a créé “Helping Hand” : un site et une application destinés à aider les immigrants et les réfugiés. 
Photo de Bruna Maria de Moura

Chercher une information sur les organismes qui s'occupent des migrants ou des réfugiés n'est pas facile au Brésil à cause de la barrière des langues et de l'absence d'un site qui rassemblerait au moins une partie de ces éléments.

Ayant pris conscience de cette réalité, un groupe de cinq étudiantes du Rio grande du Sud, un état du Brésil, a décidé de développer un outil qui pourrait aider ces immigrants. C'est comme cela qu'est né “Helping Hand” (Une main pour aider),  un service d'information pour les migrants tout à fait pionnier dans son domaine.

Avec à disposition rien de moins que cinq langues ( anglais, espagnol, français, arabe et portugais), “Helping Hand”  regroupe les noms, les adresses et les contacts d'une série d'organismes qui sont d'une façon ou d'une autre liés aux problèmes des migrants: agences internationales, assistance juridique, centres d'aide, communautés et sociétés diverses  civiles ou religieuses, organes gouvernementaux, consulats et ambassades, institutions de formation ou d'enseignement,  cours de portugais, opportunités d'emplois et services de santé. Ces informations sont disponibles sur un site et une application existe pour Smartphone Android.

Cliquez ici pour entrer sur le site Internet concerné

Cliquez ici pour télécharger l'application pour smpartphones Android)

 De la salle de classe à la réalité

Helping Hand a été développé par cinq jeunes femmes (Aline Weber, Ingird Baggio, Laís Belinski, Luana Lazzarotto et Monique Machado), qui ont toutes entre 17 et 18 ans et suivent le cours d'enseignement technique informatique pour Internet, dans le campus  Bento Gonçalves de l'université fédérale du Rio Grande du Sud (IFRS).

C'est une idée qu'elles ont eu cette année en janvier alors qu'un de leur professeurs leur présentait un concours appelé Technovation, qui avait comme objectif l'insertion de jeunes femmes dans le secteur technologique au moyen d'une application à impact social. Leur propre groupe de travail étant déjà sensibilisé au thème des migrations, ce groupe de cinq jeunes femmes s'est décidé à mettre en pratique son idée: “ Nous avons cherché de quelle façon aider réellement les personne qui en ont besoin et comme c'est un problème qui n'est pas abordé fréquemment dans la région mais pourtant bien présent, nous avons décidé de travailler dans ce sens” raconte Ingrid Baggio, 17 ans, une des cinq étudiantes du groupe.

Elle travaille comme traductrice et souhaite suivre des cours d'histoire ou de relations internationales dans l'enseignement supérieur. “Je me suis toujours particulièrement intéressée aux questions concernant les déplacements de populations. Plus récemment et surtout l'année dernière avec le nombre croissant d'immigrants haïtiens s'installant dans notre ville, il m'aurait été difficile de me désintéresser de ce problème”,  ajoute-t-elle.

Logo do Helping Hand, site e app para imigrantes e refugiados. Crédito: Helping Hand

Logo de Helping Hand, site et app pour imigrants  et réfugiés.
Crédit: Helping Hand

À cause des contraintes de Technovation, le développement de Helping Hand  a été une véritable course contre-la-montre. Entre l'idée et la finalisation du projet qui exigeait de plus l'élaboration d'un plan de financement, il ne s'est passé que deux mois pendant lesquels nos étudiantes ont du concilier les exigences du travail, des études et des autres activités quotidiennes. “Il semblait complètemet absurde de vouloir faire tout cela en deux mois, nous avons donc demandé l'aide de divers organismes qui nous ont transmis des informations pour les listes d'adresses qui sont  à la base de notre projet”, nous dit Ingrid.

Organismes et assistance

Au début, elles ont commencé à faire la liste des organisme qui avaient un rapport direct avec les réfugiés du Rio Grande du Sud. Mais ensuite, la cible s'est élargie lorsque l'équipe a pris conscience du besoin des immigrants de diverses nationalités n'entrant pas dans la catégorie des réfugiés d'accéder également à des informations utiles.

La majeure partie des organismes concernés sont du Rio Grande du Sud, mais il est également possible d'y trouver des données sur des institutions ayant leur siège dans d'autres états du Brésil. On  trouve également sur Helping Hand des organismes  susceptibles d'être des contacts disponibles en remplissant des fiches proposées par le site ou l'application. Ces informations sont diffusées après controle et avis de l'équipe.

Cliquez ici pour voir cette fiche

 Pendant la mise en place de cet outil l'équipe a constaté à la fois l'intérêt et la méfiance de certaines institutions envers Helping Hand. Ingrid ajoute: “J'ai eu des discussions avec des personnes extrêmement pessimistes sur ce projet et d'autres qui ne voulaient pas transmettre certaines informations.”

L'équipe de Helping Hand assure également des contacts avec des institutions et des personnes qui l'ont aidée pour la collecte des données repertoriées sur la plateforme et pour diverses tâches comme les traductions et le contrôle des informations dans les cinq langues disponibles. Simultanément, les étudiantes se sont partagé le travail de recherche de sponsors pour le projet et de communication en coordination avec d'autres entités et portails liés au thème de la migration.

Reconnaissance

Ce travail a déjà produit des résultats significatifs pour Helping Hand. Le projet a été retenu en semi-finale par Technovation  et a remporté le prix Girls Make App,  en partenariat avec Technovation, Microsoft et le Global Summit of Women (qui a eu lieu récemment à São Paulo), avec à la clé une année de soutien financier de Microsoft.

Cerise sur le gâteau, Helping Hand a été diffusé par divers organisme et sites orientés vers le thème des migrations comme GAIRE (groupe de soutien aux immigrants et réfugiés) du Rio Grande du Sud, et Visages de migration.

 Maintenance et défis

Le projet ne bénéficie pas de soutien financier mais dispose d'un compte bancaire apte à recevoir des dons qui seront distribués à des organismes liés à la thématique migratoire. Ingrid estime que 5% seulement du montant des dons recueillis seront utilisés par l'équipe pour financer l'achat du nom de domaine du site et la gestion de l'application sur PlayStore.

L'autre défi que Helping Hand doit affronter est de soutenir le combat contre les idée reçues vis à vis des nouveaux immigrants qui règnent dans pas mal de villes du pays Gaucho. Une réalité avec laquelle il faut compter également dans d'autres régions du Brésil.

Ingrid se souvient d'un reportage en 2014 sur Fantástico (un programe nocturne de TV Globo), qui montrait des habitants de Caxias do Sul (proche de Bento Gonçalves dans le Rio Grande du Sud) affirmant que les immigrants haïtiens et Sénégalais débarquant dans la ville propagaient des maladies, qu'ils n'avaient pas le droit de s'installer chez eux. “Bien des gens font circuler des ragots sur les immigrants, alors la population locale préfère les isoler plutôt que les accueillir” .

Quand on l'interroge sur le futur de Helping Hand, Ingrid  estime que l'idée de l'équipe est de continuer à s'impliquer dans le projet  même après la fin de leurs études. En tant que citoyenne, elle se réjouit d'avoir découvert un peu mieux la réalité des nouveaux immigrants du Rio Grande du Sud.

“ Ce projet a été formidable parce que nous sommes trouvés confrontées non seulement à des chiffres mais surtout à des personnes: les immigrants, les réfugiés, nous avons entendu leurs histoires, leurs difficultés, leurs besoins. Je pense que tout cela a plus de valeur que n'importe quelle donnée recueillie sur Internet, n'importe quel chiffre superficiel. Je pense que nous pouvons encore aller plus loin dans cette direction et qu'il est réellement possible de sensibiliser notre communauté grace à notre travail”.

 En novembre 2014, un post publié par MigraMundo concernant des applications fournissant des renseignements et des services aux migrants dans le monde, mettait le doigt sur le manque de ce type d'initiative au Brésil. Fort heureusement avec l'apparition de réalisations comme Helping Hand, cette lacune commence peu à peu à être comblée.

 Comment apporter son soutien ?

Un compte bancaire a été ouvert pour recevoir des donations destinées à Helping Hand, c'est le 24.144-x, de Banco do Brasil, agência 2969-6. Contact par e-mail:  contatohelpinghand at gmail point com.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site