Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

‘Transitioning Cambodia’ ou le développement inégal du Cambodge en photos

Boeung Kak lake was reclaimed to give way for a real estate project. The new buildings of the Council of Ministers and the office of the Prime Minister can be seen in the background. Photo by Nicolas Axelrod (7/7/2011)

Le lac Boeung Kak a été récupéré pour laisser la place à un projet de construction. L'arrière plan montre les nouveaux bâtiments du Conseil des ministres et le bureau du Premier ministre. Photo par Nicolas Axelrod

Le Cambodge a connu un développement rapide au cours des vingt dernières années, mais l’inégalité et la pauvreté affligent toujours le pays. En effet, le pays a adopté des élections libres, le libre-échange et a ouvert ses frontières aux touristes et investisseurs. Néanmoins, nombreux sont les habitants qui ne sont pas en mesure de tirer le moindre profit de ses réformes.

L’album photo ‘Transitioning Cambodia’ (Le Cambodge en cours de transition) raconte l’histoire moderne d’un “pays encore déchiré entre le fardeau des atrocités du passé d’un côté et les promesses de l’avenir de l’autre ». Il s’agit d’une collaboration entre le photographe Nicolas Axelrod et la journaliste Denise Hruby qui a été témoin des diverses répercussions de l’émergence du Cambodge comme une nation en voie de développement sur des habitants ordinaires de diverses communautés à travers le pays.

Cet album photo soutenu par financement participatif offre un nouveau regard sur un pays qui s’est engagé dans des programmes de développement à grande échelle alors que ses résidents luttent pour survivre au milieu de tous ces changements.

A child plays in muddy water that is spraying out of a broken pipe, the pipes are pumping sand into a natural lake in Borei Reakreay community. The community was evicted from their homes in mid-2009 to make way for residential complexes. Photo and caption by Nicolas Axelrod (3/27/2009)

Un enfant joue dans les eaux boueuses jaillissant d'un conduit de canalisation rompu. Les tubes déversent le sable dans un lac naturel de la communauté de Borei Reakreay. Les habitants ont été expulsés de leurs maisons mi-2009 pour laisser la place aux immeubles résidentiels. Photo et légende par Nicolas Axelrod (27/03/2009)

Ci-dessous l’interview par e-mail avec Nicolas et Denise :

Global Voices: Quels objectifs visiez-vous à travers ce projet ?

Denise Hruby: L’objectif était de réaliser un documentaire sur le Cambodge à l’heure d’une transition rapide qui change fondamentalement et irréversiblement le paysage, la politique ainsi que l’image globale de la société. Il ne fait aucun doute que le Cambodge a besoin de se développer à tous ces niveaux, mais le déroulement de ces changements a laissé un large fossé entre pauvres et riches. Souvent, l’idée de développement se traduit par le fait que les pauvres sont toujours plus pauvres et les riches toujours plus riches.

Nicolas Axelrod: Peu d’endroits dans le monde ont connu un changement aussi rapide et spectaculaire que ce qu’a connu le Cambodge en si peu de temps. Au-delà d’un changement physique, sur le plan de l’infrastructure, il y a aussi une évolution psychologique. En effet, les mentalités ont changé, que ce soit en rapport avec la politique ou avec les valeurs familiales. Par exemple, le livre commence à une époque où les questions politiques n’étaient pas ouvertement débattues, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Les deux chapitres qui portent sur la famille et la politique relatent ce changement en donnant au lecteur une idée de l’état du pays, où il était et où il se trouve aujourd’hui. Les chapitres suivants intitulés Terre et Richesses décrivent comment ce développement a eu lieu et l’impact qu’il a eu sur les pauvres et sur les riches.

Residents flee a bulldozer as it charges into rubble of destroyed homes during the forced eviction of Dey Krahorm. Photo and caption by Nicolas Axelrod (1/24/2009)

Des résidents fuient un bulldozer qui s'apprête à ramasser les décombres des maisons détruites lors de l'expulsion forcée des habitants de Dey Krahorm. Photo et légende par Nicolas Axelrod (24/01/2009)

GV: Quelles ont été les réactions au Cambodge face à ce projet?

DH:  Jusqu’à présent, nous n’avons eu que des réactions positives de la part de cambodgiens ainsi que d’autres personnes qui nous ont abordés au sujet du livre.

Le lancement du livre a été largement visité par Cambodgiens et étrangers et du côté des médias aussi, les critiques ont été bonnes. La plupart des personnes nous expriment leur joie à l’idée qu’un livre puisse apporter un regard sur le Cambodge tel qu’il est sans se limiter exclusivement à la beauté des temples d'Angkor, ou arborer des photos nostalgiques d’enfants sur un char. Des décideurs politiques l’ont qualifié d’incontournable pour ceux qui suivent l’actualité en Asie.

Monks get ready on day four of a ten day Human Rights march into Phnom Penh on National Road 6. After the Cambodia's general elections in July 2013, groups of Monks took an active roll in politics and promoting Human Rights. Photo and caption by Nicolas Axelrod (12/4/2013)

Des moines se préparent pour la quatrième journée d'une marche de dix jours pour les droits de l'homme le long de National Road 6, vers Phnom Penh. A la suite des qui se sont tenues en juillet 2013, des groupes de moines se sont activement engagés dans la vie politique et dans la promotion des droits de l'homme. Photo et légende par Nicolas Axelrod (04/12/2013)

GV: Quel est votre avis sur les perspectives de développement au Cambodge ? A quoi devrait- on accorder la priorité ?

DH: L’un des problèmes principaux au Cambodge concerne le système de corruption et de népotisme profondément enracinés à travers tout le pays. Changer cela et faire de ce pays un endroit plus équitable pour tous prendra des années, simplement parce que tout le monde joue le jeu, du chef de ville de plus bas échelon aux plus hauts représentants gouvernementaux. Il existe encore une grande incompréhension face à la corruption ; ce que c’est et comment elle affecte la société ainsi que l’économie à grande échelle. Les pots-de-vin sont connus comme « tea money » et quasiment personne n’y voit de mal.

La deuxième priorité revient d’après moi à une meilleure éducation. Le gouvernement à déjà consacré plus de fonds au ministère de l’Education et le nouveau ministre a entrepris des réformes de grande ampleur. Cependant, ici aussi, la corruption est un problème majeur. Les enseignants sont si mal payés qu’ils demandent aux étudiants de payer un forfait journalier pour pouvoir assister aux cours ;  les plus pauvres n’ont souvent pas les moyens.

Ceci dit, c’est aussi là que je vois le plus grand espoir pour l’avenir du Cambodge. Près de la moitié de la population a moins de 25 ans. C’est la population la plus jeune de la région. Investir dans leur éducation sera essentiel.

Toutes les photos par Nicolas Axelrod, republiée sur autorisation.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site