Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Internet souffle sur les braises du racisme anti-africains en Chine

Screen capture from Apple Daily's video report on 2012 African riot in Guangzhou triggered by a suspicious death of a Nigerian during police's detention.

Capture d'écran d'une vidéo de l’ Apple Daily, datant de 2012, qui montre des Africains manifestant à Guangzhou au sujet de la mort suspecte d'un Nigérian pendant une garde à vue.

Dans la mesure où les injustices raciales font les titres des journaux partout dans le monde, un débat s'est ouvert sur ces questions et la xénophobie dans les médias grand public.

Il n'y a pas qu'aux États-Unis: les internautes chinois ont également publié un nombre incalculable de commentaires racistes à l'encontre des personnes d'ascendance africaine.

La Chine fait face à une vague d'immigration africaine dans les grandes zones industrielles du pays telles que Guangzhou. Par conséquent, des tensions éclatent à mesure que les Africains tentent de s'intégrer au sein de la société chinoise.

Gordon Mathews, un universitaire qui effectue des recherches sur la diaspora africaine en Chine, a souligné dans une récente interview que de plus en plus d'Africains étaient mariés en Chine. Il a constaté dans le cadre de ses recherches que près de 1/10ème des Africains avaient des épouses ou des petites amies chinoises et qu'en moyenne, 200 enfants sino-africains naissent chaque année à Guangzhou.

L'un des obstacles à l'intégration des Africains provient du contrôle strict exercé sur les étrangers en Chine, ce qui participe également indirectement à la diffusion des stéréotypes raciaux. En septembre 2013, de nouvelles règles relatives aux visas et aux permis de résidence attribués aux étrangers ont pris effet, ce qui a rendu plus difficile qu'auparavant la possibilité de travailler et de faire des affaires en Chine pour les personnes sans affiliation à une entreprise ou à une institution. Dès lors qu'ils restent plus longtemps sur le territoire sans un visa en cours de validité, ils risquent une amende quotidienne de 500 yuan (environ 80 dollars). Selon un rapport largement cité, en août 2014, les autorités de Guangzhou n'ont délivré qu'environ 30 000 permis de résidence à des Africains, bien qu’ il y ait environ 300 000 Africains en situation irrégulière dans la ville. La plupart d'entre eux travaillent dans le commerce de détail.

Dans le cas de Guangzhou, 90 pour cent des Africains sont en situation irrégulière parce qu'ils n'ont pas réussi à obtenir un visa. Ils sont régulièrement interpelés et mis  en garde à vue et par conséquent le stéréotype selon lequel les Africains sont impliqués dans des activités criminelles est répandu parmi les Chinois.

Des controverses sur la xénophobie chinoise et le racisme flagrant à l'égard des immigrants africains ont vu le jour. En dépit des relations économiques croissantes entre la Chine et les pays africains, il y a encore des progrès à faire sur le plan sociétal.

Les comportements exprimés en ligne et à travers les réseaux sociaux  démontrerait une profonde xénophobie parmi les Chinois à l'égard des Africains en Chine. Indépendamment des émeutes de Baltimore aux États-Unis, un autre cas qui a soulevé des commentaires racistes en ligne est celui de l'arrestation d'un gang mafieux étranger dénommé “freedom fighters” [combattants de la liberté]” au mois d'avril. Les remarques des internautes se sont focalisés sur les origines des membres de la triade :

外国人在中国撒野真是软弱.中国坚决不能容忍任何黑恶势力的存在!是时候对那些非法滞留的黑人采取措施了

Les étrangers qui menacent tout le monde en Chine illustrent sa vulnérabilité. La Chine ne devrait pas tolérer l'existence de telles forces diaboliques. Il est à présent grand temps d'agir contre les Noirs sans papiers qui vivent en Chine.

Le commentaire ci-dessus a été “liké” par plus de 1,670 internautes.

La plupart des commentaires sont nationalistes tandis que quelques uns sont extrêmement racistes, allant jusqu'à affirmer que les Africains sont d'une race inférieure,

黑非就是一群被上帝遗弃的人民。什么埃博拉,什么艾滋。都是黑非开始的。基因中除了暴力还有什么。亚人类的身体结构。大脑容量比我们中国人少个400c。

Les Africains [d'Afrique subsaharienne] sont un groupe d'individus que Dieu a renié. Ebola, le SIDA, etc. Tous proviennent des Africains. Leurs gènes sont remplis de violence. Ils ont une corpulence de sous-hommes. Leur cerveau est 400 mille fois plus petit que notre cerveau à nous autres Chinois.

La xénophobie affichée en ligne dérange mais laisser entendre que de tels points de vue représente l'ensemble de la population chinoise est sujet à caution.

Emmanuel, un étudiant ougandais qui étudie à Beijing depuis 2010, a expliqué à Global Voices dans une interview via WeChat que la xénophobie chinoise a tendance à être exagérée sur internet :

Les gens ont tendance à se sentir plus fort en ligne où il n'y a aucune crainte d'être identifié ou de subir des représailles. La plupart des personnes qui déverse le racisme en ligne sont en général des gens qui n'ont jamais eu de contact avec des noirs ou ont été offensés par l'un d'entre eux et par conséquent les détestent tous.

Il a souligné la mentalité grégaire qui existe en ligne — les internautes influencés par des tendances et des opinions ont tendance à absorber l'opinion commune même s'ils ne partagent pas le même préjugé au plus profond d'eux-mêmes :

Beaucoup de gens vont cracher de la haine en ligne pour se sentir mieux mais sont véritablement contents de rencontrer une personne noire dans la vraie vie.

Il a néanmoins reconnu qu’ il y a des personnes qui ont un préjugé inconscient à l'égard des Africains et des étrangers en général mais ce n'est pas ce type de personnes qu'il a pu rencontrer dans sa vie de tous les jours. Effectivement, ce qui se révèle le plus influent sur la perception que les Chinois peuvent avoir des Africains, ce sont les médias et internet en général :

L'image générale des Africains a besoin d'être d'améliorée en premier lieu. La perception pourrait changer dans les endroits où il y a beaucoup d'Africains mais pas ailleurs.

Il faut alors attendre pour savoir si une plus grande intégration des communautés africaines en Chine engendrera une perception plus positive des Africains et des étrangers en général. Si le partenariat économique entre la Chine et l'Afrique doit prospérer dans les années à venir, alors la cohésion sociale entre ces deux groupes, au niveau national, est de la plus grande importance.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site