Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

De jeunes artistes brésiliens du Pará en tournée aux USA pour défendre l'énergie solaire et la forêt amazonienne

15 jeunes Brésiliens du collectif Rios de Encontro (fleuves de rencontre) sont de retour à Marabá, dans l'Etat du Pará, après une tournée artistique et pédagogique aux États-Unis où ils ont présenté leur spectacle, Deixa o nosso Rio Passar (Laissez s'écouler notre fleuve)

 Cette tournée été financée par l'organisation américaine Creative Connections. En plus de leur spectacle, ils ont animé 42 ateliers sur l'énergie solaire et la préservation de la forêt amazonienne, dans des écoles et des centres culturels du Connecticut, du New Jersey et de New York. En tout près de 9800 personnes ont participé aux activités de ce groupe.

 Évany Valente,16 ans, est revenue très impressionnée par ce qu'elle a vu là-bas: ” Des ados qui interpellaient les multinationales sur la transparence du circuit de production et leur implication dans la destruction de nos forêts”.

Rios de Encontro” a reçu le soutien de Rising Voices pour le micro-projet Rádio Arraia.

Carol Souza, Évany Valente e Eliza Neves evocam Amazo_nia numa apresentac_a_o es colar, Connecticut 2015

Carol Souza, Évany Valente et Eliza Neves lors d'une représentation dans le Connecticut. Photo: Rios de Encontro/Diffusion

Camila Alves, Carolayne Valente e Lorena Melissa apr esentam Carimbó, Deixa o Nosso Rio Passar, 2015

Camila Alves, Carolayne Valente e Lorena Melissa présentant la dance amazonienne Carimbo pendant le spectacle “Deixa o Nosso Rio Passar”. Photo: Rios de Encontro/Diffusion

Joa_o Paulo Souza, Lorena Melissa e Camylla Alv es de Cia AfroMundo apresentam o espetáculo 'Lágrimas Secas' numa escola pública enraizada em educação ecológica, Connecticut 2015

João Paulo Souza, Lorena Melissa et Camylla Alves de la compagnie  AfroMundo pendant le spectacle  ‘Lágrimas Secas’  (les larmes sèches) dans une école publique du Connecticut. Photo: Rios de Encontro/Diffusion

Zequinha montre à Kimberley comment jouer du Agogó, à New-York. Photo: Rios de Encontro/Diffusion

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site