Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Comment Boko Haram infléchit la géopolitique de l'Afrique centrale et occidentale

Abuja, Nigeria. April 30, 2014. Protesters took to the streets around the three arms zones of Abuja to demand urgent action from the government in finding the 200 school girls kidnapped in Chibok. By Ayemoba Godswill. Demotix (c).

Abuja, Nigeria. 30 avril 2014. Des manifestants dans la Zone des Trois Armes d'Abuja réclament une action urgente du gouvernement pour retrouver les 200 écolières enlevées à Chibok. Photo Ayemoba Godswill. Copyright Demotix.

Deux attentats-suicides le 22 juin à Maroua, dans le Nord du Cameroun, ont fait plusieurs morts et un grand nombre de blessés. Dix jours plus tôt, 15 personnes étaient tuées par un kamikaze sur un marché bondé à N'Djamena, la capitale du Tchad, trois semaines jour pour jour après une explosion similaire qui avait coûté 27 vies dans cette même ville.

Boko Haram, un groupe djihadiste basé au Sahel qui a récemment fait allégeaance au mouvement Etat islamique, a revendiqué ces attentats. Le groupe a de nouveau frappé quelques semaines après les attentats de juin, cette fois à Jos, au Nigeria, tuant au moins 44 personnes. Boko Haram organise régulièrement depuis sept ans des attaques meurtrières dans la bande du Sahel. Pour riposter, une coalition de pays d'Afrique de l'Ouest s'est assemblée pour lancer une contre-offensive militaire dans l'espoir de réduire l'influence du groupe.

Ci-dessous, une chronologie partielle de l'offensive 2015 de Boko Haram, qui s'est étendue au Cameroun, au Tchad, au Niger et au Nigeria.

La situation au Cameroun
After months of captivity by suspected Boko Haram militants, ex-hostages arrive at Cameroon's Yaounde Nsimalen International Airport. Pubic Domain via Wikimedia Commons

Après des mois de captivité aux mains de présumés insurgés de Boko Haram, les ex-otages arrivent à l'aéroport international Nsimalen de Yaoundé, Cameroun. Domaine public via Wikimedia Commons.

Depuis le 1er janvier 2015, Boko Haram a exécuté au moins 28 attentats majeurs sur le sol camerounais, en majorité dans l'extrême nord du pays. Selon les autorités locales de Maroua, les attentats-suicides du 22 juillet sont l'oeuvre de deux jeunes filles qui ont été vues mendier dans les rues les jours précédents. L'explosion a tué une douzaine de personnes au marché central, le nombre exact reste incertain. Une source policière a confirmé que les habitants ont entendu une double explosion.

Malgré ces tragédies, l'armée camerounaise a obtenu quelques succès contre Boko Haram, même si le pays doit aussi faire face à un afflux massif de réfugiés fuyant les combats.

La situation au Tchad
Chad Air Force Sukhoi Su-25 at N'djamena Airport CC-BY-40 license. Via wikimedia commons

Un Sukhoi Su-25 de l'armée de l'air tchadienne à l'aéroport de N'djamena Licence CC-BY-4.0, Wikimedia commons.

L'individu qui a déclenché sa bombe le 11 juillet s'était déguisé en femme voilée pour dissimuler ses explosifs. Au vu de cette information, le gouvernement tchadien a décidé d'interdire le port du voile intégral pour prévenir des attentats similaires. Les conséquences de l'insurrection de Boko Haram ont profondément déstabilisé la région, notamment au Tchad, dont la puissance militaire est au fondement du maintien de la paix dans le Sahel. Ces derniers mois, le Tchad a déjà été secoué par des manifestations étudiantes, et le début le 20 juin du procès de l'ex-dictateur Hissène Habré.

La situation au Niger
"Landscape Diffa region Niger" by Roland Hunziker - http://www.flickr.com/photos/rolandh/151126866/. Licensed under CC BY-SA 2.0 via Wikimedia Commons -

“Paysage de la région de Diffa au Niger” par Roland Hunziker. CC 2.0 via Wikimedia Commons.

L'insurrection de Boko Haram a fait franchir la frontière à des dizaines de milliers de personnes venues se réfugier dans la région aride de Diffa, dans le sud-ouest du Niger, aggravant une situation humanitaire déjà désespérée. Le Niger a déclaré l'état d'urgence pour s'attaquer à l'insurrection qui a ruiné l'économie de Diffa et rendu vulnérable une grande partie de la population.

La situation au Nigeria

Avant les élections de mars 2015, l'armée nigériane a repoussé avec succès Boko Haram. Néanmoins, une nouvelle offensive de Boko Haram semble se développer en attendant l'investiture de l'équipe du président Buhari. Ceci malgré le fait qu'un des premiers actes de M. Buhari a été de déménager le haut commandement de l'armée de la capitale Abuja à Maiduguri, dans l'Etat de Borno—au coeur de l'insurrection.

Explosion annoncée à Gombe, Nord-Est du Nigeria. Pas d'autres détails.

Le nouveau gouvernement n'en a pas moins recherché activement une assistance anti-terroriste internationale, comme le montrent les rencontres récentes du président Buhari avec ses homologues tchadien, camerounais et nigérien. M. Buhari a sollicité et obtenu des assurances de soutien du G7 et des Etats-Unis, où il se trouve en ce moment en visite d'Etat. M. Buhari a promis de négocier avec les insurgés, si cela peut amener la libération des 200 jeunes filles enlevées à Chibok il y a plus d'un an :

Si nous sommes convaincus que nous pouvons retrouver les jeunes filles, nous pouvons négocier, pourquoi pas. Notre but est de retrouver les jeunes filles. Nous leur demanderons ce qu'ils veulent et nous pourrons libérer les filles ; les rendre à leur école ; les réunir à leurs parents et les réinsérer, pour qu'elles puissent mener une vie normale.

Cet article a été écrit par Nwachukwu Egbunike, Dibussi Tande et Lova Rakotomalala.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site