Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Grèce, la crise pousse des personnes d'origine grecque à regagner leur terre natale sur une île turque

Le portail d'informations Greek Reporter et Anastassios Adamopoulos ont récemment republié une histoire initialement parue dans l'édition digitale du Turkish Hurriet Daily News, et qui s'intéresse à une tendance. De nombreuses familles grecques fuient la crise économique qui s'accentue en Grèce pour regagner leur terre natale sur l'île turque de Gökçeada dans la province de Çanakkale, connue des Grecs sous le nom d'Imbros [en français].

Dans le reportage, le maire local, Ünal Çetin, félicite les Grecs de venir stimuler l'économie locale sur l'île, plusieurs familles rapatriées ont d'ailleurs ouvert de petits hôtels de charme pour gagner leur vie. Dans le même temps, des utilisateurs turcs et grecs de médias sociaux se sont rassemblés sous les hashtags #Imvros et #Gokceada pour célébrer la beauté de l'île.

De nombreuses familles grecques, principalement des descendants de personnes d'origine grecque nées et élevées sur l'île depuis l'Antiquité jusqu'au milieu du 20ème siècle, passent toujours leurs étés à Imbros. Ces familles ont par la suite émigré en Grèce en raison de la campagne de discrimination menée par la Turquie. Le fait qu'elles y retournent malgré la relation tout sauf parfaite entre Ankara et Athènes en dit long sur l'étendue de la catastrophe qui s'est abattue sur la Grèce, ainsi que sur les liens forts qui les unissent à l'île.

En outre, alors que les mauvaises nouvelles économiques continuent de filtrer du pays qu'elles ont laissé derrière, le thème de leur retour à Gökçeada est celui de la régénération progressive et du retour au pays:

[Ecole primaire privée grecque de Gökçeada] L'école a rouvert après 49 ans. Seulement deux élèves #imvros #shcool #students

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site