Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

De plus en plus isolé, le Président de la Gambie libère presque tous les prisonniers

Le président gambien Yahya Jammeh. Photo domaine public par la Maison Blanche téléchargées en ligne par l'utilisateur de  Wikipedia  Alifazal.

Le président gambien Yahya Jammeh. Photo du domaine public par la Maison Blanche, téléchargées en ligne par l'utilisateur de Wikipedia Alifazal.

Le Président Yahya Jammeh de Gambie aurait vidé [fr] les prisons notoirement surpeuplées du pays et aurait promis d'ouvrir une nouvelle page. Dans une allocution télévisée à l'occasion du 21ème anniversaire de son renversement [fr] du président démocratiquement élu Dawda Kairaba Jawara le 22 juillet 1994, M. Jammeh a dit qu'il avait accordé la clémence à tous les condamnés entre 1994 et 2013.

La libération des prisonniers de la part de M. Jammeh comprend aussi une amnistie générale pour tous les militants politiques en exil. On ne sait pas combien de détenus sont concernés, mais la proclamation a indiqué que la mesure concernait aussi les détenus dans le couloir de la mort, dont le nombre était estimé à 38 en août 2012.

Voici une vidéo sur YouTube de The Gambia Inquirer (L'enquêteur gambien) du Président Jammeh:

La clémence de M. Jammeh a jusqu'ici généré des réactions mitigées, en particulier de la part de certains de ceux qui sont concernés. Beaucoup de dissidents gambiens vivant à l'étranger ont rejeté la soi-disant magnanimité comme une simple manoeuvre politique.

Jallow Mathew a écrit sur ​​Facebook:

Yahya Jammeh dit qu'il a pardonné à tous les dissidents. Tu rigoles? Nous pardonner de quoi ? De dénoncer ses meurtres, de voler le pays ouvertement, d'emprisonner tout ce qui respire, et beaucoup, beaucoup plus? Yahya Jammeh est dans une situation difficile et il le sait. Il a peur et a recours à une propagande bon marché pour sauver son régime moribond. Mon conseil à Yahya Jammeh est de démissionner immédiatement afin que, de concert avec les partis politiques, nous formions un gouvernement d'unité nationale pendant 18 mois, afin de préparer les premières élections libres en vingt ans. Telle est notre position commune. Elle n'est pas négociable.

Karamba Touray a rejeté l'amnistie du Président Jammeh comme un non-sens:

Tout ça n'a aucun sens. Son sort est scellé et nous allons nous assurer qu'il finira comme tout dictateur et tyran: renversé et expulsé.

Cependant, certaines voix sont d'avis que le Président Jammeh devrait être félicité pour son geste. Bakary Badjie a écrit:

Bravo et merci au Président Jammeh ainsi qu'à ceux qui l'ont convaincu d'étendre ce grand geste aux nombreux prisonniers auxquels il a pardonné. Des coupables de trahison, des condamnés à mort, des trafiquants de drogue et des agresseurs, des violeurs, etc. Cependant, quand on analyse l'annonce du président, le fait demeure qu'elle devrait être bien accueillie et il devrait être félicité pour avoir permis à tous ceux qui font partie des catégories qu'il a mentionnées retournent d'une manière inattendue dans leurs familles. Oubliez la politique, considérez ça sous un angle social. Pouvez-vous imaginer si l'un d'eux était votre fils, frère ou mari.

Il a en outre ajouté:

Depuis de nombreuses années nous, Gambiens, n'apparaissons jamais dans les nouvelles pour une raison positive, dans les prochains jours, nous le ferons. Mon espoir est que ce soit le début d'une nouvelle vie en Gambie, une vie de liberté et de respect des droits humains. Ça devrait également être un moment de réconciliation étant donné que nous étions entrain de devenir une nation socialement et politiquement divisée “.

Sophie Sarr  pense aussi que la nouvelle était digne d'être célébrée. Elle a écrit:

Dieu soit loué! Je ne pouvais pas me retenir, j'ai dû verser des larmes de joie quand j'ai lu l'importante information à ce propos. Bien que je ne sois liée à aucune de ces personnes. Je veux juste la célébrer avec toutes les femmes dont les maris ont été libérés et avec tous les enfants qui ont le privilège d'être réunis avec leurs pères, aujourd'hui. Ceci est la guérison dont nous avons besoin en tant que pays et je prie que Dieu, dans ses pouvoirs, guérisse tous les cœurs aujourd'hui POUR LA GAMBIE NOTRE PATRIE.

Il y a à peine une semaine, le Président Jammeh avait menacé [fr] d'exécuter tous les condamnés à mort en faisant valoir que la criminalité était en augmentation. Dans un geste controversé, M. Jammeh avait révoqué la clémence qu'il avait accordée à 85 prisonniers [fr] à l'occasion du mois musulman sacré du ramadan. Toutefois, les autorités ont plus tard déclaré qu'il y avait eu une erreur d'identité de certains des prisonniers libérés, procédant à de nouvelles arrestations.

SE Alagie Jobe a une question [ce contenu n’est plus disponible] pour le Président Jammeh:

Excellente initiative Monsieur le Président … Mais que dire des détenus illégaux et ceux qu'on a fait disparaître, ils ne méritent pas votre clémence aussi s'ils sont encore en vie Monsieur le Président? “

La prison Mile II, qui abrite également l'aile de sécurité maximale, infestée d'insectes, est l'endroit où la plupart des prisonniers politiques, des condamnés pour trafic de drogue et les condamnés à mort sont détenus. En novembre 2014, le Bureau de l'ONU du Haut-Commissaire aux droits de l'homme (HCDH) a annoncé [fr] que deux de ses rapporteurs spéciaux, Christof Heyns et Juan Méndez, se sont vu refuser l'accès à certaines sections de la prison, déclarées de sécurité maximum.

Le 22 juillet 2015, l'organisation Amnesty International a publié [fr] un rapport détaillé et elle a décrit une forte détérioration des droits humains au cours de la 21e année de M. Jammeh au pouvoir.

 

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site