Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Taïwan : Une femme sera présidente en 2016

The presidential election in January 2016 is most likely to be a competition between two female candidates - Tsai Ing-wen (left) and Hung Hsiu-chu (right). Image remixed from Tsai and Hung's Facebook pages.

Les élections présidentielle de janvier 2016 seront très probablement une compétition entre deux femmes candidates :  Tsai Ing-wen (à gauche) et Hung Hsiu-chu (à droite). Photo-montage de la page Facebook de Tsai et Hung.

L'attention des médias s'est tournée récemment vers l'élection présidentielle de janvier prochain à Taïwan où les deux concurrente finalistes sont des femmes, mettant ce pays sur le chemin d'une première Présidente femme.

Au contraire de beaucoup de présidentes qui ont assuré leur position au travers de liens familiaux en Asie, ici, la plupart des commentaires insistent sur le fait que Taïwan se prépare à élire une femme Présidente qui aura su gravir les échelons du parti et du gouvernement en comptant sur ses propres forces.

Cette forte attention internationale sur le genre des candidats à la Présidence est à situer dans le contexte de l'accueil favorable d'un développement démocratique à Taïwan. Les observateurs internationaux souhaitent que Taïwan puisse avoir une influence positive sur la future politique intérieure de la Chine. La Chine doit encore évoluer vers une élection démocratique de son président et l'engagement politique des femmes y est encore limité par le modèle strict du Parti Communiste.

Les deux femmes favorites pour cette élection sont issues des deux principaux partis politiques de Taiwan.Tsai Ing-wen, 58 ans, est la candidate du Parti Démocratique Progressiste (DPP) et Hung Hsiu-chu, 67 ans, est la candidate du Parti Nationaliste Chinois, le Kuomintang (KMT).

Tsai Ing-wen est une ancienne professeure d'université avec une expérience dans le domaine législatif et l'exécutif. Elle n'est pas novice dans la course à la présidence. Elle a   participé aux élections de 2012 comme candidate du DPP. Elle avait alors perdu face au président Ma Ying-jeou du KMT.

Hung Hsiu-chu a été autrefois professeure de lycée et a une expérience de parlementaire (huit mandats consécutifs). Elle a occupé plusieurs postes de direction à l'intérieur de son parti. Elle est actuellement porte-parole de son parti pour la législature en cours.

Il y a eu bien peu de débat à Taïwan sur le sexe de ces candidates car l'opinion publique sur la participation des femmes à la vie politique a beaucoup évolué vers une ouverture plus large. C'est le résultat d'une plus grande maturité sociale, après des décennies de  luttes pour l'égalité des femmes à Taïwan. En 2012, Taiwan a été classée deuxième pays pour l'égalité des sexes dans le monde (uniquement dans la perspective masculin/féminin et sans inclure d'autres identités sexuelles). La  femme ayant accédé à Taïwan au niveau le plus élevé politique a été l'ancienne vice-présidente Annette Lu, qui a été élue en 2000 sous l'étiquette du DPP. La composition de la dernière assemblée parlementaire comprend 33.6% de femmes,  le taux le plus élevé en Asie.

Voici ce que déclare un commentateur politique à propos du changement d'attitude de la société taiwanaise sur la candidature des femmes en politique :

前幾天我們 RA 跟我聊台灣的總統選舉,說他看鳳凰電視在討論「台灣名嘴分析總統候選人」,然後說,「調查顯示有 76% 台灣人可以接受女總統欸~」是說現在應該很少有人會覺得女性不能當總統吧

J'ai discuté des élections à Taïwan il y a quelques jours avec notre conseiller politique, il m'a dit qu'en regardant des analyses des médias taiwanais sur Phoenix TV, il a été frappé par le résultat d'une enquête montrant que 76 % des taïwanais étaient prêts à accepter une femme présidente. Cela veut-il dire qu'il y a peu de personnes qui estiment qu'une femme soit incapable d'être présidente ?

Il n'en demeure pas moins que les Taiwanais ne semblent pas se passionner pour les élections à venir. Le niveau d'attente est assez bas comparé aux précédentes élections. Les réalisations du parti au pouvoir depuis huit ans ont été assez médiocres et sa popularité est  basse.

L'année dernière, le taux de popularité du président actuel a chuté de façon brutale suite au mouvement Tournesol. Des étudiants ont occupés le parlement pendant 18 jours pour exiger du gouvernement des réformes. Aux élections locales de la fin 2014, les résultats médiocres du KMT qui n'a obtenu que 6 sièges sur les 22  possibles, ont été analysés comme un vote de défiance contre le président et son parti.

Le président Ma Ying-jeou ne peut plus se représenter, ayant atteint la limite du nombre de mandats. Aucun candidat potentiel masculin n'a voulu concourir et courir le risque d'un échec humiliant. La seule personnalité du KMT assez courageuse pour endosser cette responsabilité a été une femme, Mme Hung. Elle a du pourtant se battre pour accéder à cette candidature qui a été rendue officielle le 19 juillet lors du congrès du parti.

Dans un de ses posts, un blogueur commente cet évènement:

反觀國內,國民黨“夾層”處處刁難洪秀柱的參選之路,其背後的阻力會不會是國民黨存在著女性不得當家的大男人主義呢?

Le Kuomintang, d'un extrême à l'autre de son échiquier politique, a rendu difficile la candidature de Hung Hsiu-chu. On peut se demander si ces résistances ne viennent pas de la persistance d'attitudes sexistes à l'intérieur du parti. En dépit de cet obstacle, la candidature de Mme Hung a fait avancer à grands pas un parti politique que beaucoup de gens n'auraient jamais imaginé sous l'égide d'une femme.

Pendant ce temps, les réactions en ligne face a l'éventualité d'une femme présidente de Taiwan sont positives. Un commentateur accueille avec joie la nouvelle de ce changement d'orientation :

真的是破天荒了,主要政黨派出的候選人都是女性。2012的總統大選時,身旁無藍綠色彩的長輩其實還是有點性別歧視,有些人覺得女性不如男性,而且蔡英文又是單身未婚,所以直覺的就把票投給馬。這屆未婚的女性候選人一次就出來兩個,也是對這些長輩的考驗與教育XD,在政治上,女人並不一定比男人弱

Le fait que les deux principaux partis politiques se  choisissent une candidate femme est une avancée certaine. Pendant la campagne présidentielle de 2012 ,les plus âgés des deux côtés de l'éventail politique ont été assez sexistes. Il y avait des gens qui pensaient que les femmes n'étaient pas meilleures que les hommes. Tsai Ing-wen n'étant pas mariée, il y a eu une majorité pour Ma (son rival masculin). Aujourd'hui on a deux femmes candidates dont aucune n'est mariée, c'est un défi et une leçon pour les seniors qui devront comprendre qu'en politique les femmes ne sont pas plus faibles que les hommes.

Autre commentaire en ligne d'un homme qui résume ainsi l'évolution louable de la scène politique dans ce pays:

2016年中華民國總統大選意外促成兩位女性共逐大位,這場原以為會非常沉悶的選戰頓時熱鬧了起來。其實台灣女性早已多次獻身總統選戰,但多居副手地位,擔任性別互補角色。這次不同了,不管你怎麼投,最後必定出現一位女性總統。
蔡英文在洪秀柱出線代表國民黨參選後說:「這不是兩個女人的戰爭,期待共塑新的選舉文化。」洪秀柱則說:「期盼兩個女人的選戰,能給社會大眾全新觀感,塑造真正的民主典範。」

Les élections de 2016 à Taiwan font s'affronter deux femmes candidates au même siège. J'avais considéré au début ces élections comme très ennuyeuses mais elles sont devenues soudainement très intéressantes. En fait, il y a déjà longtemps qu'à Taiwan des femmes se sont lancées dans la compétition politique mais seul un siège de vice-présidence avait été remporté, leur offrant un rôle complémentaire des hommes. Cette fois, c'est différent, quel que soit votre vote, le résultat final sera une femme Présidente.

Lorsque Hung Hsiu-chu a été désignée pour représenter le KMT, Tsai Ing-wen a déclaré:

Il ne s'agit pas pour moi d'un affrontement entre deux femmes, je me réjouis bien plus de participer à une nouvelle culture électorale.

Dans une déclaration du même type, Mme Hung avait dit : “Je suis impatiente de participer à cette élection qui met deux femmes en compétition, offrant ainsi à la population une nouvelle image politique et créant un modèle réellement démocratique.”

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site