Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Niloy Neel, quatrième blogueur assassiné au Bangladesh

Murdered blogger Niladri Chakrabarty Neel, Image by Reza Sumon. Copyright Demotix (7/8/2015)

Le blogueur assassiné, Niloy Neel, photo Reza Sumon. Copyright Demotix

Le 7 août, vers 13h45, cinq assaillants armés de machettes ont fait irruption dans l'appartement du blogueur Niloy Neel et l'ont assassiné. Quand son épouse et sa soeur ont tenté de lui porter secours, les attaquants ont menacé de les tuer elles aussi. Niloy est le quatrième blogueur a être tué de cette façon au Bangladesh ces six derniers mois. Toutes les victimes étaient des personnalités qui défendaient la laïcité et critiquaient les autorités religieuses conservatrices du pays et toutes figuraient sur une liste de 84 noms. Beaucoup ont déjà été agressés, menacés de mort, mis au ban par les fanatiques, pour leurs écrits.

Du sang sur le sol, dans l'appartement où il a été assassiné à la machette, à Dhaka (Getty images)

Je suis Niloy Nil. Arrêtez de tuer au nom de la religion

Le blogueur écrivait sous le nom de plume “Niloy Neel” sur Istishon (qui signifie “gare” en bengali). Il collaborait à un blog collectif qui couvrait les questions politiques et sociales. Le blogueur expatrié Arif Rahman a précisé qu'il avait obtenu un mastère de philosophie de l'université de Dhaka en  2013.

Neel ne faisait pas mystère de ses opinions sur la laïcité et l'écrivait pour le site Ganajagaran Mancha. Il demandait aussi la peine capitale pour les criminels de guerre de 1971, durant la guerre d'indépendance du Bangladesh. Le Dr. Imran H Sarkar, un dirigeant de Ganajagaran Mancha, a écrit sur Facebook:

‪#‎NiloyNeel‬ écrivait sur les droits des femmes, des minorités indigènes, de toutes les minorités. Il critiquait l'extrémisme religieux qui pose des bombes dans les mosquées et fait des milliers de victimes civiles.

Il était l'une des voix qui parlait pour la justice sociale, la laïcité, les droits humains, et demandait justice pour ‪#‎AvijitRoy‬ (Ndlt: procès des criminels de guerre de 1971). Il avait souvent été menacé par les militants extrémistes qui tentent de détruire ce pays par le terrorisme.

Les noms de ces blogueurs et d'autres qui sont tout aussi menacés figurent sur une liste  de 84 personnes soumise à un Comité spécial du gouvernement par un groupe de musulmans conversateurs. Ceux-ci accusent les blogueurs “d'athéisme” et d'être des ennemis de l'islam. Le gouvernement a bloqué les sites contestataires et arrêté des blogueurs et des dirigeants religieux de la droite conservatrice lors des manifestations #shahbag en 2013. Certains médias du Bangladesh, dont des blogs connus de droite, soutiennent que tous les blogueurs sont des athées qui “blessaient les sentiments” des Bangladais musulmans pieux. Onze blogueurs figurant sur la liste ont été assassinés ces deux dernières années.

Niloy était également actif sur Facebook, où il partageait ses opinions politiques et décrivait les menaces de mort dont il était l'objet. Le 15 mai dernier, il écrivait:

আমাকে দুজন মানুষ অনুসরণ করেছে গত পরশু। ‘অনন্ত বিজয় দাশ হত্যার’ প্রতিবাদে আয়োজিত প্রতিবাদ সমাবেশে যোগদান শেষে আমার গন্তব্যে আসার পথে এই অনুসরণটা করা হয়।

J'ai été suivi par deux personnes, il y a deux jours, quand je revenais à la maison après une manifestation pour demander justice pour le meurtre du blogueur Ananta Bijoy Das.

Il s'est rendu au poste de police pour déposer plainte et a écrit :

D'abord, un policier m'a dit en aparté que la police n'enregistre pas d'habitude ce genre de plaintes car l'officier qui l'enregistre devient responsable de la sécurité du plaignant. Et si la personne a un problème, le policier peut perdre son travail pour négligence envers ses devoirs.

Niloy, peu après, a retiré toutes ses photos de son profil Facebook, par mesure de précaution.

Golam Mortaza s'interroge sur l'apathie du gouvernement.

ব্লগার বা অনলাইন লেখকদের ‘নাস্তিক ‘ হিসেবে চিহ্নিত করে হত্যা করা হচ্ছে। এই হত্যাকারীদের বিরুদ্ধে ব্যবস্থা নেয়া মানে ‘নাস্তিক ‘ হত্যাকারীদের বিরুদ্ধে ব্যবস্থা নেয়া। নাস্তিকদের যারা হত্যা করছে, তাদের বিরুদ্ধে ব্যাবস্থা নেয়া মানে নাস্তিকদের পক্ষ নেয়া। সরকারের দৃষ্টিভঙ্গি এরকমই। সরকার বক্তব্যে কোনো রাখঢাক নেই। স্পষ্ট বক্তব্য ‘আমরা নাস্তিক হিসেবে পরিচিত হতে চাই না। ‘

Les blogueurs et les auteurs qui publient en ligne sont taxés d'athéisme. C'est comme si prendre des mesures contre les meurtriers devenait la même chose que prendre des mesures contre ceux qui tuent des athées. Sanctionner les meurtriers devient prendre parti pour les athées. Le gouvernement pense comme ça. Ils ne le cachent pas. Leurs actions disent :  “Nous ne voulons pas être pris pour des athées”.

L'un des groupes puissants qui ciblent les blogueurs ‘laïcs’ est  Hefajat-e-Islam Bangladesh, groupe islamiste fondamentaliste constitué en association au Bangladesh qui veut supprimer le droit des femmes à travailler à l'extérieur et a appelé à l'exécution des ‘blogueurs athées”.

Shaugat Ali Sago écrit sur Facebook:

৮৪ জন কেন ৮৪০০ ব্লগারের জীবনের চেয়েও সরকার যে নাস্তিকদের সমর্থক নয় সেটার প্রমান দেওয়া জরুরী। ৮৪ জন ব্লগারের জীবনের বিনিময়েও যদি হাটহাজারীর হেফাজতওয়ালারা খুশি থাকে, সরকারকে হেফাজতে রাখে- সেটিই বরং দরকার।

আশ্চর্য! হাসপাতালের মর্গে একেকটা লাশ যেমন একেকটা নাম্বার, মানে সংখ্যা মাত্র।একেকজন ব্লগারও যেন কেবল নাস্তিক মাত্র। তারা রাষ্ট্রের নাগরিকক নন- কাজেই রাষ্ট্রের কোনো প্রটেকশন তারা পান না, তারা মানুষ নন- তাদের কোনো মানবাধিকার নেই। আর হ্যাঁ, খুন হয়ে যাওয়া ‘ব্লগারটি’ নাস্তিক ছিলেন- এই কথাটি একবার মুখ দিয়ে বের করা গেলে, সেটি প্রচারে হেফাজত আর সরকারের সমর্থকরাও একাকার হয়ে যান।'ব্লগার নামধারী নাস্তিকরা দেশের স্থিতিশীলতা নষ্টের চক্রান্তে লিপ্ত, সরকারকে বিব্রত করতে চায়’- নিকট অতীতে কোনো কোনো এমপিকেওতো এমন কথা বলতে শুনেছি।

Pourquoi seulement 84? Même si le nombre de blogueurs assassinés s'élevait à  8400, il est plus important de prouver que le gouvernement n'aide pas les athées. Si les vies de 84 blogueurs peuvent satisfaire le Hefajat-e-Islam Bangladesh et garder le gouvernement à l'abri  [des pressions politiques] alors, c'est ça qui est important.

Incroyable ! Les cadavres des blogueurs assassinés qui sont dans les morgues sont juste des chiffres. Tous les blogueurs ne sont que des athées. Ils ne sont pas des citoyens du pays. Alors, ils n'ont eu droit à aucune protection. Ils ne sont pas humains. Ils n'ont aucun droit humain. Et oui, si vous pouvez établir que le blogueur assassiné était athée, tout le monde, dont le gouvernement, penche dans ce sens. Certains députés ont dit par le passé que  “avec ces blogueurs, les athées troublent la stabilité du pays, ils veulent embarrasser le gouvernement.”

Jyotirmoy Barua, un avocat et activiste, écrit que les blogueurs du Bangladesh doivent s'unir :

রাস্তায় প্রতিবাদ করা ছাড়া আর কোন কাজে ব্লগারদের একাট্টা হওয়ার কোন ঘটনা এপর্যন্ত ঘটেনি। এটাই ব্লগারদের সবচেয়ে বড় দুর্বলতা। একটি সংগঠিত দল বা গোষ্ঠী না হওয়া সত্ত্বেও তারা দল বা গোষ্ঠী হিসেবে টার্গেট।

তাই সংগঠিত হোন- নয়ত বাঁচবেন না। প্ল্যাটফর্ম তৈরি করুন। প্রতিরোধ করতে শিখুন। প্রতিবাদে কাজ হবে না। দেশে আইনের শাসন নেই, তাই চেঁচিয়ে লাভ হবে না।

Jusqu'ici, les blogueurs n'ont pas réussi à s'unir, à part manifester dans la rue. C'est le point faible des blogueurs du Bangladesh. Ils ne constituent pas un groupe uni et cohérent. Mais ils sont ciblés comme groupe.

Alors, s'il vous plait, unissez-vous, ou vous ne survivrez pas. Fondez un groupe. Apprendez à vous défendre. Manifester ne sert à rien. Ce pays n'est pas un Etat de droit, et pleurer ne sert à rien.

Statement claiming responsibility for Niloy's killing sent to media houses from the email ansar.al.islam.bd @gmail. com

Déclaration revendicant l'assassinat de  Niloy et envoyé aux médias par l'adresse  ansar.al.islam.bd @gmail. com

Selon des articles, Ansar-Al-Islam, branche bangladaise de Al-Qaeda sur le sous-continent indien, a revendiqué le meurtre du blogueur Niloy, en le nommant ennemi d'Allah. Les témoins ont raconté qu'en fuyant l'appartement de Niloy, ses attaquants auraient hurlé  “Allah oh Akbar”.

Un courriel envoyé à des groupes de presse au Bangladesh contiendrait le message suivant : “Gloire à dieu ! Les soldats d'Ansar-Al-Islam [AQIS, branche du Bangladesh] ont mené une opération pour abattre un ennemi de dieu et de son messager (que la paix soit avec lui). Son nom est Niloy Chowdhury Neel.”

Vendredi, la police a appréhendé le dirigeant de Hefajat-e-Islam, le Moufti Izharul Islam Chowdhury, dans une toute autre affaire. Outre son rôle dans le groupe extrémiste basé à Chittagong, Hefazats Nayeb-e-Amir Izaharul est également le dirigeant du parti politique Nezame Islam, qui s'est opposé à l'indépendance du Bangladesh en 1971. Le programme politique de Hefazat propose d'imposer la peine capitale pour tous les athées du Bangladesh, en dépit du fait que les athées bénéficient des mêmes droits que les autres citoyens (ndlt : selon la Constitution).

En mai dernier, Global Voices avait publié un communiqué appelant à assurer la sécurité des blogueurs du Bangladesh et demandé au gouvernement de traduire les meurtriers en justice. Quelques heures après le meurtre de Niloy, le Committee to Protect Journalists a publié une déclaration qui pose la question que tous les blogueurs et défenseurs des droits humains se posent :

Combien d'autres blogueurs doivent être assassinés avant que le gouvernement du premier ministre Cheikh Hasina agisse avec fermeté pour réprimer les violences et en finisse avec l'impunité ?

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site