Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un chef de la police du Bangladesh aux blogueurs menacés : “Ne dépassez pas les bornes”

Activists march in a torch-light vigil demanding immediate arrest and exemplary punishment to the killers of secular blogger Niloy Neel.  Dhaka, Bangladesh. Image by Khurshed Alam Rinku. Copyright Demotix (8/8/2015)

Des activistes manifestent par une veillée à la torche demandant l'arrestation immédiate et une sanction exemplaire contre les assassins du blogueur libre penseur Niloy Neel. Dacca, Bangladesh. Photo de Khurshed Alam Rinku. Copyright Demotix (8/8/2015)

Tous les liens associés renvoient à des pages en anglais, sauf mention contraire.

Depuis l'assassinat du blogueur libre penseur [fr] Niloy Neel les autorités policières du Bangladesh n'ont fait aucun progrès significatif dans l'enquête sur ce meurtre. Neel a été  attaqué et assassiné par un groupe de cinq hommes qui était entré par effraction dans son appartement à Dacca, la capitale du pays, le 7 août 2015.

En état de choc depuis l'assassinat de Niloy – le quatrième meurtre d'un blogueur laïc au Bangladesh en 2015 –, de nombreux blogueurs ont arrêté d'écrire et certains se sont même cachés. Quelques uns des blogueurs les plus actifs du pays craignent maintenant d'être emprisonnés ou d'être assassinés. D'autres ont quitté le pays.

Les noms des blogueurs menacés apparaissent sur une liste de 84 personnes qui a été remise à un comité spécial du gouvernement en 2013 par un groupe de religieux musulmans conservateurs qui a accusé les blogueurs d'”athéisme” et d'écrire contre l'Islam. Depuis, onze personnes citées dans la liste ont été assassinées.

Après la mort de Niloy, les menaces se sont étendues au-delà de la communauté des blogueurs. Ainsi, le propriétaire d'une maison d'édition qui a publié de nombreux livres du blogueur Avijit Roy, qui a été assassiné en public en février 2015, est aujourd'hui en danger, les activistes fondamentalistes l'ayant identifié comme étant un “promoteur de l'idéologie athéisme”.

Le jour suivant le meurtre de Niloy, la Première Ministre du Bangladesh Sheikh Hasina a décrit les assassins de Niloy comme une “tache pour l'Islam”. Elle a déclaré lors d'un rassemblement le 8 août :

Islam is a religion of peace. Those who want to taint it cannot have true faith in it. How dare they call themselves Muslims? [..]

And now they are murdering bloggers for writing against the religion. Who benefits from this gory mayhem? Which religion they claim to have been protecting?

L'Islam est une religion de paix. Ceux qui veulent le salir ne peuvent pas avoir la vraie foi. Comment peuvent-ils se prétendre musulmans? […]

Et maintenant, ils assassinent les blogueurs qui écrivent contre la religion. Qui bénéficie de ce carnage sanglant? Quelle religion prétendent-ils protéger?

Elle a ajouté:

We cannot let this happen in Bangladesh. The people of this country are peace-loving.

Nous ne pouvons pas laisser cela se produire au Bangladesh. Le peuple de ce pays aime la paix.

En réponse, le blogueur Haseeb a écrit dans Sachalayatan [bn] que d'après lui, les mots de la Première Ministre sonnent creux :

সরকার ব্লগারদের মতপ্রকাশের স্বাধীনতা বিষয়ে যতোটা না চিন্তিত, তার থেকে চিন্তিত তাদের ধার্মিক ইমেজ যাতে ক্ষতিগ্রস্থ না হয় সেটা নিয়ে। সরকার ধর্মীয় রাজনীতি তো বটেই, সেই ধর্মীয় রাজনীতি যারা করে তাদের আদর আপ‍্যায়নেই আন্তরিকতা দেখিয়েছে। আর ব্লগারদের মুখ বন্ধ করতে চালু করেছে ৫৭ধারার মতো কালো আইন।

Le gouvernement est moins soucieux de la liberté d'expression des blogueurs que de l'atteinte portée à leur image auprès des religieux. Le gouvernement applique une politique religieuse et de la sorte, il soutient ceux qui appliquent cette politique religieuse. Ainsi la section 57 [de l'ICT Act] [fr] permet de bloquer la liberté d'expression des blogueurs…

La section 57 de l'ICT Act du Bangladesh criminalise “la publication sous une forme électronique d'informations erronées, obscènes ou diffamatoires”.

Haseeb a aussi cité une récente publication de presse [fr] de la Ligue Awami Ulema, un groupe islamique conservateur, qui déclare soutenir la coalition gouvernementale du Bangladesh:

নাস্তিক হত্যাকারীদের বিরুদ্ধে ব্যবস্থা নেয়া মানে এই নয় যে, মিডিয়া ইসলাম বিদ্বেষী নাস্তিকদের হাইলাইট করবে। সুতরাং এসব নাস্তিক ব্লগার কর্তৃক বিভিন্ন ব্লগ, ওয়েবসাইট, স্যোসাল মিডিয়ায় কুরুচিপূর্ণ নাস্তিক্যবাদী লেখা বন্ধে ধর্ম অবমাননার জন্য মৃত্যুদন্ডের আইন প্রণয়ন করতে হবে। [..]

এদেশকে নাস্তিক্যবাদী দেশ বানাতে ইসলাম বিরোধী শিক্ষনীতি তৈরী করা হয়েছে। কুরআন-সুন্নাহ বিরোধী বক্তব্য যুক্ত ও ষড়যন্ত্রমূলক পাঠ্যপুস্তক অবিলম্বে বাজেয়াপ্ত করতে হবে। সাথে সাথে ইসলাম বিরোধী প্রচলিত শিক্ষানীতি বাতিল করতে হবে। ৯৮ ভাগ মুসলমানের এদেশের শিক্ষানীতি সম্পূর্ণ ইসলামিক করতে হবে।

La prise de mesures contre les assassins des athéistes ne doit pas permettre aux média de mettre en avant les athéistes opposés à l'Islam. Par conséquent, tous ces blogs, sites web, et autres comptes de réseaux sociaux tenus par des blogueurs athéistes et contenant des écrits athéistes devraient être fermés pour atteinte à la religion et les auteurs condamnés à la peine de mort. […]

Une politique d'éducation a été mise en place dans ce pays pour le transformer en un pays athéiste opposé à l'Islam. Les ouvrages contenant des propos opposés au Coran et à la Sunnah devraient être interdits. L'éducation anti-Islam devrait être immédiatement arrêtée. Dans ce pays à 98% musulman, l'éducation devrait être entièrement islamique.

Haseeb écrit de plus:

যে মুহুর্তে ক্ষমতাসীন আওয়ামী লীগের সহযোগি একটি দল এই সমস্ত অশ্লীল দাবিনামা ঢাকা শহরের রাস্তায় মাইকে উগরাচ্ছে তখন শেখ হাসিনা শীতাতপ নিয়ন্ত্রিত কনফারেন্স রুমে দাবি করছেন ধর্ম নিয়ে রাজনীতি করতে দেয়া হবে না। দুঃখিত মাননীয় প্রধানমন্ত্রী। এভাবে হবে না। ক্ষমতাসীন আওয়ামী লীগ সরকারের এধরণের অবস্থান সাংঘর্ষিক।

Au moment où un parti associé à la Ligue Awami au pouvoir peut faire de telles déclarations dans les rues de la ville de Dacca au moyen de hauts-parleurs, Sheikh Hasina déclare, dans une salle de conférence et en privé, qu'il ne sera pas permis de faire de la politique avec la religion. Désolé, Madame la Premier Ministre. Cela ne se passera pas ainsi. Ce sont ce genre de contradictions qui se produisent sous le gouvernement de la Ligue Awami au pouvoir.

Le Directeur des Actualités d'Ekattor TV Syed Ishtiak Reza [fr] demande:

ধর্মান্ধতা আজ আমাদের দেশের শান্তি বিঘ্নিত করছে। সেখানে ক্ষমতাসীন দলের সাথে সম্পর্কযুক্ত কোনও সংগঠন এমন বক্তব্য দিলেতো বলতে হবে, বিপদ দরজায়।

Le fondamentalisme perturbe aujourd'hui la tranquillité de notre pays. Lorsqu'un parti proche du parti au pouvoir tient de tels propos, il faut le dire, le danger est à notre porte.

Cependant, lors d'un entretien, le secrétaire général conjoint de la Ligue Awami Mahbub-ul-Alam Hanif déclare:

Awami League does not have any wing or associate group by the name of Ulema League. They have no political link with the party.

La Ligue Awami ne possède aucune branche ni aucun groupe associé du nom de la la Ligue Ulema. Ils n'ont aucun lien politique.

Hanif presse les citoyens à ne pas confondre la Ligue Awami Ulema avec la Ligue Awami, le parti politique gouvernant actuellement le Bangladesh. D'après des communiqués, des personnes derrière la Ligue Awami Ulema déclarent que la Première Ministre Sheikh Hasina est leur dirigeante, bien que leur idéologie et leurs principes soient différents de ceux du parti au pouvoir de la Ligue Awami. On ignore si la Ligue Awami a une affiliation avec la Ligue Awami Ulema mais aucun des dirigeants du parti au pouvoir n'a condamné leurs propos.

Dimanche, le Commissaire de Police AKM Shahidul Hoque a ajouté de l'huile sur le feu en déclarant:

Free-thinkers and bloggers should not cross the limit of tolerance while expressing their views on religion. If any person is hurt by any writing, s/he may take legal action. They can file a case with the police. Everyone should obey the law.

Les libres penseurs et les blogueurs ne doivent pas dépasser les limites de la tolérance lorsqu'ils expriment leurs points de vue sur la religion. Si une personne est heurtée par un écrit, elle peut entamer une procédure judiciaire et déposer plainte auprès de la police. Tout le monde doit obéir aux lois.

Il a ajouté que la sanction maximale pour un tel crime est une peine d'emprisonnement de 14 ans.

Mr. Monirul Islam [bn], un autre haut gradé de la police, dit:

যারা ব্লগারদের হত্যার সঙ্গে জড়িত এবং যারা হযরত মুহাম্মদ (সা.), ধর্ম ও কোরআন নিয়ে যুক্তিহীনভাবে আঘাত করে ব্লগে লেখে তাদের সকলকে আইনের আওতায় আনা হবে। কারণ যারা যুক্তিহীনভাবে ধর্ম নিয়ে ব্লগে লেখে তারাও উগ্রবাদী।

Les personnes impliquées dans l'assassinat des blogueurs et ceux qui s'en prennent sans fondements au prophète Mahomet, à la religion et au Coran devront tous se soumettre aux lois. Car ceux qui écrivent dans des blogs contre la religion et sans fondements sont aussi des extrémistes.

Ces commentaires ont provoqué un tollé chez les citoyens qui ont utilisé les média sociaux pour exprimer leur indignation. L'activiste expatrié Rayhan Rashid a tweeté:

Voici notre Inspecteur Général. Son message aux blogueurs qui sont “toujours vivants”: “NE DEPASSEZ PAS LES LIMITES”!

 
Le journaliste renommé Toufique Khalidi a tweeté:

Un officier de police est-il à même de juger ou de décider où poser les limites dans ce cas?
Une pétition en ligne lancée par un groupe inconnu demande la démission du chef de police.

Le blog Muktangon a publié un commentaire [bn] critiquant la réponse de la police suite au meurtre et disant que la police ne devrait pas discuter sur les blogueurs qui heurtent les sentiments religieux dans une tentative de distraire les citoyens de leur échec à assurer la sécurité publique. Muktangon a aussi noté que ces blogueurs sont bien au courant des lois sur la liberté d'expression dans leur pays:

এ কথা সঠিক নয় যে, মানুষের ধর্মীয় অনুভূতিতে ব্লগাররা ঢালাওভাবে আঘাত করে যাচ্ছেন। কোনো কোনো ব্লগার তাঁদের মুক্তচিন্তা চর্চার অংশ হিসেবে কখনো কখনো হয়তো ধর্মের (সেটা সব ধর্মের ক্ষেত্রেই প্রযোজ্য) কোনো কোনো বিষয় নিয়ে কথা বলে থাকেন, কিন্তু তা তাঁরা নির্দিষ্ট স্থানে এবং সামগ্রিক আলোচনার ধারাবাহিক অংশ হিসেবেই করে থাকেন। প্রকাশ্যে জনসমক্ষে হট্টগোল তুলে তাঁরা কিছুই করেন না, যার ফলে মানুষ উত্ত্যক্ত বোধ করবে কিংবা আহত ও ক্রুদ্ধ হবে।

মতপ্রকাশের স্বাধীনতার মূল কথাই হল অপ্রিয় মতামত অপ্রিয় ভঙ্গিতে প্রকাশেরও পূর্ণ স্বাধীনতা, যতক্ষণ না তা কোনো সুষ্পষ্টভাবে সংজ্ঞায়িত নিরপেক্ষভাবে বিচারযোগ্য প্রচলিত আইনের কোনো বিধানের নিষেধের মধ্যে না পড়ে। তাই, যারা তাদের রাজনৈতিক বা অন্য কোনো হীন উদ্দেশ্যে ব্লগারদের উম্মুক্ত আলোচনা ও বক্তব্যকে খণ্ডিতভাবে যেখানে-সেখানে উপস্থাপনের মাধ্যমে বিভ্রান্তিকর পরিস্থিতির সৃষ্টি করে, উত্তেজনা সৃষ্টির চেষ্টা করে – সরকার ও আইনশৃঙ্খলা রক্ষাকারী বাহিনীর বরং উচিত তাদের বিরুদ্ধে আইনগত ব্যবস্থা নেয়া।

Il n'est pas vrai que les blogueurs portent gravement atteinte aux sentiments religieux des personnes. Dans le cadre de leur liberté d'expression, certains des blogueurs peuvent de temps en temps écrire des commentaires sur la religion (cela concerne toutes les religions) ou d'autres fois en discuter dans un écrit concernant un autre sujet, mais ils le font dans un contexte précis et dans le cadre d'une discussion globale générale. Ils ne visent pas publiquement et directement les gens et ne souhaitent donc pas par conséquent les heurter ou les blesser.

L'élément principal de la liberté d'expression est justement de pouvoir exprimer des opinions différentes d'une manière différente qui ne sera pas appréciée de tous. La liberté d'expression doit être totale tant qu'elle reste fondée et critique et qu'elle n'enfreint pas la législation courante ou ne tombe sous aucune interdiction. Par conséquent, le gouvernement et les forces de l'ordre devraient plutôt prendre des mesures contre tous ceux qui créent des situations de controverse et d'agitation publique en utilisant,  n'importe comment et tirés hors de leur contexte, des éléments spécifiques dans les propos des blogueurs pour des fins politiques ou pour toute raison censée leur nuire.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site