Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Vous voulez voir la première ville africaine libre des Amériques? Allez au Mexique!

Statue de Gaspar Yanga. Photo par Erasmo Vasquez Lendechy via Wikipedia. Utilisée sous licence Creative Commons

Statue de Gaspar Yanga. Photo par Erasmo Vasquez Lendechy via Wikipedia. Utilisée sous licence Creative Commons

Cet article a été initialement publié sur le blog Lupitanews.

Elle est appelée Yanga [fr]. Située au milieu d'une végétation dense dans le sud-est de l'état de Veracruz, le long du golfe du Mexique [fr], la ville de Yanga est la preuve de la présence et l'installation d'africains [fr] au Mexique.

Sur notre chemin vers le port de Veracruz, nous nous sommes arrêtés à Yanga où nous avons vu des champs  pleins de cannes à sucre et de maïs, dans une zone également riche en plantations de café ; le climat tropical vous invite à vivre en plein air, sous les bras ouverts du soleil.

Yanga revendique d'avoir été la première ville africaine libre dans les Amériques, depuis le 3 octobre 1631. Les afro-mexicains [fr] célèbrent fièrement l'histoire de “El Yanga,” supposément un prince de la tribu Yang-Bara du Gabon, devenu esclave, et qui a aidé des esclaves à se libérer des Espagnol vers 1570.

L'une des places de la ville abrite la statue de El Yanga, le présentant comme un homme arrogant et fier.

La place principale, les portales, et l'église principale sont aussi typiques que celles que l'on trouve dans beaucoup d'autres villes mexicaines, invitant à de sereines promenades. Yanga est paisible et témoigne d'une longue existence. Plusieurs siècles ont passé et des gens ont vécu et sont morts ici, peut-être inconscients de leur histoire, tout en la faisant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site