Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les “Gardiens du Jihad” menacent de mort les journalistes travaillant au Mali

Rebels from the militant Islamist sect Ansar Dine in Mali - Public Domain

Des rebelles de la mouvance Ansar Dine au Mali. Domaine public

Des journalistes couvrant l'Afrique de l'ouest ont reçu des menaces de mort après avoir effectué des reportages au nord du Mali.

Dans son message envoyé le 31 aout, un groupe qui se proclame “Les gardiens du Jihad” n'a pas précisé le motif de ses menaces mais a uniquement mentionné que des journalistes étrangers, français en particulier, seront assassinés pour avoir  “répandu des mensonges sur l'islam”.

Deux journalistes, Ghislaine Dupont and Claude Verlon, ont été assasinnés à Bamako, au Mali, en november 2013 par Bayes Ag Bakabo, suspecté d'appartenir à Al-Qaida au Maghreb (AQMI).

Les derniers événements au nord du Mali raniment l'inquiétude : le calme reste plus que précaire dans cette région. Le 9 aout, 13 personnes ont été tuées, dont cinq employés de l'ONU, lors du siège d'un hôtel dans la ville de Sevare au centre du Mali. Les forces de l'ONU au Mali ont repris en main la sécurité après le départ des troupes de l'armée française en Juillet 2013. La France est intervenue au Mali quand les combattants extrémistes ont menacé de marcher sur Bamako, en décembre 2012, lors de ce qui a ensuite été appelé l’Operation Serval.

C'est l'une des nombreuses menaces que les journalistes français en particulier reçoivent pour leur travail sur les extrémistes islamistes depuis le massacre de la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier  2015. En juin, la journaliste française Anna Erelle (un pseudonyme) enquêtait sur les raisons pour lesquelles des jeunes femmes et des adolescents quittaient leur foyer et leur famille pour rejoindre le groupe ISIS en Syrie. Elle avait créé à cet effet un faux profil en ligne et a été approchée par un certain Abou Bilel qui l'a demandée en mariage et l'a invitée à se joindre au groupe. Quand elle a refusé, Abou Bilel lui a fait parvenir des menaces de mort. Dans cette vidéo, Anna Erelle explique la situation actuelle.

Les menaces contre les journalistes s'ajoute à un contexte tendu en France depuis la fusillade évitée à bord du train Thalys Amsterdam-Paris le 21 aout.  Selon le procureur  François Molins, au cours des derniers mois :

  • 1.882 Français sont aujourd'hui impliqués dans le djihad
  • 87 personnes font l'objet d'une information judiciaire
  • 63 d'une enquête judiciaire
  • 209 ont été mises en examen et 125 placées en détention provisoire

Le President François Hollande a déclaré le 25 aout, à la suite de l'attentat déjoué à bord du train Thalys que d'autres attentats sur le sol français était à craindre. François Hollande a cité les groupes ISIS, Boko Haram et le président syrien Bachar al-Assad  comme principales menaces à la sécurité en France. Huit attentats ou faits inquiétants ont eu lieu sur le territoire français en 2015 (voir une frise temporelle ici).

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site