Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des Danois plus accueillants pour les réfugiés que leur gouvernement

Rødby, Denmark. 7 September 2015 -- A refugee arriving by train from German Puttgarden to the Danish port Roedby receives water and biscuits from local people. Most wanted to continue to Sweden by train but police stopped the train and let the refugees on to buses. Photo by Ole Jensen. Copyright Demotix

Rødby, Danemark, 7 septembre 2015 — Une réfugiée arrivée en ferry de Puttgarden (Allemagne) au port de Roedby se voit remettre de l'eau et des biscuits par des habitants. La plupart voulaient poursuivre en train jusqu'en Suède, mais la police les a transférés dans des bus. Photo Ole Jensen. Copyright Demotix

Les demandeurs d'asile et les passeurs lisent-ils les journaux avant le départ ? C'est ce que semble croire la ministre danoise de l'Immigration, de l'Intégration et du Logement Inger Støjberg, qui veut s'assurer que les candidats éventuels à l'installation au Danemark ne nourrissent aucune illusion quant à la politique actuelle d'asile de ce pays.

A cette fin, des publicités ont été confiées cette semaine à quatre journaux libanais, parmi lesquels The Daily Star et As Safir, signalant la réduction de moitié de l'allocation publique danoise aux demandeurs d'asile et détaillant les nouvelles mesures plus restrictives. Les demandeurs d'asile ayant obtenu une autorisation provisoire devront attendre un an un regroupement familial, et ceux dont les demandes auront été rejetées seront obligés de quitter le pays aussi promptement que possible après passage, si nécessaire, dans un centre de rétention.

The Danish Ministry of Immigration, Integration and Housing's advertisement aimed at refugees.

L'annonce du Ministère danois de l'Immigration, de l'Intégration et du Logement à l'intention des réfugiés.

Les insertions publicitaires, sortis du cerveau de la controversée Mme Støjberg, sont sous le feu d'une critique tous azimuts depuis juillet, quand la ministre avait annoncé son intention de les faire paraître.

A côté du désaccord prévisible des mouvements de la société civile oeuvrant pour les réfugiés et leur accueil, de grandes entreprises danoises ont également exprimé sur les médias leur inquiétude que ces publicités nuisent à la réputation internationale du Danemark et rendent le pays moins attrayant pour la main d'oeuvre étrangère par l'ambiance inhospitalière suggérée. Kim Nøhr Skibsted, vice-président pour la communication de Grundfos, une des plus grandes sociétés danoises, le dit en ces mots : 

Det, der desværre ofte står tilbage efter flygtningedebatten, er, at vi danskere ikke kan lide fremmede. De ser anderledes ud, de tænker anderledes, de kan ikke integreres. Alt det der. Det påvirker vores ry og også muligheder for at tiltrække kvalificeret arbejdskraft. Hvem vil flytte til Danmark, hvis man ikke føler sig velkommen?

Hélas, ce qui émerge du débat sur l'immigration, c'est que nous Danois n'aimons pas les étrangers. Ils ont l'air différent, ils pensent autrement, ils ne peuvent pas s'intégrer. Etc. Cela abîme notre réputation et aussi notre capacité à attirer une main d'oeuvre qualifiée. Qui voudra venir au Danemark s'il ne se sent pas bienvenu ?

Pourtant, ce n'est pas des puissants groupes industriels ou des ONG ayant pignon sur rue, dont abonde le Danemark, qu'est venue la riposte la plus imaginative et la plus agissante, mais de simples citoyens sur les médias sociaux. Des Danois ordinaires ont réagi prestement sur Internet, et ont usé plus efficacement des médias sociaux que la ministre et son budget publicitaire payé par le contribuable.

Trois internautes ont créé le groupe “Non à la campagne d'intimidation, Bienvenue aux Réfugiés” en juillet, à l'annonce par la ministre de sa campagne d'insertions. Le groupe Facebook compte 25.000 membres et lève sans discontinuer des fonds pour faire paraître depuis lors des contre-publicités dans les journaux internationaux. Comme l'explique l'administrateur du groupe dans une réponse à un message :

Der er forskellige lag, om du vil, i kampagnen. Det handler om at sætte en dagsorden. At vi skal italesætte hvordan vi taler til og om flygtninge. Derudover tror vi næppe en person på flugt fra bomber har overskud til at sætte sig grundigt ind i avisan

Notre campagne est à plusieurs niveaux. Il s'agit d'établir l'ordre du jour. Nous voulons parler de la manière de parler aux et des réfugiés. Nous ne pensons pas qu'une personne fuyant les bombes ait nécessairement la possibilité d'éplucher les annonces des journaux – ce que nous voulons aussi souligner – les prémisses de la campagne d'intimidation de [Mme] Støjberg sont erronées.

A ce jour, ces contre-publicités sont parues dans le Guardian et le journal allemand Tageszeitung, et d'autres suivront si les fonds le permettent. Les publicités de bienvenue aux réfugiés prennent le contrepied de la campagne gouvernementale en soulignant à l'intention du reste du monde un désaccord à la base avec la ligne officielle du pouvoir.

Welcome Refugees advertisement.

Une contre-annonce :”Chers réfugiés, nous, nous vous souhaitons la bienvenue au Danemark”.

Texte de l'annonce :
Le gouvernement danois a annoncé une manoeuvre controversée pour dissuader les réfugiés. La ministre de l'Intégration, Inger Støjberg, prépare une campagne internationale dans la presse de publicités sur le resserrement imminent des conditions pour les réfugiés afin de juguler l'afflux de gens cherchant asile au Danemark.
L'objectif est de dissuader au départ les réfugiés de se rendre au Danemark.
Mais nous ne sommes pas tous pareils à la ministre Støjberg et son gouvernement.
Beaucoup d'entre nous disons chaleureusement bienvenue aux réfugiés, et voulons aider ceux qui fuient la torture, les bombes et les persécutions.
Nous ne croyons pas que les familles dans les pays déchirés par la guerre doivent apprendre qu'un ministre danois projette une campagne publicitaire fondée sur la logique erronée et fallacieuse que les familles calculeraient où il leur sera plus avantageux de s'installer comme réfugiés.
Pas en notre nom !
Alors chers frères humains, une autre voix existe au Danemark, une voix représentant la paix, la solidarité et la morale humaine.
C'est pourquoi nous vous souhaitons une chaleureuse bienvenue au Danemark et dénonçons la tactique d'intimidation du gouvernement.
Humaines salutations

Les deux campagnes ne pouvaient tomber à un moment plus tragique. Pendant que le Moyen-Orient et une partie de l'Afrique sont labourés par une crise des réfugiés de proportions inconnues depuis la deuxième guerre mondiale, les politiciens européens s'empoignent sur les réponses à donner.

Au Danemark, cela se traduit par un raidissement de la politique d'asile, approuvé par l'ensemble du spectre politique des trois derniers gouvernements. Le Danemark a refusé le cadre européen de répartition des réfugiés, et l'influent Parti populaire danois, qui fournit au gouvernement une majorité parlementaire sans participation formelle, veut sortir de l'espace Schengen de libre-circulation entre les pays-membres.

Les deux dernières semaines ont cependant vu une lame de fond publique de solidarité avec les réfugiés, reflet d'une tendance générale en Europe, avec les Allemands et les Islandais qui offrent des places chez eux aux familles réfugiées, apportent eau, nourriture et ballons dans les gares, et les Danois qui prennent le relais des grandes organisations de secours en se rendant sur l'île grecque de Lesbos avec un conteneur de ravitaillement.

Il n'est guère probable que des gens fuyant une situation sans espoir puissent prendre le temps de lire tranquillement les annonces des journaux et les posts sur Facebook, de comparer soigneusement les taux d'allocations, puis avoir les moyens et la capacité de choisir un passeur qui les guidera en toute confiance vers leur destination choisie. Une étude montre que le montant d'argent de poche accordé dans chacun des pays de destination a un rôle mineur chez les demandeurs d'asile. Il n'empêche que le signal symbolique envoyé par les deux campagnes publicitaires antagonistes sonne haut et fort au Danemark. Elles sont un élément de la bataille de valeurs plus large qui se joue dans les gares, les foyers et les médias sociaux d'Europe en ce moment même.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site