Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Porto Rico face à sa crise économique

Photo by author.

Photo de l'auteur.

Des représentants de la société civile portoricaine se sont organisés pour mener la lutte contre les mesures mises en place le gouvernement en réponse à la crise économique.

Une grande part de ces mesures émanent du dénommé « rapport Krueger » [en], élaboré par l'ex-directrice générale adjointe du Fond Monétaire International, Anne Krueger. Le rapport recommande [es] la réduction des dépenses publiques, l'augmentation des impôts, la réduction du salaire minimum, entre autres mesures.

Plusieurs membres de la société civile ont appelé à divers événements l'été passé. Certains sont sortis avec des pancartes dans la zone bancaire et financière de Hato Rey —à San Juan—, alors que d'autres groupes se réunissaient dans des amphitéâtres, des parcs ou des librairies.

Global Voices s'est entretenu avec le groupe #A12J qui a lancé l'assemblée du 12 juillet et qui a participé à la réunion Action du Peuple réalisée en face du Capitole le 24 juillet dernier. L'entrevue a été réalisée de façon collective.

Au sujet de qui organisait la réunion et de ses objectifs, ils notent que : « L'assemblée a été convoquée par un groupe d'artistes de tous types, intéressés à impulser des processus collaboratifs esthétiques/politiques/poétiques, de façon ouverte et décentralisée ».

Pour ces portoricains tout doit être discuté : le sujet, la forme, la structure et comment communiquer à la suite de cette première assemblée. Par ces délibérations il était clair pour le groupe que la réunion de tant de participants divers leur donnerait de l'inspiration pour « réaliser des projets concrets, des actions directes et d'autres interventions ». Ils pointent que la façon de s'organiser était « autonome, du bas vers le haut. L'assemblée en elle-même n'est pas une organisation ».

Dans l'appel initial, il était fait référence à l'utilisation de méthodes non traditionnelles pour s'exprimer :

Fue una asamblea convocada, en parte, por y para una comunidad que usualmente está en minoría frente a procesos políticos tradicionales. Es una que se dedica a generar nuevas formas de relaciones sociales, nuevas economías, nuevas maneras de educarse; que incluso piensa su trabajo artístico como un trabajo político.

C'est une assemblée convoquée, en partie, par et pour une communauté qui habituellement est en minorité face aux processus politiques traditionnels. Elle se dédiée à générer de nouvelles formes de relations sociales, de nouvelles économies, de nouvelles manières de s'éduquer ; et qui pense son travail artistique comme un travail politique.

Sur les résultats produits par cette première réunions, ils ont indiqué que :

La asamblea produjo una serie de grupos de trabajos: uno anti-carcelario; sobre recuperación y acceso a espacios; de guías gráficas para un nuevo país; sobre la industria del cannabis; de acción directa; uno de medios, y otros 4 o 5 grupos. Estos se formaron y reunieron por primera vez en la asamblea y están estableciendo próximas reuniones presenciales.

L'assemblée a produit une série de groupes de travail : un contre la prison ; un sur la récupération et l'accès aux espaces ; un pour des guides graphiques pour construire un nouveau pays ; un sur l'industrie du cannabis ; un sur l'action directe ; un sur les médias ; et 4 ou 5 autres groupes. Ils se sont formés et réunis pour la première fois durant l'assemblée et sont en train d'établir de prochaines réunions.

Ils mettent en avant que cette rencontre ne prétendait par atteindre un consensus, sauf s'il émanait spontanément :

Sabemos que estamos convocando a gente que ya se educan en cuanto lo político y tienen muchas ideas sobre acciones que se pueden o deben tomar, si es que no lo están haciendo ya. A una comunidad diversa, inteligente, alérgica a los discursos y los modos de organización jerárquicos e impositivos. A las mesas de discusión de expertos, no se le puede convocar para llegar a consensos ni ofrecer una posición política de antemano. Ofrecimos una estructura para la auto-organización. La asamblea le pidió a cada persona una manera de tomar acción; da la oportunidad para que el ‘consenso’ se produzca mediante la acción de los participantes.

Nous savons que nous en appelons à des gens qui s'informent déjà sur la politique et qui ont beaucoup d'idées sur les actions qu'ils peuvent ou doivent mener, s'ils ne sont pas déjà en train de le faire. C'est une communauté diverse, intelligente et allergique aux discours et aux modes d'organisation hiérarchiques et imposés. Sur des tables rondes d'experts, on ne peut pas espérer atteindre un consensus ni offrir d'emblée une position politique. Nous offrons une une structure pour l'auto-organisation. L'assemblée a demandé à chaque personne une façon de passer à l'action ; elle donne l'opportunité pour que le « consensus » se produise par l'action des participants.

Ils disent ne pas espérer rencontrer la réceptivité des responsables gouvernementaux aux propositions produites par l'assemblée :

No estarán receptivos, pero ellos tienen muy poco poder ahora mismo. Y el poco que tienen no lo ejercen a favor de los ciudadanos, sino a favor de los acreedores. Posiblemente los administradores gubernamentales no tienen ni una silla en la mesa de esta discusión. Estamos entre acreedores y procesos políticos más amplios y globales. Tenemos que reconocer nuestro propio poder como ciudadanos, organizarnos, encontrar los puntos de presión reales y proponer nuevas relaciones sociales y formas de vivir, que no dependan de todo tipo de saqueo e injusticia para ‘funcionar’.

Ils ne seront pas réceptifs, mais ils ont beaucoup moins de pouvoir à cet instant. Et le peu qu'ils ont ils ne l'utilisent pas en faveur des citoyens, mais en faveur des créanciers. Potentiellement les responsables gouvernementaux n'ont même pas une chaise à la table des négociations. Nous sommes entre des créanciers et processus politiques plus amples et globaux. Nous devons reconnaître nôtre propre pouvoir en tant que citoyens, nous organiser, trouver les points de pression réels et proposer de nouvelles relations sociales et façons de vivres, qui ne dépendent pas de toute sorte de pillage et d'injustice pour « fonctionner ».

Au sujet de l'assemblée, ils réaffirment qu'elle n'existe pas comme organisation. « Pour l'instant, les groupes font leur travail et s'organisent à travers une plateforme/réseau. Quiconque peut s'insérer dans un groupe. Si un ensemble de groupes considèrent que c'est important ou nécessaire, peut-être que dans le futur ils nous reconvoquerons pour nous parler des différents groupes et prévoir des choses qui ne peuvent se faire qu'en personne ».

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site