Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La population d’iguanes verts de Porto Rico en pleine explosion

Image taken by Bernard DUPONT and uploaded to Wikimedia Commons. Used under a Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic Licence.

Photo de Bernard DUPONT téléchargée sur Wikimedia Commons. Utilisée sous licence Creative Commons Attribution-Share Alike 2.0 Generic License (CC BY-SA 2.0).

L’ iguane vert est une espèce non endémique de Porto Rico qui, en l'absence de prédateurs naturels, y prospère. Le commerce d’animaux de compagnie exotiques est à l'origine de son introduction à Porto Rico et aujourd'hui, l'iguane vert y est considéré comme une espèce invasive. En seulement quelques dizaines d’années, la population d’iguane vert forte de 4 millions d’individus a surpassé la totalité de la population portoricaine. Les iguanes sont très souvent dans les arbres, les mangroves et aux abords des routes.

Appelés communément à Porto Rico les gallina de palo, la « volaille des arbres », ces herbivores mesurent autour de 1,5 mètres de long, pouvant parfois atteindre jusqu’à deux mètres, et vivent 10 à 15 ans en milieu naturel.

Dans certains pays d’Amérique Centrale et du Sud, l’iguane vert fait partie de la cuisine locale et est protégé par des lois visant à contrôler sa chasse. C’ est aussi un produit alimentaire très populaire dans certaines régions et une espèce très prisée par le commerce d’animaux de compagnie exotiques. Pour ces raisons, l'iguane vert est cité en annexe II de la CITES (Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction) : même si cette espèce n’est pas encore en danger, son commerce est contrôlé afin de maintenir un nombre suffisant d'individus dans la population.

A Porto Rico, certains se sont volontairement lancés dans la chasse à l’iguane afin d’aider les agriculteurs à protéger leurs récoltes. Un groupe appelé Los iguaneros de Aguada chasse les iguanes et encourage la population à les consommer, en montrant comment préparer et cuisiner sans risque la viande d’iguane.

Des écologistes ont constitué des équipes de bénévoles afin de contrôler les populations d’iguane vert dans les réserves naturelles. Sachant qu’une femelle peut pondre jusqu’à 75 oeufs – dont plus de 90% vont éclore – prélever les oeufs dans leur nid est la méthode de contrôle la plus efficace.

Dans ce bref documentaire produit par National Geographic, le biologiste Rafael Joglar et l’éco-interprète Carlos Rodríguez expliquent pourquoi l'iguane est un problème majeur à Porto Rico. Carlos Rodríguez dresse le bilan de ce qui doit être accompli pour contrôler avec succès la population d’iguane de la réserve naturelle de Las cabezas de San Juan.

We've eliminated since the year 2008 to the present approximately 13,000 eggs from the population. That's a big number, but this is something that we're gonna have to do for the next 15, maybe 20 years.

Depuis 2008, nous avons éliminé environ 13 000 oeufs. C’est un chiffre important mais c’est un effort que nous allons devoir poursuivre pendant encore 15,  peut-être même 20 ans.

L'intégrale de la vidéo est ci-dessous :

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site