Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les dessins de Charlie Hebdo sur la mort d'Aylan Kurdi lancent un nouveau débat sur la liberté d'expression

Charlie Hebdo's latest cartoons of Syrian toddler Aylan Kurdi, widely circulated on social media

Les dernières illustrations de Charlie Hebdo représentant le petit Aylan Kurdi, largement reprises dans les médias sociaux.

Une fois de plus, Charlie Hebdo a provoqué une controverse au niveau international. Le 2 septembre, l'hebdomadaire français publiait des dessins représentant Aylan Kurdi. Face à ces caricatures, les lecteurs n'ont pas su si le but était de se moquer de la mort de l'enfant, de la réponse de l'Europe face à la crise migratoire, ou ni l'un ni l'autre. De la sorte, le journal a lancé un nouveau débat sur la liberté d'expression.

Aylan Kurdi, ce petit Syrien âgé de 3 ans et dont le corps sans vie a été rejeté par la mer sur une plage de Turquie, est maintenant devenu un symbole de la crise en Méditerranée. Accompagné de sa mère, de son frère, et de 20 autres réfugiés, il était monté à bord d'un canot pneumatique direction l'île de Kos, en Grèce. Malheureusement le bateau n'a pas tenu et ce naufrage coûta la vie à Aylan, ainsi qu'à 11 autres réfugiés et à sa mère et son frère.

Une dizaine de dessins illustrant le petit Aylan Kurdi ont alors vu le jour, mais peu ont été largement diffusés dans les médias sociaux. L'actrice colombienne Mariana Cordoba a partagé deux illustrations de Charlie Hebdo sur Twitter, exprimant sa désapprobation face au point de vue illustré par le journal :

#CharlieHebdo Vous êtes allés trop loin, quelle déception. Il ne faut pas confondre liberté d'expression et discours haineux.

Le dessin de gauche montre un jeune garçon portant les mêmes vêtements que ceux d'Aylan lorsque son corps a été découvert, ainsi qu'un panneau publicitaire pour McDonald's sur lequel on peut lire : « 2 menus enfant pour le prix d'un ». Ce message pourrait être interprété comme faisant référence à Aylan et à son frère.

La légende indique : « Si près du but…»

Le dessin de droite a été quant à lui réalisé par un dessinateur ayant survécu à la fusillade perpétrée dans les locaux du journal Charlie Hebdo en janvier 2015. Il représente un personnage ressemblant à Jésus debout sur l'eau à côté de l'enfant la tête en bas. La légende principale explique :  « La preuve que l'Europe est chrétienne ».

Les deux légendes secondaires précisent : « Les chrétiens marchent sur les eaux » et  « Les enfants musulmans coulent ».

Un autre usager de Twitter nommé « A Common Lawyer » a partagé une illustration montrant un enfant (Aylan) et deux champions de natation. La légende est la suivante : « Lequel de ces trois nageurs n'a pas été champion de natation ? ».

Voici un autre dessin de #CharlieHebdo. « Lequel de ces trois nageurs n'a pas été champion de natation ? »

En janvier 2015, l'hebdomadaire Charlie Hebdo avait essuyé une fusillade faisant 12 morts, dont le directeur de la publication. En 2006, le journal avait republié des caricatures de Mahomet, réalisées quelques mois plus tôt par des dessinateurs danois. Ces caricatures avaient été alors largement critiquées par la communauté musulmane, qui voyait en ces dessins une insulte à l'islam, tandis que beaucoup dans le monde occidental y voyait une forme de liberté d'expression.

Les caricatures représentant Aylan Kurdi divisent une fois de plus l'opinion publique : certains ne peuvent s'empêcher de s'en prendre au journal et à son humour manquant totalement de tact, tandis que d'autres reconnaissent là une forme de liberté d'expression et de la presse.

Dégoûtant…C'est ça qu'ils appellent liberté d'expression ? Se moquer d'un enfant mort ? Ils ne cherchent qu'à blesser des gens… Irréfléchi

Au nom de la satire, Charlie Hebdo parvient à se moquer de #Aylan Kurdi, le garçon mort noyé. Vous devriez avoir honte

Pour d'autres, le fait que l'hebdomadaire ose se moquer ainsi d'un problème d'aussi grande envergure, à savoir la crise migratoire actuelle, constitue une forme de journalisme irresponsable :

#CharlieHebdo nuit maintenant aux médias occidentaux en se moquant #Aylan. Il est grand temps que nous comprenions que ce journal ne représente rien d'autre que du journalisme irresponsable.

#CharlieHebdo nuit maintenant aux médias occidentaux en se moquant de #Aylan. Il est grand temps que nous comprenions que ce journal ne représente rien d'autre que du journalisme irresponsable.

Ces caricatures restent très ambiguës : tandis que certains se sont sentis blessés à la vue de l'image d'un enfant mort, d'autres ont analysé les dessins sous un autre angle et y ont vu une satire des pays occidentaux et leur position face à la crise migratoire, et non envers Aylan.

#CharlieHebdo ne se moque pas de #Aylan mais des pays capitalistes qui malheureusement ne se préoccuppent pas de la souffrance des réfugiés. Voilà mon point de vue.

Est-ce que le dessin de #CharlieHebdo sur #Aylan ne se moquerait pas plutôt des Européens ?

Plusieurs journaux, dont le New York Times, le New Yorker, Bloomberg View, etc. ont publié des articles expliquant un point de vue différent. Le New York Times, par exemple, défend l'idée que ces illustrations s'en prennent en premier lieu à « la réponse hypocrite de l'Europe face à la crise [des réfugiés] »

Un site internet appelé Comprendre Charlie Hebdo aide à analyser et à comprendre diverses caricatures parues dans le journal en montrant des exemples d'autres illustrations publiées par le passé. Ce site précise notamment :

Face au dogme, à l'hypocrisie et à l'hystérie (et ce quelle qu’en soit l'origine) Charlie Hebdo utilise la satire, d'une manière parfois brutale. La satire joue sur différents degrés d'interprétation (ironie) et représente une œuvre tout à fait subjective qui, lorsqu'elle est utilisée par Charlie Hebdo, laissera à coup sûr un arrière-goût amer. Le sens de l'humour n'est pas une condition pré-requise.

Malgré la tentative des grands médias de calmer le jeu en expliquant le but et le message caché de Charlie Hebdo, tous ne sont pas convaincus, comme par exemple la journaliste franco-algérienne Nabila Ramdani :

Mon article sur les dernières caricatures du journal : oui, j'ai bien compris la « blague » de #CharlieHebdo sur #Aylan. Et elle est répugnante.

Nabila Ramdani a rédigé une chronique pour Al Arabiya, déclarant notamment :

Une chose est sûre : il n'y a pas sujet à rire en ce qui concerne des enfants morts, et encore moins lorsque ces derniers ont été engloutis dans une telle crise des réfugiés. Ce point de vue vue n'est pas un point de vue minoritaire, extrémiste ou encore stupide présenté par des personnes adeptes de la censure. Tout comme Monsieur Herbert, un avocat très instruit, je « comprends » parfaitement ce que Charlie Hebdo essaye de faire et ce que ce journal représente. Et tout comme des millions d'autres personnes dans le monde, je trouve cela répugnant.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site