Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Ibrahim Maalouf, le trompettiste franco-libanais, réinvente « Alice au pays des merveilles » en opéra hip-hop

Cet article et le reportage de la radio par Betto Arcos pour l'émission The World, paru à l'origine sur RI.org le 24 août 2015, est republié ici dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

Ibrahim Maalouf dit qu'il a toujours aimé l'histoire de « Alice au pays des merveilles », parce qu'elle parle avant tout de la liberté d'imaginer.

Listen to this story on PRI.org »

« Alice au pays des merveilles est comme un hymne à la créativité » dit-il. « Il n'y a rien de moins logique que l'histoire de « Alice au pays des merveilles ». Lewis Carroll a écrit quelque chose qui était complètement hors de ce monde. Il a inventé une histoire qui n'a pas de sens si vous la lisez comme elle est, mais il faut tout analyser afin de comprendre pourquoi il dit ceci ou cela et c’est comme s'il ne s'était rien interdit lors de l'écriture. »

Alors, quand Maalouf a eu l’occasion de composer une pièce pour le Festival d'Île-de -France en 2011, il a décidé de ré-imaginer Alice.

L'enregistrement de « Au Pays d'Alice » fait intervenir l'orchestre de jazz de Maalouf, un orchestre classique et un chœur d'enfants. Il suit le même scénario qu’Alice au pays des merveilles avec les mêmes personnages. Mais le monde fantastique de Carroll est remis à jour pour la France d'aujourd'hui à travers les paroles de l’artiste hip-hop malien-français Oxmo Puccino.

Ibrahim Maalouf dit que même si Alice a été écrite il y a 150 ans, l'histoire résonne encore pour lui. « Je pense que nous vivons dans une société où de plus en plus de choses sont interdites et ça me fait peur », dit-il.

Ces dernières années, Maalouf explique qu'il a beaucoup réfléchi sur le climat d'intolérance en Europe, et l'humeur anti-immigration croissante, notamment en France. « Vous ne pouvez pas porter ce vêtement-ci, ce vêtement là, vous ne pouvez pas penser comme cela, vous n’avez pas le droit de dire cela. Ils essaient de trouver une solution aux problèmes et à la crise à travers des choses qui divisent les gens, au lieu de trouver des solutions avec les choses qui unissent les gens ».

Enfin, Maalouf a voulu utiliser l'histoire de « Alice au pays des merveilles » pour faire un point sur le droit de s'exprimer. Et dans le monde d'après le massacre de Charlie Hebdo, c'est encore plus important, dit-il.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site