Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

“Une histoire d'amour syrienne”, le voyage d'une famille à travers la guerre et l'exil

A new film follows one Syrian family through five years of upheaval (Sean McAllister) Credit: (Sean McAllister).

Un nouveau film relate l'histoire d'une famille syrienne et ses cinq ans dans la tourmente. Credit: Le réalisateur Sean McAllister.

Cet article et documentaire radio de Leo Hornak pour The World a été initialement diffusé sur PRI.org le 24 septembre 2015, puis republié ici en vertu d'un accord de partage de contenu. 

L'ampleur de la tragédie syrienne est difficile à mesurer : plus de 200.000 morts, 6 millions de déplacés internes, 3 millions de plus sont réfugiés.

Aujourd'hui, un nouveau film récompensé cherche à montrer les conséquences personnelles de la guerre sur les gens ordinaires.

Depuis 2009, avant-même le début du conflit actuel, le réalisateur britannique Sean McAllister avait filmé la vie quotidienne d'une famille de Damas.

Amer Daoud et sa femme Raghda Hassan se sont rencontrés et sont tombés amoureux, il y a 15 ans, alors qu'ils étaient prisonniers politiques dans les cellules d'une prison syrienne. Après leur libération, ils se sont mariés et ont fondé une famille.

La caméra de McAllister les a suivis, eux et leurs enfants, au travers de chaque étape de la révolution syrienne, la guerre civile et de l'exil final de la famille en Europe. Le documentaire qui en résulte est intitulé “A Syrian Love Story” (“Une histoire d'amour syrienne”).

McAllister explique qu'il avait commencé à filmer cette famille, avant que la révolution n'éclate. “J'ai reçu un appel disant ‘tu sais quoi ? ça démarre en Syrie!’- et les premières personnes dans la rue étaient Amer et son fils Kaka, et ils ont tous les deux été arrêtés.”

La famille a finalement été relâchée, alors que Sean lui-même est arrêté et détenu dans une prison syrienne pendant une semaine. En conséquence, les autorités découvrent qui étaient ceux qu'il filmait. Amer, Raghda et leurs enfants sont alors contraints à l'exil pour leur propre sécurité.

Alors que la famille essaie de s'adapter à de nouveaux pays et environnements, des tensions commencent à peser sur le mariage d'Amer et Raghda.

Malgré la souffrance qui y est montrée, McAllister perçoit son film comme finalement optimiste : “Je pense que le message d'espoir se situe dans le défi- ce défi de la part d'une famille qui arrive à s'en sortir.”

Il a la conviction que les films qui humanisent les migrants et les réfugiés sont plus importants que jamais. “On voit à la télévision des gens qui s'échouent sur les côtes. Amer et Raghda donnent une voix à tous ces gens qu'on voit aux informations”.

1 commentaire

Ajouter un commentaire

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site