Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des Biélorusses manifestent contre l'installation de bases aériennes russes sur leur territoire

A young man in a traditional Belarusian t-shirt holds a poster against Putin’s policies of military expansion in front of a woman with a poster that reads “Fly Home!” at a protest over locating Russian military airbases in Belarus. Photo by Alyaksey Stalyarou for Demotix.

Un jeune homme en chemise biélorusse traditionnelle tient une pancarte contre l'expansionnisme militaire de Poutine, devant une femme dont la pancarte dit : “Retournez chez vous !”, lors d'une manifestation contre l'installation de bases aériennes militaires russes en Biélorussie. Photo Alyaksey Stalyarou pour Demotix.

Le rassemblement de protestation du 4 octobre a été le troisième de citoyens opposés au déploiement supposé d'une base d'aviation militaire russe dans la cité biélorusse de Babruysk. S'y sont cependant fait jour des messages multiples : outre la présence militaire de la Russie en Biélorussie, les autres thèmes ont été l'impartialité (douteuse) des prochaines élections et le climat politique défavorable aux forces de l'opposition dans le pays (un sujet récurrent).

Quelque cinq cent personnes, armées de drapeaux et pancartes, se sont rassemblées dimanche soir dans le centre de Minsk. Des signatures ont été collectées pour une pétition contre la base russe. Au-delà du point litigieux de la base militaire, les manifestants étaient disposés dans l'ensemble à déplorer l'interventionnisme russe, certains allant jusqu'à exprimer leur soutien à leur voisin le plus proche, l'Ukraine.

Manifestation à Minsk contre la base aérienne russe, avec drapeaux blanc-rouge-blanc de la Biélorussie au vent

Minsk en ce moment !

Action de protestation contre les bases militaires russes.

Selon un article de Charter97, la personnalité d'opposition Mikalai Statkevich a souligné que “aucune action de la sorte n'ayant eu lieu à Minsk depuis cinq ans, le fait qu'elle ait eu lieu a déjà été quelque chose.” Iouri Houbarevitch, vice-président du mouvement ‘Pour la Liberté !’ a soutenu que “des centaines de milliers de Biélorusses descendraient dans les rues” si une base militaire russe devait réellement être déployée en Biélorussie.

Pas de bases—pas de guerre ! (sur l'affiche : “Une base militaire russe fait de nous une cible !”)

Il l'a même écrite en russe, pour que le “voisin” comprenne :) Je ne sais pas qui est ce type, mais je l'approuve. (sur l'affiche : “Vos bases, mettez-les vous dans le c… !”)

Sur internet, la manifestation a coïncidé avec des tempêtes Twitter sporadiques, et le hashtag #noRussianBaseinBelarus [Pas de base russe en Biélorussie] a servi à l'expression des avis d'utilisateurs. Un hashtag qui a été en tête de tendance en Biélorussie, surtout le jour du rassemblement.

“La Biélorussie n'est pas la Russie”

Je soutiens toute coopération pacifique mais pas cette violation de la Constitution.

Ça n'est pas une bonne idée de mettre une base aérienne russe en Biélorussie, donc #Non à la base russe en Biélorussie

Je ne veux pas que Gomel se transforme en Donetsk !

La police a finalement fait son apparition et rédigé un procès-verbal contre le rassemblement en tant qu'événement de masse non autorisé, relevant les identités des leaders d'opposition qui avaient organisé la manifestration.

A Minsk maintenant – la police essaie d'empêcher les orateurs. La manif “Non à la base russe en Biélorussie” continue

Les policiers ont écrit un procès-verbal et se sont postés devant les orateurs.

Les participants au rassemblement ont adopté à main levée une résolution à envoyer au gouvernement biélorusse. Allant plus loin, un nouveau mouvement, ‘Pour l'indépendance de la Biélorussie’ a été créé pendant le rassemblement, également à main levée. Le poète et figure de l'opposition Ouladzimir Nyaklyayeou en a été élu président.

La protestation anti-base militaire restera probablement une des rares expressions publiques de désaccord qui sera autorisée avant les élections prochaines en Biélorussie, communément prévues comme une victoire annoncée de l'actuel président Alexander Loukachenko. Les élections précédentes s'étaient traduites par des manifestations massives et une sévère répression, avec l'arrestation et l'emprisonnement de nombreuses personnalités de l'opposition.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site