Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Un Bangladesh meilleur pour les enfants : est-ce possible?

In Bangladesh, a large number of the population is under 18 years.  Image by Mahbubur Rahman Khoka. Copywright Demotix (10/12/2013).

Au Bangladesh, une grande partie de la population a moins de 18 ans. Image de Mahbubur Rahman Khoka. Copyright Demotix (10/12/2013).

Tous les liens associés renvoient à des pages en anglais, sauf mention contraire.

Le Bangladesh est l’un des pays les plus peuplés au monde. Il abrite environ 66 millions d'enfants [lien non fonctionnel], qui constituent près de 45% de la population totale du pays.

Mais malheureusement, l’abondante jeunesse du Bangladesh a très peu à célébrer.

Un total de 4.5 millions d’enfants au Bangladesh travaille. Jusqu’à 40% des enfants de moins de 5 ans sont sous-alimentés. Le Bangladesh détient le quatrième taux le plus élevé dans le monde de mariage d’enfants et montre une présence croissante de maltraitance d'enfants: un total de 968 enfants ont été abusés et tués durant ces dernières 3.5 années, d’après les statistiques officielles.

Dans les faits, il serait difficile de trouver un autre pays dans le monde où les mineurs doivent faire face à autant de problèmes.

Cependant, quelques initiatives qui peuvent sembler de premier abord dérisoires ont   récemment été adoptées par le gouvernement, qui peuvent faire du Bangladesh un meilleur pays pour les enfants.

Là aussi, le cartable d’école est trop lourd

Si vous vous trouvez en face d’une école un matin au Bangladesh, vous verrez de nombreux enfants transportant des sacs d’école, lourds et immenses, sur leurs silhouettes fragiles.

Le blogueur Tutul Chowdhury [bn] écrit sur Facebook à propos de son fils Rihan:

গতকাল ঋহান বলে “বাবা এই ব্যাগটা আমি নিতে পারি না, অনেক ওজন… কাধের এইখানটায় ব্যাথা হয়ে যায়।”
এইটুকুন পিচ্চি একটা বাচ্চা ব্যাগের ভারে জর্জরীত। ছোট ছোট কোমলমতি শিশুদের ব্যাগে বহন করা একগাদা স্কুল/হোমওয়ার্কের চাপায় হারিয়ে ফেলছে তার আনন্দময় শিশুকাল।

আইন করে সকল স্কুলে জরুরী ভিত্তিতে সেই আইন বাস্তবায়ন করা প্রয়োজন।

Hier Rihan me disait : « Papa, je ne peux pas porter mon cartable, il est trop lourd… mes épaules me font mal. » Ce petit garçon (4 ans) doit subir le fardeau de son cartable lourd. L’enfance de ces enfants est perturbée par des sacs lourds remplis d’objets d’école et de devoirs.

Une loi efficace doit être adoptée pour arrêter ceci.

 

Pour soulager les enfants allant à l’école, la Haute Cour [bn] du pays a récemment rendu une décision visant à réduire les cartables des enfants.

La Cour a ordonné que le gouvernement fixe une loi ou un décret interdisant aux enfants de transporter des cartables pesant plus de 10% du poids de l’enfant, et empêchant l’utilisation de cartables par les enfants avant l’école primaire.

Sheikh Sahiha Alam, un correspondant du journal Daily Prothom Alo [bn] a passé 15 jours à porter les cartables d’enfants de différentes écoles, de la maternelle à la classe de 8e (équivalente à la classe de 4e en France).

Elle a trouvé que :

ওয়ারীর কিন্ডারগার্টেন স্কুলের এক ছাত্রের ব্যাগের ওজন ছিল সাড়ে চার কেজি। ইস্কাটনের একটি স্কুলের প্রথম শ্রেণির এক ছাত্রের ব্যাগের ওজন পাওয়া যায় তিন কেজি। ধানমন্ডির সাতমসজিদ সড়কে অবস্থিত একটি ইংরেজি মাধ্যম স্কুলের তৃতীয় শ্রেণিতে পড়া এক ছাত্রের ব্যাগের ওজন সাড়ে ছয় কেজি। নিউমার্কেট-সংলগ্ন একটি বিখ্যাত সরকারি স্কুলের চতুর্থ শ্রেণির ছাত্রের ব্যাগের ওজন ছিল সাত কেজি। শেরেবাংলা নগরের একটি সরকারি বালিকা উচ্চবিদ্যালয়ের পঞ্চম শ্রেণির ছাত্রীর ব্যাগের ওজন পাওয়া যায় সাড়ে সাত কেজি।

Un élève de maternelle à Wari portait un cartable de 4,5kg. Un élève de classe une (niveau CP) d’une école à Eskaton portait un cartable de 3kg. Le cartable d’un élève en classe de 3e (soit le CE2 en France) d’une école de langue anglaise sur Dhanmondi Satmasjid Road pesait 6,5kg. Un élève en classe de 4e (ou classe de CM1 en France) d’une école publique renommée près de New Market portait un cartable de 7kg. Le cartable d’un élève en classe de 5e (classe de CM2 en France) d’une école publique à Sher-e-Bangla Nagar pesait 7,5kg.

Les internautes ont bien accueilli la décision du tribunal.

Emdadul Haque, un professeur assistant de droit de la Southeast Universitu, Bangladesh, a tweeté :

Apprendre aux enfants à nager

La plupart des bangladais vivent dans des villages proches de rivières. Le pays est traversé de toutes parts par de nombreuses rivières de longueurs et de largeurs différentes. Il y a près de 700 rivières dans le pays.

En saison de pluies, les rivières se remplissent d’eau. A cette période, de nombreux enfants décèdent noyés.

D'après un rapport récent de l'Unicef (Fond des Nations Unies pour l'Enfance) [lien incorrect conduisant au circulaire mentionné dans la phrase suivante], 18000 enfants meurent chaque année, n’ayant pas su nager.

Pour les sauver des noyades, le gouvernement a décidé de rendre les leçons de nage obligatoires pour tous les enfants scolarisés. Le Ministère de l’Education a publié un circulaire préliminaire sur son site web [bn].

Les internautes ont approuvé l’initiative du Ministère de l’Education. Le nageur américain Nathan Adrian a aussi apprécié l’initiative. Il a écrit sur Twitter:

Farhana Haider, un journaliste de la BBC, a tweeté:

En association avec l’UNICEF, le Centre de Prévention des Blessures et de Recherches, Bangladesh (CIPRB), l’Alliance pour de Enfants en Sécurité (TASC) et la Société Royale d’Australie pour Sauver des Vies (RLSSA) se sont réunis pour créer le programme SwimSafe (Nager en Sécurité) pour réduire le nombre de morts causés par l’eau.

Ils ont partagé une vidéo Youtube de leçon de nage:

Premier budget alloué à l'Enfance

Et enfin, un premier budget a été créé pour les enfants au Bangladesh dans le cadre du budget de l’année 2015-2016.

Près de 260 milliards de takas [bn] ( 2 921 086€), ce qui correspond à 8,76% du budget national.

Le budget alloué à l’Enfance n’est pas séparé du budget de l’Etat. Cela permet de faciliter  la mise en place de droits pour les enfants en rappelant aux législateurs de donner la priorité à l'Enfance dans l’allocation de ressources.

Le ministre des Finances du Bangladesh Abul Maal Abdul Muhith a souligné de nouveau le besoin d’un budget pour l’Enfance dans son discours concernant le budget [bn]:

এটা প্রকৃত পক্ষে একটা কাঠামো, যা শিশুদের আর্থ-সামাজিক অধিকার বাস্তবায়নে সরকারি ব্যয়/বিনিয়োগের প্রকৃতি ও ব্যাপ্তিকে প্রত্যক্ষ এবং পরোক্ষভাবে প্রভাবিত করবে; যার ফলে একটি অন্তর্ভুক্তিমূলক ও টেকসই মানবিক উন্নয়ন নিশ্চিত করা সম্ভব হবে।

Il s’agit fondamentalement d’une base sur laquelle les droits socio-économiques de l’Enfance seront fondés. Cela affectera aussi directement et indirectement les dépenses publiques et l’investissement. En résultat, un développement humain inclusif et durable sera possible.

Les militants en faveur des droits pour l’enfance ont salué l’initiative du gouvernement.

Abdullah Al Mamun, coordinateur du programme Manusher Jonno Foundation, a déclaré au Prothom Alo [bn]:

সরকারের এ ধরনের উদ্যোগের জন্য অবশ্যই ধন্যবাদ পাওয়ার যোগ্য। তবে শিশু বাজেট কে সমন্বয় করবে, বাজেট যথাযথভাবে বাস্তবায়িত হলো কি না তার জবাবদিহি কার কাছে থাকবে তাও নির্ধারণ করতে হবে।

C’est une grande initiative. J’encourage à la formation d’un Département chargé de l’Enfance placé sous la tutelle du Ministère des Affaires de la Femme et de l’Enfance pour coordonner le budget de l’Enfance et assurer la comptabilité.

Nabila Mahabub a tweeté:

Il semble que les décisionnaires du Bangladesh ont enfin accepté l’idée de créer un meilleur environnement de vie pour près de la moitié des citoyens du pays. Aujourd’hui, la question est de savoir si ces initiatives seront réellement mises en pratique.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site