Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

En Ukraine, des élections locales où certains n'ont pu voter

Voting in local elections at a polling station in Kiev, on October 25, 2015. Image by Alexey_Ivanov from Demotix.

Dans un bureau de vote de Kiev, le 25 octobre 2015. Photo Alexey_Ivanov sur Demotix.

En Ukraine, des élections locales ont eu lieu le 25 octobre dans tout le pays, avec de nombreux visages neufs ou anciens en compétition pour 10.000 postes de maires et 160.000 fauteuils dans les conseils régionaux et locaux. Les médias sociaux ukrainiens ont brassé les suivis de participation aux scrutins, les signalements de fraudes électorales et les résultats de sortie des urnes, sous les mots-dièses  #elect_ua et #вибори2015 (#élections2015). Et certains citoyens, privés de la possibilité de voter, n'ont pas manqué de faire retentir sur l'Internet leur voix, et leur désappointement.

Le scrutin en chiffres

Les élections du 25 octobre font largement figure de test pour l'environnement politique post-Euromaïdan en Ukraine. Si elles s'avèrent transparentes et équitables, disent les observateurs, cela augurera bien du niveau de confiance qu'accordera la communauté internationale à l'Ukraine dans la poursuite de son combat contre les difficultés économiques et sa quête de soutien international alors qu'elle ferraille contre les ingérences russes et pro-russes dans l'Est de son territoire. Si de nombreux commentateurs présentent ces élections locales comme une compétition pro-Européens contre pro-Russes, l'important est moins le nom des élus que la légitimité et la transparence reconnue (ou non) à ce processus électoral.

Ce sont au total 132 partis politiques qui ont participé aux élections dans toute l'Ukraine, sous la surveillance d'organisations civiques et d'associations, 82 ukrainiennes et 14 internationales. Les organisations internationales à elles seules ont envoyé 1.500 observateurs dans différentes régions pour garder le scrutin à l'oeil.

Le suivi en ligne des élections comportait des marathons nationaux tout comme des live blogs locaux.

Etant donné l'enjeu décisif, la participation au vote a été globalement satisfaisante, avec dans certaines régions des niveaux plus élevés qu'anticipé. En totalité, à 20 heures le 25 octobre, le réseau Opora faisait état d'un taux national de 46,5 %.

La participation aux élections locales, selon les chiffres d'OPORA, est à 20h de 46,5 %

Certains ont été déçus du niveau d'activité électorale. Sasha Borovik, un des principaux candidats à la mairie d'Odessa, a tweeté son sentiment.

Participation très faible. D'après nos chiffres, à 17h pas plus de 35 %. Les jeunes ne sont pas actifs du tout. C'est une honte totale.

Les fraudes

Comme pour les élections précédentes, les militants civiques d'Opora ont tenu à jour une carte collaborative des fraudes électorales, en collationnant et organisant la publication des signalements d'observateurs et de simples électeurs de toute l'Ukraine. A 11h heure de Kiev dimanche, la carte d'Opora enregistrait 1093 infractions de toutes sortes, dont la moitié (542 signalements) étaient des cas de campagne illégale.

A screenshot of the Opora crowdmap at around 11pm Kyiv time on October 25, 2015.

Capture d'écran de la carte d'Opora vers 11h (heure de Kiev) le 25 octobre 2015.

Si quelques problèmes électoraux relevaient de difficultés d'organisation telles que des ouvertures retardées de bureaux de vote, Il y a eu des violations caractérisées, comme de faux bulletins de vote et des fraudes d'électeurs avec la méthode dite de la “kosynka” (“foulard”), par laquelle des groupes d'électeurs portant un ruban particulier (“kosynka”) reçoivent des bulletins sans montrer de pièces d'identité ou signer le registre de vote.

A Vyshneve, une petite ville près de Kiev, les électeurs se voyaient offrir 300 hrivnas (12 euros) pour donner leur voix à l'un des candidats à la mairie, contre une photo de leur bulletin de vote avec une marque à côté du nom “correct”. Des scènes similaires ont été relevées à Oujhorod, en Ukraine occidentale, où des électeurs ont aussi été surpris en train de saisir leur vote avec leur téléphone.

Une photo montrant clairement un coche.

La loi électorale ukrainienne interdit de faire campagne pour tout parti ou candidat le jour du scrutin et la veille ; à Odessa, le candidat à la mairie Darth Vader et son acolyte Chewbacca ont été interpelés par une patrouille de police alors qu'ils faisaient campagne près d'un bureau de vote.

La police d'Odessa a interpelé Chewbacca.

Des élections annulées ?

Une bonne partie des signalements était centrée sur les villes de Marioupol et Krasnoarmiysk, où les opérations de vote ont été interrompues et le scrutin finalement reporté à une date ultérieure.

A Marioupol, ville sur la ligne de front dans la région de Donetsk, les membres de la commission électorale municipale territoriale ont décidé de ne pas accepter les bulletins de vote imprimés chez un imprimeur local, après qu'un lot vierge et non scellé fut retrouvé dans son atelier.

Les élections locales de Marioupol n'auront probablement pas lieu : la commission électorale territoriale a refusé les bulletins de vote

La décision de la commission électorale locale de reporter le scrutin a fait des vagues. Le président de la Commission électorale centrale d'Ukraine, Mykhaïlo Okhendovsky, a déclaré que la commission électorale locale avait vraisemblablement enfreint la loi électorale en “entravant le processus de vote” et demandé au Ministère de l'Intérieur une enquête complète sur l'affaire. L'élection à Marioupol pourrait être reprogrammée aussi tardivement que le 15 novembre 2015, comme l'ont laissé entendre certains partis politiques.

Une affaire du même genre a eu lieu à Krasnoarmiysk, aussi dans la région de Donetsk : le tribunal local a contesté le choix de l'imprimeur de la ville à qui la commission électorale a confié l'impression des bulletins de vote. A la suite de la décision judiciaire, la commission électorale locale a voté à la majorité l'invalidation des bulletins et leur non-distribution dans les bureaux de vote. Même si cette décision a été à son tour contestée par la suite, les électeurs de Krasnoarmiysk n'ont pas pu voter.

Pas d'élections à Krasnoarmiysk région de Doetsk : le choix d'une entreprise privée pour les bulletins prononcé en justice contraire à la loi

Laissés sans voix

Il n'y a pas qu'à Marioupol et Krasnoarmiysk que les élections locales n'ont pas eu lieu. Parmi les zones de non-vote, on compte aussi la Crimée, actuellement annexée et occupée par la Russie, et les morceaux des régions de Donetsk et Louhansk actuellement sous contrôle des activistes pro-Russes des républiques populaires auto-proclamées de Donetsk et Louhansk.

Autre vaste groupe de citoyens ukrainiens privés de leur droit de vote, les déplacés internes—réfugiés de la zone de guerre d'Ukraine orientale. Selon le chapitre de Donetsk du Comité des électeurs d'Ukraine, 2 216 307 déplacés internes n'ont pu exercer leur droit de vote le 25 octobre. 1 872 743 autres électeurs vivent en ce moment en territoire occupé, où voter était impossible.

La loi électorale ukrainienne actuelle ne prévoit pas que des citoyens déplacés internes puissent exercer leur droit de vote où qu'ils se trouvent à l'intérieur du pays. Une version plus progressiste de la loi, tenant compte des nécessités actuelles, reste bloquée en commission parlementaire. Les spécialistes y voient un manque de volonté politique et affirment que le seul moyen pour les déplacés internes de surmonter la difficulté est d'aller au tribunal.

A l'approche du scrutin, des activistes, pour beaucoup des déplacés internes, ont lancé une campagne-choc en ligne, montrant des citoyens déplacés internes qui posent avec le nom de leurs villes d'origine, avec le slogan “L'enregistrement qui réduit au silence. Les déplacés internes n'ont pas accès au vote.”

Déplacés internes : citoyens d'Ukraine, à qui on a enlevé le droit de vote, mais qu'on a pas encore réussi à faire taire !

En attentant le décompte définitif des résultats pour savoir combien de nouveaux hommes et femmes politiques viendront introduire des réformes et combattre la corruption, et combien de visages familiers poursuivront toujours les mêmes jeux, ces élections locales laisseront un goût amer à ceux qui n'auront pas pu voter, aussi transparent et équitable qu'ait été le scrutin.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site