Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

8 impacts du changement climatique qui affectent déjà l’Afrique

 

Oxfam International «Qu'ils mangent du carbone disait-on lors du sommet climatique de l'ONU à Durban, en Afrique du Sud, en 2011. Crédit: Ainhoa Goma / Oxfam. CC BY-NC-ND 2.0

Oxfam International :”Qu'ils mangent du carbone”, campagne de sensibilisation lors du sommet climatique de l'ONU à Durban, en Afrique du Sud, en 2011. Crédit: Ainhoa Goma / Oxfam. CC BY-NC-ND 2.0

Cet billet est tiré d'un article écrit par Bhavna Deonarain publié en anglais et en français par l'ONG 350.org, une organisation militant pour l'émergence d'un mouvement climatique mondial. Il est repris par Global Voices dans le cadre d'un accord de partage de contenu.

En ce moment même, les effets du changement climatique se font déjà sentir sur les populations d’Afrique. Les recherches effectuées montrent que le changement de température se répercute sur la santé, les moyens de subsistance, la production alimentaire, la disponibilité en eau et la sécurité globale des Africains.

D’après l’indice de vulnérabilité au changement climatique de 2015, sept des dix pays les plus menacés par le changement climatique sont en Afrique.

Les précipitations ont diminué dans une grande partie du Sahel et de l’Afrique australe, et ont augmenté dans certaines régions d’Afrique centrale. Au cours des 25 dernières années, le nombre de catastrophes météorologiques telles que les inondations et les sécheresses a été multiplié par deux. Cela explique pourquoi l’Afrique connaît le taux de mortalité dû aux sécheresses le plus élevé du monde.

1. Impacts sur les régimes météorologiques

Un village envahi par le désert en Mauritanie. 01/01/1984. Mauritanie. Photo ONU / John Isaac. CC BY-NC-ND 2.0

Un village envahi par le désert en Mauritanie. 01/01/1984. Mauritanie. Photo ONU / John Isaac. CC BY-NC-ND 2.0

Inondations

L’inondation est la catastrophe la plus courante en Afrique du Nord, elle arrive en deuxième position en Afrique de l’Est, australe et centrale et en troisième position en Afrique de l’Ouest (AWDR, 2006).

En Afrique du Nord, les inondations catastrophiques qui ont frappé le nord de l’Algérie en 2001 ont fait 800 morts et provoqué une perte économique d’environ 400 millions de dollars. Au Mozambique, les inondations de 2000 (aggravées par deux cyclones) ont causé 800 morts, bouleversé la vie de près de 2 millions de personnes, dont environ 1 million manquait de nourriture, déplacé 329 000 habitants et détruit des terres agricoles (AWDR, 2006).

Sécheresses

Entre juillet 2011 et la mi-2012, une sécheresse intense considérée comme “la pire sécheresse depuis 60 ans” a touché l’ensemble de l’Afrique de l’Est.

2. Impacts sur l’approvisionnement en eau et la qualité de l’eau

Parmi les effets observables du changement climatique sur les ressources hydriques d’Afrique, on retrouve: inondations, sécheresses, modifications de la distribution des précipitations, assèchement des cours d’eau, fonte des glaciers et recul des masses d’eau. 

Afrique de l’Ouest

Des économies entières souffrent lorsque les niveaux d’eau des énormes fleuves africains diminuent. Le Ghana, par exemple, est devenu totalement dépendant de l’énergie hydroélectrique du barrage d’Akosombo sur le fleuve Volta. Le Mali dépend du fleuve Niger pour la nourriture, l’eau et le transport. De longs tronçons du fleuve sont cependant aujourd’hui menacés de dévastation environnementale à cause de la pollution. Au Nigéria, la moitié de la population est privée d’accès à l’eau propre.

L'ampleur estimée du glacier du Kilimandjaro en 1912, et l'étendue en 2002. Crédit: Delphine Digout, UNEP / GRID-Arendal.

L'ampleur estimée du glacier du Kilimandjaro en 1912, et  en 2002. Crédit: Delphine Digout, UNEP / GRID-Arendal.

 Glaciers du Kilimandjaro

La disparition progressive, mais spectaculaire, des glaciers du Kilimandjaro est le résultat du changement climatique (GIEC, 2001). Les glaciers jouent un rôle de château d’eau et plusieurs cours d’eau sont en train de s’assécher. On estime que 82 % de la glace qui couronnait la montagne lors des premiers relevés en 1912 a à présent disparu (IPCC, 2001).

3. Impacts sur l’agriculture et l’alimentation

Le paysage se transforme sur tout le continent. Les sécheresses, les vagues de chaleur et les inondations ont réduit le rendement des cultures et la productivité du bétail.

L’Afrique de l’Est fait face à la pire crise alimentaire du XXIème siècle. D’après Oxfam, 12 millions de personnes ont cruellement besoin de nourriture en Éthiopie, au Kenya et en Somalie. Les précipitations ont été inférieures à la moyenne, 2010/2011 étant l’année la plus sèche depuis 1950/1951. Cela pose un sérieux problème pour un continent dont l’agriculture dépend de la pluie.

4. Impacts sur la santé humaine

Des médicaments contre le paludisme. Nigeria. Photo: Arne Hoel / Banque mondiale. CC BY-NC-ND 2.0

Des médicaments contre le paludisme. Nigeria. Photo: Arne Hoel / Banque mondiale. CC BY-NC-ND 2.0

Les pathologies liées au climat et les impacts sur la santé peuvent être importants dans les pays pauvres disposant de peu de moyens pour traiter et prévenir les maladies. Les impacts climatiques sur la santé comprennent, entre autres : 

  • Un stress thermique fréquent et intense lié à une augmentation continue de la température.
  • La réduction de la qualité de l’air qui accompagne souvent les vagues de chaleur peut générer des problèmes respiratoires et aggraver les maladies respiratoires.
  • Les impacts du changement climatique sur l’agriculture et d’autres systèmes alimentaires accroissent les taux de malnutrition et contribuent à la pauvreté. « Sachant qu’une personne sur quatre est encore sous-alimentée en Afrique subsaharienne, les impacts du changement climatique rendent l’amélioration de la sécurité alimentaire et la réduction des tensions encore plus difficile à atteindre pour les gouvernements de la région. »
  • La propagation du paludisme pourrait s’intensifier dans les zones où l’on prévoit une augmentation des précipitations et des inondations. L’augmentation des précipitations et de la température peut favoriser la dissémination de la dengue.

5. Impacts sur le logement

Les graves inondations et les sécheresses intenses ont détruit de nombreux logements, abris et villages sur le continent africain. Ces impacts sont exacerbés par les conflits liés au contrôle des ressources, conflits qui contribuent également aux migrations continues au sein et entre les pays africains.

Les phénomènes extrêmes déplacent un grand nombre de personnes, en particulier celles qui ne sont pas en mesure de faire face aux catastrophes et de rebâtir leur logement par manque de ressources.

“Les réfugiés du Soudan du Sud hébergés dans un camp de l’ONU vivent dans des eaux de crue contaminées par les égouts leur arrivant jusqu'aux genoux ce qui force certains parents à dormir debout pour pouvoir maintenir leurs enfants hors de l’eau”, selon un reportage de la chaine de TV Al Jazeera d'aout 2014.

6. Impacts sur les populations vulnérables

En Afrique, les femmes, les enfants et les personnes âgées sont plus vulnérables aux impacts du changement climatique. De part leur rôle dans les réponses sociétales face au changement climatique comme après des événements météorologiques extrêmes (p. ex., migration des hommes), les femmes, en plus d’être mère, assument souvent des tâches en plus de leur travail.

La pénurie d’eau impose un fardeau additionnel aux femmes africaines, qui marchent pendant des heures et parfois des jours pour se procurer le précieux liquide (IPCC, 2014).

Les enfants et les personnes âgées sont plus exposés en raison d’une sensibilité supérieure aux maladies infectieuses, comme le paludisme, d’une mobilité limitée et d’une alimentation réduite. Les sécheresses, les vagues de chaleur et les incendies de forêt exposent les personnes âgées à un danger physique, voire au décès. La famine, la malnutrition, les maladies diarrhéiques et les inondations font de nombreuses victimes parmi les enfants. (IPCC, 2014).

Une éthiopienne portant un baril d'eau. Crédit photo: 2006 Badadha Kule / IFPRI. CC BY-NC-ND 2.0

Une Ethiopienne portant un baril d'eau. Crédit photo: 2006 Badadha Kule / IFPRI. CC BY-NC-ND 2.0

7. Impacts sur la sécurité nationale

Les impacts du changement climatique peuvent exacerber les problèmes de sécurité nationale et augmenter le nombre de conflits internationaux. Les conflits ont souvent pour origine l’utilisation de ressources naturelles, de terres fertiles et d’eau dont les quantités sont déjà limitées. Un accès en continu à des sources d’eau revêt une importance cruciale dans de nombreuses régions d’Afrique. La modification des périodes et de l’intensité des précipitations menace toutefois la disponibilité en eau, une ressource limitée aujourd’hui à l’origine de conflits (GIEC, 2014).

Selon un rapport des Nations Unies, l’accès à l’eau pourrait constituer la principale cause de conflits et de guerres en Afrique au cours des 25 prochaines années.

La modification des précipitations et de la température se répercute déjà sur le rendement des cultures en Afrique subsaharienne. Cela a entraîné des pénuries alimentaires qui ont déclenché une migration transfrontalière et des conflits intrarégionaux [lien inexistant] eux-mêmes à l’origine de l’instabilité politique au Nigéria, par exemple.

8. Impacts sur les écosystèmes

Bébé tortue de mer à Zanzibar. Photo par l'utilisateur Flickr Missy. CC BY 2.0

Bébé tortue de mer à Zanzibar. Photo par l'utilisateur Flickr Missy. CC BY 2.0

Le changement climatique a déjà altéré les écosystèmes marins et d’eau douce en Afrique de l’Est et australe et les écosystèmes terrestres en Afrique australe et de l’Ouest. Les phénomènes météorologiques extrêmes ont mis en évidence la vulnérabilité de certains écosystèmes d’Afrique australe. Les habitudes migratoires, l’aire de répartition géographique et l’activité saisonnière de nombreuses espèces terrestres et marines ont muté en réponse au changement climatique. L’abondance des espèces et leurs interactions se sont également modifiées (GIEC, 2014).

Le continent africain, bien qu’il soit moins responsable que d’autres des facteurs anthropiques à l’origine du changement climatique, est pourtant celui qui en souffre le plus.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site