Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La bibliothèque à pédales de Saber Hussaini : Une histoire d'espoir en Afghanistan

quesa

Photo publiée sur Twitter par la Qessa Academy.

En Afghanistan, l'instruction commence au foyer.
Ceci est le message de Saber Hussaini, un auteur et conteur de 35 ans qui, à bicyclette, a passé plus d'un mois à distribuer des livres d'enfants dans des villages où il y a une demande de matériaux de lecture et un programme d'enseignement auxquels l'administration locale ne peut subvenir.
Ne vous attendez pourtant pas à lire l'histoire de Saber sur CNN, ou même sur les médias dominant la scène en Afghanistan.
Les récits positifs sur ce pays de 30 millions d'habitants ne sont pas vendeurs, ce qui laisse des histoires méritoires injustement ignorées et un pays à la mauvaise image. Cependant on trouve encore des personnes et des organisations qui, malgré la violence et la guerre, s'engagent à travailler dur pour un avenir plus brillant et plus paisible.
Vers la fin d'octobre, Saber Hussaini, auteur et conteur de 35 ans, a créé une bibliothèque mobile couvrant 5 villages par jour au centre de Bamiyan, une province de population majoritairement Hazara au beau milieu de l'Afghanistan, où les étagères des bibliothèques pauvrement garnies ne renferment pas un seul livre pour enfants.
Saber Hussaini a décidé de distribuer ses 200 volumes de livres d'enfants aux élèves des écoles durant son temps libre de façon à répondre symboliquement à l'énorme soif de lecture au Bâmiyân coupé de tout.
La bibliothèque mobile de Saber, dont la capacité est d'une quinzaine de livres grosso modo, a rapidement attiré nombre d'enfants. En peu de temps, les livres de contes et les livres illustrés qu'il a transportés derrière son vélo se sont substitués aux pistolets en plastique et autres jouets inutiles.

#MonHérosAfghan est Saber Hussaini, l'homme qui fait fonctionner sa propre bibliothèque mobile pour enfants pour 5 villages de Bamiyan

Saber représente une génération éprouvée par la guerre, qui a une grande faim d'instruction et lutte pour l'obtenir, et trouve son idéal dans le livre et la plume.
Les gens de son âge sont trop jeunes pour avoir connu un temps où la violence et la guerre n'étaient pas permanentes, mais pas trop vieux pour croire que l'avenir de l'Afghanistan puisse être différent.
L'utilisateur de Facebook Saeid Madadi a fait l'éloge de Saber, se référant aux mots d'un poème populaire :

Le matin, je me suis réveillé sur cette information. J'ai souri. “Bamiyan est un monde de miracles.”

L'histoire de Zainab Karimi
Saber Hussaini, bien sûr, est loin d'être le seul héros à promouvoir l'accès à l'instruction en Afghanistan.
Zainab Karimi, une femme de 50 ans qui aussi vit dans la province de Bamiyan, à enseigné lire et écrire à 500 femmes durant les cinq dernières années, à ses frais.
Adulte, Zainab a suivi des cours d'alphabétisation qui lui ont permis de continuer son instruction jusqu'à la terminale. Ensuite elle s'est fait enseignante, déterminée à enseigner dans les villages de sa région jusqu'à ce que l'illettrisme soit éradiqué.
Les années de l'adolescence de Zainab ont coïncidé avec un état de guerre incessant en Afghanistan. En enseignant des centaines de femmes de son âge, elle prouve passionnément que la guerre ne peut pas vaincre la volonté d'apprendre de l'être humain.

La province de Bamiyan a le plus grand taux d'instruction des filles du pays. De ses 135.000 élèves, près de la moitié sont des filles.

Croire au Bamiyan
Entouré de partout de montagnes majestueuses dans un pays déjà sans ouverture à la mer, Bamiyan est une des provinces les plus pauvres d'Afghanistan. Toutes les universités du pays sont désastreusement sous-financées, avec seulement 1000 dollars alloués pour les livres à chacune.
L'Université de Bamiyan semble en quelque sorte avoir souffert doublement. Cependant malgré sa pauvreté la province est numéro un en termes d'accès à l'éducation pour les garçons et filles.

De toutes les provinces en Afghanistan, Bâmiyân est formidable en ce qui concerne l'instruction et l'égalité entre sexes malgré la pauvreté

Les étudiants à Bamiyan sont très actifs, et ceux de l'Université d'État de Bamiyan protestent régulièrement contre les mauvaises conditions là-bas.
En 2013 ils ont manifesté pour attirer l'attention sur la dégradation du dortoir des étudiants. Plus récemment, début avril, ils ont fait une grève protestant contre l'inéquitable distribution du budget de l'enseignement supérieur, qui d'après eux désavantage Bamiyan.
Les deux fois, le gouvernement les a ignorés. Mais ils sont devenus habitués à cela. En Afghanistan, le droit à l'instruction n'est pas un droit acquis à la naissance. C'est un droit pour lequel vous devez peiner et vous battre.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site