Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le Buzzfeed kirghize trolle ses lecteurs avec des stéréotypes sexistes

Limon.kg это популярный информационно-развлекательный портал в Кыргыстане. Фото с сайта Wikipedia. Надпись:

Limon.kg est un portail d'information et de divertissement populaire au Kirghizistan. Photo tirée du site Wikipedia. Inscription : “Je ne suis pas ton citron”

Cette semaine, un portail d'information et de divertissement kirghize qui agrège des contenus plus ou moins viraux a essuyé une tempête de commentaires mécontents après avoir publié un article intitulé « les 32 qualités principales que doit posséder la “kelin” idéale [fiancée]». Après avoir été bombardé d'accusations de sexisme par ses lecteurs, Limon.kg leur a répondu avec l'article suivant: « Les 32 qualités principales que doit posséder le “kouïo bala” idéal [fiancé]».

Les deux articles répertorient les normes incroyablement élevées des familles traditionnelles d'Asie centrale, à l'aune desquelles les parents jugent leur futur gendre ou (plus souvent) leur future bru. Il semble bien que le site ne voulait pas seulement “faire du clic”, mais aussi montrer à quel point ces normes sont délirantes. Mais comme la rédaction de Limon.kg ne s'est pas expliquée sur ces articles viraux, nous n'en saurons pas plus sur ses intentions.

Dans la société traditionnelle kirghize, la “kelin” (fiancée ou bru) joue un rôle important, bien que souvent subalterne. Son arrivée dans le foyer, via un mariage avec l'un de ses représentants masculins, soulage la mère de famille de nombreuses tâches ménagères.

La kelin est censée faire presque tout, ce qui explique que les mères des kouïo bala approuvent des coutumes telles que l'enlèvement de fiancées.

Selon Eurasianet [en anglais]:

The typical kelin, or live-in daughter-in-law is expected to be the epitome of servitude in most rural Central Asian families. Her mother-in-law on the other hand, is a character of unrelenting wickedness, as evidenced by her portrayal in many Central Asian films.

Take as an example Saida Rametova’s character in the well-known Uzbek comedy flick Super Kelinchak, who makes her Slavic daughter-in-law’s life a living nightmare by constantly criticising shortcomings in her vegetable-chopping skills and in other household chores. Or Turakhan Sadykova’s character in the Kazakh film Kelin, which one reviewer described as “an old hag with mystical connections to nature.”

La kelin type, ou la bru qui vit avec les parents de son mari, exerce dans la plupart des foyers d'Asie centrale une fonction d'esclave. Sa belle-mère, elle, étant un symbole de méchanceté sans pitié, dépeint dans de nombreux films centre-asiatiques.

On peut prendre comme exemple le personnage de Saïda Rametova dans la célèbre comédie ouzbèque “Super kelinchak”. Elle transforme en cauchemar la vie de sa bru russe en critiquant sans arrêt ses déboires dans l'exécution des tâches ménagères. Ou bien le personnage de Turakhan Sadykova [en anglais] dans la film caucasien “Kelin”, décrite [en anglais] par un critique comme “une vieille sorcière entretenant un lien mystique avec la nature”.

Кыргызские музыканты играют на традиционных инструментах в восточном городе Каракол. Фото с сайта  Wikipedia.

Des musiciens kirghizes jouent de leurs instruments traditionnels dans la ville orientale de Karakol. Photo tirée du site Wikipedia.

Le kouïo bala est le pendant de la kelin : l'homme qui l'invite à entrer dans sa famille. Mais revenons à la kelin, sujet du premier article de Limon.kg.

Voici, selon Limon.kg, quelques-unes des qualités qu'elle doit posséder:

  • Etre une parfaite alouette qui se lève avant tout le monde.
  • La kelin idéale sert le thé de la main droite sans en remplir toute la tasse (car elle a plaisir à resservir ses invités).
  • Se taire en présence de parents plus âgés et ne répondre que si on l'interroge.
  • Toujours adapter la longueur de sa jupe à la situation.
  • Ne jamais regarder les parents de son mari dans les yeux.
  • Savoir cuisiner un délicieux
    beshbarmak (littéralement: “cinq doigts”, ce plat traditionnel kirghize se mangeant avec les mains).
  • Etre soigneuse et accomplir les tâches ménagères en silence.

Si l'article de Limon.kg a fait débat, c'est que le site recrute ses lecteurs surtout à Bichkek, la capitale kirghize, où l'internet est largement répandu et les stéréotypes de genre, hors mariage ou non, un peu moins rigides que dans les campagnes.

Les commentaires sous l'article et sur la page Facebook de Limon.kg ont été les suivants :

ГЕНДЕРНОМУ РАВНОПРАВИЮ – ДОРОГУ ПОЖАЛУЙСТА

PLACE A L'EGALITE DES SEXES, MERCI

кроме смеха эта статья не может ничего вызывать. А Лимон за такое женаненавистничество надо банить.

Cet article provoque, mais seulement le rire. Avec une telle mysogynie, Limon devrait être boycotté.

Un internaute a écrit ceci:

Вот такую жену и на руках носить можно, я бы даже сказал нужно!!! Да обязаны просто))) Всем девушкам счастья в браке, будьте хорошими келинками)))

C'est ce genre de femme que l'on peut, et même que l'on doit, mettre dans ses bras !!! Elles n'ont pas le choix de toute façon))) Du bonheur à toutes les filles dans leur union, soyez de bonnes kelins)))

Il a reçu la réponse suivante :

А разве у нее, бедняги, будет время на Ваших руках покататься? Она же вроде, встает и ложится раньше всех (в том числе желающего поносить ее на руках)… И еще, почему обязана? А ей, надо полагать, никто и ничего не должен… Печально!!

Mes pauvres, mais où ce genre de femme va-t-elle trouver le temps de vous tomber dans les bras ? Vu qu'elle se lève avant tout le monde (y compris celui qui la veut dans ses bras) et se couche après… Et puis pourquoi n'aurait-elle pas le choix ? Alors qu'à elle, on imagine bien que rien n'est dû… C'est triste !!

да здравствует 19 век и женщины без права голоса, молчащие при муже и его святых родственниках. Жду статью – За что можно бить женщину: За плохой бешбармак, За то, что взглянула в глаза мужу, За то, что попалась на пути, когда муж зол…

Vive le 19e siècle et les femmes sans droit de vote, qui se taisent en présence des hommes et de leurs saints parents. J'attends l'article “Les raisons de battre sa femme : pour un mauvais beshbarak, pour avoir regardé son mari dans les yeux, pour s'être trouvée là quand monsieur était en colère…

Ждем теперь идеальные качества kuyio bala)))

On attend les qualités idéales du kouïo bala)))

Un souhait qui a été exaucé quelques jours plus tard :

Selon Limon.kg, un bon kouïo bala:

  • a une bonne dot
  • sait découper et partager le mouton
  • sait fendre le bois
  • monte hardiment à cheval
  • sait prier selon le Coran (90% de la population kirghize est musulmane, mais la connaissance de la religion est faible en de nombreux endroits du pays, à cause du mode de vie nomade des Kirghizes, remplacé ensuite par plus de 70 ans de pouvoir soviétique).
  • est très fort au kurosh, la lutte traditionnelle kirghize
  • est assez brave et courageux pour rapporter à sa femme enceinte un coeur de tigre si elle le lui demande

Là, les lecteurs ont commencé à soupçonner que peut-être la rédaction de LLimon.kg les “trollait” tout simplement, et les commentaires se sont faits plus amènes et plus détendus :

Заметьте, нет пункта о том что куйоо бала должен быть хорош в постели

Notez que nulle part dans la liste il n'est dit que le kouïo bala doit être bon au lit

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site