Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

L'art urbain incite les habitants de Hong Kong à ne pas rester aveugles à la disparition d'éditeurs

Photo: Community Art-boratory, via Facebook.

Photo: Community Art-boratory, via Facebook. 

Koel Chu est l'auteur de cet article publié par Hong Kong Free Press le 6 janvier 2016 et repris par Global Voices selon un accord de partage de contenus.

Le 5 janvier en fin de journée, on a pu voir une installation d'art urbain dans le quartier de Causeway Bay, zone commerciale du centre de Hong Kong, sur laquelle il était écrit “Où sont-ils?”.

Intitulée “les 5 disparus”, cette installation fait référence à la récente disparition de 5 personnes liées à un éditeur voisin spécialisé dans la publication d'ouvrages réputés pour leurs critiques du Parti Communiste Chinois au pouvoir.

On suppose que Lee Bo, l'un des propriétaires dont la disparition remonte au 30 décembre, a été enlevé par les forces de sécurité chinoises à Hong Kong. 4 autres personnes de cette même maison d'édition ont disparu de leur domicile au mois d'octobre, respectivement à Shenzhen et en Thaïlande,

La police de Hong Kong a entrepris des recherches sur leurs disparitions et a interrogé la police de Chine continentale sur la situation de Lee Bo. A ce jour, les autorités de Chine continentale n'ont donné aucune réponse officielle sur le lieu où se trouvent les 5 disparus. Mais le Ministre des Affaires Etrangères chinois, Wang Yi, a répondu au Ministre des Affaires Etrangères britannique, Philip Hammond, qui lui avait fait part de ses “inquiétudes” concernant l'incident, Lee Bo étant détenteur d'un passeport britannique, que l'éditeur de Hong Kong disparu était “surtout et avant tout citoyen chinois”.

Selon le principe du “un pays, deux systèmes”, l'administration de la région de Hong Kong jouit d'un système judiciaire indépendant de la Chine continentale et les autorités chinoises n'ont pas de juridiction leur permettant d'intervenir sans autorisation préalable.

L'artiste qui est à l'origine de l'installation “les 5 disparus” a rapporté à Hong Kong Free Press que l'incident était “tordu” et “fou”, et il a ajouté que l'installation avait pour objet de bloquer la route en réponse à l'incident qui perturbe les habitants dans leur vie quotidienne.

“Cet incident des 5 disparus a perturbé le cours de notre vie et va à l'encontre des valeurs dans lesquelles nous croyons. Nous ne pouvons et ne devons pas rester aveugles,” écrit-il sur Facebook. “Notre vie quotidienne habituelle n'a plus rien d'habituel.”

La majorité des personnes qui ont vu l'installation n'ont pas eu de réaction sur place, dit l'artiste, mais il s'y attendait. Même si la plupart étaient au courant de la disparition des éditeurs, les commentaires ne se sont exprimés qu'en ligne, dit-il.

En créant cette oeuvre, l'artiste dit qu'il espère qu'elle fera réfléchir sur les actions à entreprendre, car tout le monde a la “responsabilité d'intervenir”.

On peut voir la vidéo de l'installation sur la page Facebook de Community Art-boratory ici.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site