Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Les séparatistes ukrainiens bloquent plus de 100 sites d'information dans la “République populaire de Lougansk”

Dans les zones occupées de Lougansk, les internautes ont fait état de plus de cent sites ukrainiens bloqués. Images mixées par Tetyana Lokot.

Dans les zones occupées de Lougansk, les internautes ont fait état de plus de cent sites ukrainiens bloqués. Images mixées par Tetyana Lokot.

Plus d'une centaine de sites d'information ukrainiens sont actuellement inaccessibles dans la “République populaire de Lougansk”, située dans la région de Lougansk, en Ukraine orientale, et occupée par une milice pro-russe depuis les manifestations de 2014 qui ont mené à l'éviction de l'ancien Président Viktor Ianoukovitch.

Les chefs séparatistes disent bloquer l'accès aux sites d'information afin de protéger les citoyens de l'influence “déstabilisante” des médias ukrainiens. Le blocage aurait commencé le 8 janvier, en conformité avec un décret du Ministère de l'information de l'autorité séparatiste.

Le site d'information indépendant d'Ukraine orientale Ostrov rapporte que les responsables séparatistes de Lougansk ont fait pression sur les fournisseurs locaux d'accès à internet pour faire appliquer la censure, et qu'ils ont contacté les fournisseurs à la mi-décembre 2015 avec une liste d'environ 117 URL à bloquer. Le nombre de sites qui sont aujourd'hui déclarés bloqués oscille entre 113 et 117, selon les compte-rendus des médias.

Le gouvernement national d'Ukraine considère que la République populaire de Lougansk est une zone non officielle et illégale. Il n'est pas surprenant que les chefs locaux contestent les sites d'information indépendants, étant donné que nombre d'entre eux reflètent des opinions divergentes quant au statut du territoire.

Bien que la liste d'URL à bloquer diffusée en décembre inclue le site d'Ostrov, ostro.org, ainsi que les programmes d'information de la BBC en ukrainien, les deux sites sont toujours accessibles à Lougansk. Toutefois, les sites d'information populaires tells que Ukrainska Pravda, Obozrevatel, Novoe Vremya, TSN, et 24 TV sont paraît-il bloqués. Les utilisateurs cherchant à accéder à ces sites et à d'autres sites internet dans le territoire dirigé par les séparatistes ont rapporté tomber sur une erreur du type “Page web inacessible”. Il avait été signalé à quelques reprises, et ce dès le 21 décembre 2015, que certains FAI de Lougansk avaient déjà commencé à bloquer les sites d'information urkainiens, donc avant que le décret de “déstabilisation de l'information” ne prenne effet.

Radio Liberté, dont le site ukrainien figurait également sur la liste des sites bloqués, a rappelé à ses followers sur Twitter l'existence d'outils de contournement tels que Psiphon permettant d'accéder aux contenus bloqués.

Un certain nombre de sites d'information ukrainiens ne fonctionnent plus sur le territoire dirigé par le groupe de la RPL. Voici comment contourner les blocages [une infographie explique comment rechercher, télécharger, installer et utiliser Psiphon pour se connecter aux sites bloqués avec un moteur de recherche classique].

Les régions dissidentes d'Ukraine orientale ont longtemps cherché à restreindre l'accès aux médias en ligne ukrainiens afin de renforcer leur mainmise sur la sphère de l'information. En juin 2015, l'autre “république” séparatiste pro-russe de la région du Donetsk a établi une liste noire dans le cadre d'une nouvelle loi ayant pour but d'”aider à réguler l'utilisation des technologies de l'information et assurer une sécurité de l'information”. Les autorités séparatistes n'ont jamais diffusé une liste complète des URL bloquées, mais les médias locaux ont rapporté que la liste noire contenait un certain nombre de sites d'information ukrainiens.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site