Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Des cartes postales anciennes révèlent les souvenirs enfouis de la Première Guerre Mondiale en Macédoine

Carte postale allemande de la 1e Guerre Mondiale montrant une vue d'Ohrid, Macédoine. Photo issue des collections numériques de la Bibliothèque publique de New York.

Carte postale allemande datant de la 1e Guerre Mondiale montrant une vue d'Ohrid, Macédoine. Photo issue des collections numériques de la Bibliothèque publique de New York.

En janvier 2016, la Bibliothèque publique de New York a transféré dans le domaine public plus de 180 000 objets numérisés. Nombre de ces documents de la bibliothèque sont des documents historiques qui peuvent être cités dans des travaux universitaires, téléchargés, utilisés ou remixés gratuitement puisqu'ils ne sont plus protégés par le droit d'auteur.

Global Voices a déjà souligné l'existence de précieux documents anciens rendus publics par la Bibliothèque concernant le Vietnam, le Japon et l’Inde. Une ressource intéressante pour l'Europe est celle de la collection de cartes postales photographiques allemandes datant de la Première Guerre Mondiale. Réalisées entre 1914 et 1918, ces photos non seulement fournissent des informations sur les aspects militaires de la guerre, mais elles donnent également un aperçu des lieux et des personnes prises dans ce maelström.

On peut lire sur la carte postale ci-dessus :

L'ancienne forteresse d'Ohrid (Macédoine). Une partie de la côte rocheuse du Lac Ohrid. A l'arrière-plan, les montagnes enneigées d'Albanie.

En fait, les montagnes albanaises sont situées derrière le photographe, pas sur la photo. La montagne à l'arrière-plan est Galichica, et elle est aujourd'hui un parc national en danger.

Mise à jour du 1er février 2016 : Une photo prise au même endroit presqu'un siècle plus tard, en janvier 2016, montre que peu a changé.

Kaneo Beach in Ohrid, Macedonia, January 2016. Photo by F. Stojanovski (CC-BY).

La plage de Kaneo à Ohrid, Macédoine, janvier 2016. Photo F. Stojanovski (CC-BY).

Dejan2008, utilisateur de Panoramio, a posté une “version” plus récente de cette photo, prise à peu près au même endroit. Aujourd'hui, la côte rocheuse sert de plage pendant les mois d'été.

Alors que la Macédoine était l'un des principaux champs de bataille pendant la Première Guerre Mondiale (le “Front Macédonien“), les histoires et anecdotes locales liées à cet événement ne sont pas très connues parmi les jeunes générations. Pour contrebalancer cette tendance, la Open Society Foundation Macedonia a publié en 2008 une collection digitale de lettres rédigées par les soldats macédoniens qui avaient été enrôlés par les armées des pays frontaliers en guerre comme la Bulgarie, la Serbie et la Grèce. Une de ces lettres, de la collection “Témoignages révélés”, contient le texte suivant :

“On s'est dit que cette guerre n'avait pas de fin. Je devais écrire des lettres, donc tous les jours je demandais à une personne différente de rédiger mes lettres. Personne ne les écrivait comme je l'aurais voulu. Je connaissais déjà quelques lettres de l'alphabet et j'ai appris à écrire, donc ce qu'il reste de ces temps de guerre, c'est ma capacité à écrire des lettres, quoiqu'avec beaucoup de fautes.” — Ilija Stanoev

Troupes allemandes logées dans la banlieue de Skopje, dans les maisons des Albanais locaux. Photo issue des collections numériques de la Bibliothèque publique de New York.

Troupes allemandes logées dans la banlieue de Skopje, dans les maisons des Albanais locaux. Photo issue des collections numériques de la Bibliothèque publique de New York.

Ces dernières années, dans un effort pour promouvoir le souvenir et la réconciliation, la région française de Basse-Normandie et la Macédoine ont co-organisé une exposition marquant le centenaire de la Première Guerre Mondiale ainsi que des visites d'étude et une exploration des vestiges de l'héritage culturel existant encore sur les anciennes lignes de front.

Les cartes postales allemandes de la Bibliothèque publique de New York offrent un regard sur les vies des gens ordinaires et constituent un témoignage de la diversité culturelle si propre à la Macédoine d'aujourd'hui. Elles pourraient aussi donner de l'inspiration aux chercheurs de différentes disciplines et explorant le passé, des ethnographes aux historiographes.

La diversité ethnique se reflète dans la variété vestimentaire au marché de Skopje pendant la 1e Guerre Mondiale. Photo issue des collections numériques de la Bibliothèque publique de New York.

La diversité ethnique se reflète dans la variété vestimentaire au marché de Skopje pendant la 1e Guerre Mondiale. Photo issue des collections numériques de la Bibliothèque publique de New York.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site