Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

Le virus Zika met la zone des Caraïbes en alerte

"Aedes aegypti on arm"; photo by AFPMB, used under a CC BY-NC-ND 2.0 license.

«Moustique de l'espèce Aedes Aegypti sur un bras». photo par AFPMB, utilisée sous licence CC BY-NC-ND 2.0

[Article d'origine publié en anglais le 20 janvier] Depuis que les autorités sanitaires brésiliennes ont confirmé l'existence d'un lien entre le virus Zika transmis par un moustique et une vague de cas de dommages cérébraux du fœtus dans le pays (plus que 3.500 cas entre octobre 2015 et janvier 2016), les internautes sont de plus en plus inquiets à propos de la santé des femmes enceintes dans la région.

Cette maladie est en ce moment considérée comme une menace à la santé publique dans plusieurs territoires caribéens. Le 17 janvier, le Centre [américain] de contrôle des maladies a émis une recommandation provisoire de voyage relative au au virus pour 14 pays à travers l'Amérique Centrale et du Sud et les Caraïbes.

Pour le moment, il n'y a ni médicament ni vaccin préventif pour cette maladie. Un nombre anormalement élevé de bébés affectés par le virus in utero naissent avec une microcéphalie, un trouble de croissance qui consiste en un cerveau anormalement petit et qui cesse de croître avec l'enfant, ce qui engendre une limitation du développement intellectuel et de la coordination musculaire. Certains bébés sont morts en conséquence de ce syndrome.

Le blog régional Repeating Islands a rapporté récemment que Porto-Rico a enregistré son premier cas de ce virus. Pedro Pierluisi, le représentant de l'île au Congrès, a conseillé que « le public  continue de prendre des mesures de sens commun pour éviter les piqûres de moustiques, comme l'utilisation de répulsifs et le port de pantalons longs et chemises à manches». L'article a aussi confirmé que d'autres territoires de la région comme le Surinam et la République Dominiquaine sont touchés :

Selon un article dans Loop Suriname [Surinam en boucle] la semaine dernière, le chef du laboratoire Academisch Ziekenhuis Paramaribo (AZP) où les premiers cas ont été confirmés, a dit que des milliers de personnes sont peut-être infectées par cette maladie virale transmise par des moustiques.

Dès que la maladie a atteint les Caraïbes, l'Agence caribéenne de santé publique (CARPHA) a commencé à agir, conseillant aux gens de se protéger des piqûres de moustiques et de s'assurer que leurs habitations n'étaient pas des foyers de prolifération des larves de moustiques. L'organisation projette même de lancer un jeu sur portables appelé Zap-a-‘quito pour éduquer le public à propos du moustique Aedes Aegypti et ses sites de reproduction potentiels ; elle a aussi noté que le virus est une menace pour « la santé, le tourisme, le développement social et économique » dans les Caraïbes.

Depuis juin 2015, le ministère de la santé de Trinidad et Tobago a averti les citoyens de prendre des précautions contre le virus. Dès novembre 2015, la Jamaïque a commencé à prendre note de la menace. Ayant subi une massive épidémie de Chikungunya en 2014, les autorités ne voulaient pas se laisser surprendre à nouveau. Le ministère de la Santé jamaïcain a même publié une fiche descriptive sur le virus Zika.

The Jamaican Blogs a rapporté cette semaine que les autorités sanitaires du pays en sont arrivées au point de conseiller aux femmes d'ajourner tout projet de grossesse à cause de la menace du “Zik-V” , comme on l'appelle sur l'île :

Suite à des rapports établissant un lien entre Zik-V et la micro-encéphalite [en réalité, la microcéphalie], une inflammation du cerveau du fœtus qui peut causer un retard de croissance de la tête pour le sujet touché, le Ministère de la Santé a conseillé aux femmes de ne pas tomber enceintes dans les 6 à 12 prochains mois.

Le Ministère a aussi encouragé celles qui sont déjà enceintes à prendre des précautions supplémentaires pour prévenir les piqûres de moustiques, étant donné le lien possible entre l'infection au virus Zik et la micro-encéphalite [idem]

[…]

Le ministre de la santé Horace Halley dit que, malgré l'absence de preuve absolue, les indices venant du Brésil et l'information émanant de l'Organisation Pan-Américaine de la Santé/Organisation Mondiale de la Santé (PAHO/WHO) et d'autres partenaires techniques est suffisamment consistante aux yeux du ministère pour prendre cette position, ceci dans son objectif de prévention de toute conséquence néfaste possible pour les femmes enceintes.

Le virus se rapproche de plus en plus de la Jamaïque, ayant déjà été signalé à Haïti.

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site