Toutes les langues dans lesquelles nous traduisons les articles de Global Voices, pour rendre accessibles à tous les médias citoyens du monde entier

En savoir plus Lingua  »

La cigarette bannie du Turkménistan

Photo by Curran Kelleher. CC BY 2.0

Photo Curran Kelleher. CC BY 2.0

Les citoyens turkmènes ne peuvent plus s'en griller une pour oublier un instant le marasme économique actuel dans leur pays, depuis l'entrée en vigueur de l'interdiction de la cigarette dans leur Etat enclavé.

Les mesures drastiques de janvier, qui ont fait disparaître les cigarettes des étals et instauré une réglementation tatillonne pour la certification et les importations de tabac, avaient été précédées d'interdictions de fumer et de faire de la publicité pour le tabac dans les espaces publics.

L'année dernière, l'Organisation Mondiale de la Santé a déclaré le Turkménistan pays comptant le moins de fumeurs par habitant de la région Europe et Asie Centrale, catégorie géographique reformulée par la suite par les médias officiels en “du monde”.

Eurasianet a rappelé le contexte de cette dernière mesure anti-tabac.

L'opposition dogmatique des autorités au tabac remonte à loin.

Le défunt Président Saparmurat Niyazov, décédé d'une crise cardiaque fin 2006, a interdit de fumer dans tous les lieux publics en 2000. Ce faisant, il a agi avec le zèle typique d'un ex-fumeur. Après son opération à coeur ouvert, les médecins lui ont dit d'arrêter la cigarette, et c'est alors qu'il a voulu étendre l'interdiction à tous ses sujets.

De même, quand Berdymukhamedov est arrivé au pouvoir, il était notoirement rondouillard. Il s'est depuis embarqué dans un entraînement sportif qui l'a visiblement aminci. Par conséquent, il est devenu un vigoureux prosélyte de la vie saine.

La télévision d'Etat a montré le 15 janvier le spectacle légèrement surréel de diplomates, anciens de villages, représentants de médias locaux et étudiants empilant des narcotiques et des cartouches de cigarettes pour un brasier.

Avant de diffuser cette opération démonstrative, la télévision d'Etat a montré un reportage sur le démantèlement d'une bande de supposés contrebandiers de cigarettes au Turkménistan. En faisaient partie deux hommes d'affaires, un fonctionnaire des douanes et un représentant du service public des normes. Le reportage explique que les hommes d'affaires achetaient à l'étranger les cigarettes bon marché et de mauvaise qualité, le fonctionnaire des douanes prenait un dessous-de-table pour fermer les yeux, et le fonctionnaire du service des normes certifiait pour que la marchandise puisse être vendue en magasins.

‘Des interdictions, toujours des interdictions’

Les internautes de pays voisins comme la Russie sont plutôt critiques à l'égard des restrictions au tabagisme, qui ont déjà fait doubler le prix du paquet de cigarettes au marché noir, selon l'article d'Eurasianet.

Андрей Ростов a comparé les mesures au Turkménistan à celles du gouvernement russe maniaque de l'interdiction :

Ну, Горбачёв тоже боролся с алкоголизмом и вводил “сухой закон”.
Ваш нейтральный и независимый перзидент уже уничтожил в Ашхабаде зелёные насаждения, запретил открывать окна в домах в центре города (ему гадалка нагадала, что его убьют из окна, когда он будет ехать на работу)…”(с) уничтожает спутниковые антенны и кондиционеры. Доллары запретил, теперь за сигареты взялся. Скоро будете перенимать передовой российский опыт, вы будете сжигать еду.

Bon, Gorbachev a aussi combattu l'alcoolisme et instauré une “loi sèche”. Votre président neutre et indépendant a déjà détruit les plantations vertes à Achgabat, interdit d'ouvrir les fenêtres dans le centre-ville (une voyante lui a prédit qu'il serait assassiné depuis une fenêtre sur le chemin du travail)…il détruit les antennes-satellites et les climatiseurs. Il a interdit les [ventes de] dollars, maintenant c'est le tour des cigarettes. Bientôt vous allez imiter l'expérience progressiste russe et brûler la nourriture.

Un commentateur renchérissait :

Запреты, запреты и запреты. Люди уже ничего не могут самостоятельно делать.

Des interdictions et toujours des interdictions. On ne peut plus rien faire de son propre chef.

‘Fumer comme des locomotives’

Les visiteurs du site d'opposition Chrono-tm ont pourtant soutenu les nouvelles mesures, et se sont pronocés pour une vie saine. Même tendance dans la section des commentaires d'un reportage sur YouTube.

Сигареты — это такая гадость! Правильно, что их убирают из продажи.

Les cigarettes, quelle saleté !  Il n'est que juste qu'on se débarrasse de leur vente.

Говорят, что будут продавать по три пачки в месяц на человека. Ну как с долларами.

On dit qu'on pourra acheter trois paquets par mois et par personne. Comme avec les dollars.

*Avant l'interdiction des ventes de dollars, on ne pouvait acheter des devises que pour un montant limité.

Давно пора! Сами травятся и окружающих травят. Если на западе существует культура потребления (зоны для курящих и некурящих, ограничение в продаже несовершеннолетним, и т.д.), то в ТМ этого нет, пыхтят как паровоз где попало.

Il est grand temps ! Ils empoisonnent leur entourage comme ils s'empoisonnent eux-mêmes. S'il existe en Occident une culture de la consommation (zones fumeurs et non-fumeurs, restriction de la vente aux mineurs, etc.), il n'y a rien de tel au Turkménistan, on [y] fume comme des locomotives n'importe où.

List of smoking banks in the world. Source: https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_smoking_bans

La carte mondiale des restrictions ou interdictions de fumer, via Wikipedia.

Un commentateur a toutefois argué que les autorités seraient plus avisées d'insuffler dans la population un désir de vivre plus longtemps et plus sainement au lieu de multiplier restrictions et interdictions :

Думается, что запрещать что-либо — это полный бред. Люди так устроены, что все равно будут жить вопреки запрету. Если барствующий главарь хочет сохранить здоровье, так пусть создаст такие условия, что бы хотелось жить долго и счастливо. Тогда богатые, довольные своей жизнью люди сами избавятся от вредных привычек ради удлинения своей счастливой жизни

Il me semble qu'interdire n'importe quoi est une totale ineptie. Les gens sont ainsi faits qu'il leur est égal de vivre contrairement à la loi. Si le chef fainéant veut maintenir la santé, qu'il crée les conditions pour qu'on ait envie de vivre longtemps et heureux. Une fois riches et contents de leur vie, les gens s'affranchiront tous seuls de leurs habitudes malsaines afin de prolonger leurs vies heureuses

Commentez

Merci de... S'identifier »

Règles de modération des commentaires

  • Tous les commentaires sont modérés. N'envoyez pas plus d'une fois votre commentaire. Il pourrait être pris pour un spam par notre anti-virus.
  • Traitez les autres avec respect. Les commentaires contenant des incitations à la haine, des obscénités et des attaques nominatives contre des personnes ne seront pas approuvés.

Je m'abonne à la lettre d'information de Global Voices en Français
Non merci, je veux accéder au site